Accueil-Recherche - Nous écrire - Blog - Maladies - Traiter - Exercices - Index alphabétique - Vocabulaire - Adhésion - Index des pages adhérents -
Région > Rachis >
Douleurs dorsales Mise à jour: 12/04
Les livres sur le mal de dos sont ici

 

 

 

 

 

 

 

Arthrose vertébrale = douleurs?
Vous souffrez de votre colonne vertébrale. Presqu'avec certitude, quel que soit votre âge, vous entendrez ou verrez le terme d'arthrose cité à propos de vos vertèbres. Qu'en est-il vraiment? Est-il normal d'avoir de l'arthrose à 30 ans?
Une grande confusion vient de l'imprécision du terme arthrose, aussi bien dans le discours du médecin traitant que sur le compte-rendu de vos radios ou sur les revues santé que vous consultez.
Rien de commun en effet entre quelques becs osseux déformant le rebord des vertèbres, simples signes d'utilisation intensive de cette articulation, et le pincement d'un disque intervertébral, qui peut donner des douleurs pendant plusieurs années.
Rien de commun entre un pincement discal en train d'évoluer, douloureux parce que vous vous servez toujours beaucoup de cette articulation, et un pincement complet, où le disque a complètement disparu, l'articulation ne bouge plus guère et n'a plus de raison de vous faire souffrir.
La douleur d'arthrose vertébrale est la plupart du temps une douleur de nerf irrité par un mauvais fonctionnement vertébral. Ce n'est pas une douleur de poussée inflammatoire de l'arthrose comme on le voit sur les grosses articulations des membres.
Ainsi les traitements sont très différents. La douleur vertébrale est difficile à oublier, les problèmes de fonctionnement ne sont pas les plus faciles à résoudre, mais ils sont contournables, surtout avec l'aide d'ostéopathie non forcée et d'exercices. On peut se passer d'une articulation vertébrale, alors qu'on ne peut pas se passer d'un genou ou d'une hanche.
Ne faites surtout pas de parallèle entre un compte-rendu d'examen alarmiste et vos douleurs: certains n'ont aucune douleur vertébrale alors qu'ils ont des radios catastrophiques (leur fonctionnement vertébral est adapté), tandis que d'autres sont au fond du trou avec une batterie d'examens désespérément normaux (souvent une douleur de nerf coincé qui a déséquilibré une situation personnelle difficile).
Gardez la tête froide si vos premières radios noircissent deux pages de compte-rendu et éclairent le regard de votre médecin (beaucoup détestent le cas difficile du douloureux vertébral à examens normaux). Des lésions radiologiques d'arthrose importantes mettent des années à se constituer. Si vos douleurs sont récentes, c'est qu'il n'y a pas si longtemps vous aviez les mêmes radios et n'en souffriez pas! C'est rassurant.
Aucune pilule n'a montré un intérêt réel dans l'arthrose vertébrale, sinon pour calmer les douleurs les plus vives. Votre salut réside dans la prise en charge physique de votre colonne, que nous traitons par région.

Les douleurs dorsales sont moins fréquentes que les cervicales et lombaires. C'est une zone qui "coince" moins que la colonne cervicale parce que moins mobile, qui "casse" moins que la colonne lombaire parce que moins portante.


