Archives de catégorie : Prophéties du Pr H.P.Mosis

Le psoriasis est-il psychosomatique ?

On a testé pour vous :

Dans cette rubrique hebdomadaire financée par l’Internationale Ventilationniste, un grand malade, mais néanmoins d’une résistance rare, se propose de tester des thérapies alternatives pour améliorer son état physique et mental. Tous les tests sont réalisés en présence d’un médecin, sous contrôle scopique et