Rapports entre les nerfs et les vertèbres

Vous avez moins de 60 ans
Première situation: personne jeune, pas de traumatisme, douleurs apparues progressivement.
Les véritables lésions type souffrance d'un disque intervertébral sont très rares. Il s'agit généralement de dérangements intervertébraux (les vulgaires "blocages" vertébraux). Ces troubles de fonctionnement bénins au départ peuvent devenir très invalidants: la colonne est très riche en terminaisons nerveuses. Les douleurs sont responsables d'une raideur excessive. Si votre activité est sédentaire, vous n'avez pas beaucoup d'occasions d'étirer et d'assouplir votre colonne. Les blocages et contractures s'installent, s'enchaînent, et vous devenez hypersensible dans toute la région.
Beaucoup de problèmes étiquetés "surmenage musculaire" sont en fait une irritation diffuse des petites articulations vertébrales, mal protégées par une musculature inadaptée dans des positions trop longtemps maintenues (bureau). Le danger d'y voir une origine musculaire est que si vous décidez de vous reposer, vous avez tout faux! Il faut au contraire passer plus de temps à des activités physiques de loisir. Choisissez des disciplines lentes (stretching, gymnastiques asiatiques, gymnastique aquatique) si vous n'êtes pas un(e) fervent(e) du sport. Choisissez quelque chose de plus dynamique (sports de raquettes, de ballons) si vous avez peu de temps à y consacrer. Pratiquez les exercices conseillés sur ce site.

Les manipulations sont efficaces. Il n'est pas obligatoire de faire des examens complémentaires avant d'y recourir. Mais il faut avoir eu un diagnostic médical. Certaines douleurs dorsales peuvent indiquer une pathologie de l'estomac, du pancréas, de l'aorte, de la plèvre ou du poumon. Reprécisons que nous ne sommes pas dans le cas d'un traumatisme ou d'une personne âgée. Vous avez donc bien des troubles de fonctionnement vertébraux. Les manipulations vont vous soulager, étirant les contractures musculaires, résolvant les blocages articulaires. Ce n'est pas un traitement définitif. Vous avez fait effacer provisoirement les conséquences de votre surmenage vertébral. Mais les problèmes d'hygiène de vie sont toujours là. faites de l'exercice, prenez les devants, car les manipulations perdront progressivement leur efficacité au fur et à mesure que les détériorations d'arthrose s'installeront. Si rien n'y fait, reconsultez votre médecin, il faut reconsidérer l'hypothèse de simples blocages vertébraux.

Coussin triangulaire bleuCoussin de soutien
Coussin Dynair Coussin proprioceptif
Les accessoires proposés pour les douleurs vertébrales sont nombreux: lits et matelas, coussins, appareils de massage, applicateurs de chaleur, etc...
Ils ont un rôle d'appoint, ne pouvant modifier à eux seuls le fonctionnement de votre colonne. Leur bénéfice peut être de réduire votre consommation de calmants, ce qui est très appréciable, ou de vous préparer à faire des exercices physiques dans de bonnes conditions.
Le résultat étant variable selon les personnes, vous avez intérêt à essayer un appareil coûteux avant de l'acheter (prêt, essai chez un kiné ou le concessionnaire quand c'est possible).

Douleur aiguë
Deuxième situation: toujours une personne jeune, douleur aiguë apparue brutalement, après un effort important ou anodin.
Si l'effort a été important ou s'il y a eu chute, il est nécessaire de faire une radio systématique. Il n'est pas difficile de tasser une vertèbre et il serait idiot d'aller manipuler un traumatisme. Mais la plupart du temps, il s'agit d'une entorse ou d'un blocage aigu. Le repos n'est alors pas très efficace. Vous avez moins mal si vous ne faites rien, mais la douleur ne s'améliore pas sur le fond. Il faut éviter une manipulation immédiate: la douleur est souvent trop vive pour la réaliser correctement, elle peut aggraver une entorse ligamentaire. Un manipulateur expérimenté sait qu'il vaut mieux ne pas toucher tout de suite au coeur du problème et peut vous soulager en travaillant autour, sur les zones de terminaisons nerveuses irritées (les ostéopathes parlent de travail tissulaire). Les anti-inflammatoires classiques étant peu efficaces, une infiltration atténue beaucoup la douleur si vous êtes pressé, mais il est préférable d'attendre une semaine.
Au bout de 10 à 15 jours, s'il y a eu entorse ligamentaire, la cicatrisation est en bonne voie. Certains mouvements deviennent libres. Mais les douleurs restent vives pour d'autres. Le traitement physique redevient essentiel: étirements doux mais insistants et répétés régulièrement plutôt que manipulation agressive. Si vous apprenez ces gestes chez un kiné, vous devez les répéter régulièrement à domicile. Les douleurs sont longues à s'atténuer complètement et cela ne doit pas vous inquiéter du moment que les choses vont dans le bon sens.

Névralgie intercostale:
Irradiation douloureuse en bande horizontale thoracique, d'un côté, par irritation du nerf intercostal, généralement par un problème vertébral dorsal (l'autre cause fréquente est le zona; les fractures de côte surviennent dans un contexte différent: choc direct sur la région douloureuse).
C'est une douleur piégeante car l'intensité du trajet thoracique masque souvent le point de départ vertébral, et la première chose à laquelle on pense est une cause cardiaque ou pulmonaire, bien plus angoissante.
Il n'est jamais inutile de vérifier par sécurité, l'électrocardiogramme, et de faire une auscultation soigneuse. Mais la névralgie intercostale est bien différente...
En savoir plus sur la névralgie intercostale (adhérents) ou Adhérez

Vous avez plus de 60 ans
Troisième situation:Votre colonne comporte probablement des lésions et des déformations qu'il va être plus difficile de contourner avec les traitements physiques. Ils gardent leur intérêt, mais fini les manipulations vigoureuses et les promesses de guérison complète. Il faut avant tout vérifier pour toute douleur inhabituelle que vous n'êtes pas en train de faire un nouveau tassement vertébral. Celui-ci impose un repos relatif: pas d'alitement permanent, mais une économie importante de la station debout. Les calmants vous aideront à garder une activité minimale. Il vaut mieux ne pas en abuser, surtout si vous êtes allongée fréquemment, car ils aggravent la constipation liée à l'immobilité.
Hors crise, il faut essayer de faire un peu d'exercice, pas pour se refaire une colonne à neuf, mais pour éviter que la fonte musculaire n'aggrave encore déformations et douleurs. Vous préservez votre autonomie. Les étirements sont les plus faciles. A vous de voir si vous pouvez vous lancer dans une gymnastique plus ambitieuse. Les cours de gym pour le 3ème âge le permettent dans une ambiance plus sympathique. Vous y serez avec les personnes les mieux en forme à votre âge.
Informez-vous sur l'ostéoporose. Tout le monde n'a pas un risque important de faire une ostéoporose "maladie", mais le traitement est avant tout préventif, avant l'apparition des complications, et il faut prendre l'avis de votre médecin sur ce sujet.


La scoliose
La scoliose est une déviation de la courbure vertébrale qui peut s'étendre sur une hauteur plus ou moins importante de la colonne. On se met face au dos de la personne concernée: la colonne dessine un "S" au lieu d'être rectiligne. La vraie scoliose comporte une rotation des vertèbres. Si elle est marquée, elle fait apparaître une bosse sur le côté de la colonne (la rotation rend plus proéminente la musculature vertébrale). La scoliose et l'aspect bossu peuvent n'apparaître que lorsque l'on fait pencher la personne en avant.
La vraie scoliose est à différencier de l'attitude scoliotique, le plus souvent liée à une bascule du bassin par inégalité de longueur des membres inférieurs. Le bassin étant penché, le départ de la colonne suit le mouvement et rejoint la ligne médiane en dessinant une courte inclinaison scoliotique. Il n'y a pas de rotation vertébrale et peu d'accentuation de la déviation avec le temps. Question souvent posée: faut-il compenser les inégalités de longueur par des semelles ou non? Aucune étude ne permet de répondre avec certitude. Notre expérience personnelle fait conseiller l'abstention en l'absence de douleurs lombaires (vous êtes habitué à cette attitude et une correction arbitraire peut déclencher des douleurs), sauf si la différence est très importante (supérieure à 15mm), où une petite compensation (5mm) a peut-être un effet préventif sur l'apparition de douleurs*. Si vous êtes déjà lombalgique, nous conseillons l'essai d'une correction pendant 1 mois: si vous vous sentez mieux, gardez-la. Sinon, laissez tomber. Les semelles restent un traitement d'appoint dans les lombalgies. La façon dont elles vont modifier le fonctionnement vertébral est difficilement prévisible. On a parfois la surprise de voir une talonnette plus efficace portée sous la jambe la plus longue! C'est parce qu'elle incline le rachis dans une posture qui fait moins souffrir la structure irritée.

Dans la vraie scoliose existent 2 facteurs de gravité: 1) Son caractère évolutif, c'est-à-dire que l'inclinaison s'accentue au fil du temps; il s'apprécie sur des radios espacées avec mesure de l'angle de la scoliose. 2) Son caractère non compensé: dans le dos, on fait tomber un fil à plomb de la base du cou; s'il passe à la raie des fesses, la scoliose est compensée; s'il passe au milieu d'une fesse, elle ne l'est pas. Ces 2 facteurs sont les plus prédictifs de l'apparition de douleurs.
Car les scolioses ne sont pas systématiquement douloureuses. C'est un "facteur de risque" pour souffrir du dos. Une scoliose indolore doit être surveillée. On conseille toujours une activité physique régulière, pour entretenir la musculature vertébrale qui va "bétonner" cette scoliose. L'indication d'une rééducation spécifique pour le dos dépend de l'importance de la scoliose, de sa progression d'une année sur l'autre et de son caractère compensé ou non. Il n'est pas forcément nécessaire de médicaliser à outrance ces exercices par de nombreuses séances de kiné qui vont barber les jeunes patients concernés. Des heures de sport plus ludiques seront la plupart du temps aussi efficaces.


Maladie de Scheuermann
ou dystrophie rachidienne de croissance.
Trouble de la croissance des vertèbres: Les plateaux sont la partie supérieure et inférieure des corps des vertèbres, au contact des disques de cartilage. Chez les adolescents, les plateaux n'ont pas encore leur dureté définitive. Les pressions sur la colonne compriment les disques et provoquent des hernies à travers la surface des plateaux, appelées hernies intra-spongieuses. Ce phénomène peut toucher un certain nombre de vertèbres, préférentiellement sur le rachis dorsal, et provoquer une cyphose douloureuse (dos davantage voûté) par déformation en coin des corps vertébraux.
Mais cette maladie n'est pas systématiquement douloureuse. C'est la déformation davantage que les hernies intra-spongieuses qui est responsable des douleurs. Si les lésions se forment à la puberté, surtout chez les garçons, elles sont révélées généralement sur des radios faites bien plus tard à l'occasion d'une lombalgie courante, sans rapport avec ces séquelles radiologiques.
Quand elle est douloureuse, il faut réduire les sports qui "tapent" sur le rachis, sports de course et de saut, ou de pression prolongée sur l'avant des corps vertébraux (vélo±). Natation très conseillée. Intervention du kiné surtout nécessaire pour des adolescents peu sportifs et développant une déformation nette. Dans de très rares cas, un corset peut être indiqué pour stopper la déformation. C'est très contraignant et il vaut mieux motiver l'enfant pour réaliser régulièrement ses exercices.


Maladie de Forestier 

Ossification des ligaments unissant les vertèbres sur une partie de la colonne, dorsale le plus souvent. Prédomine fortement d'un côté des vertèbres, côté droit le plus souvent. Affection d'origine inconnue, bénigne: elle entraîne une raideur, mais pas de douleurs.


Région > Rachis >

Articles complémentaires réservés aux adhérents :

Articles ciblés médecin :

Vous avez déjà un code d'accès ?
Entrez-le ci-dessous :

Monelib
Accès payant
Vous devez avoir un code d'accès pour accèder à cette zone.
Saisissez ci-dessous votre code d'accès.
Entrez votre code d'accès :

Vous n'avez pas de code d'accès ?
Obtenez-en un (25€ pour 6 mois) :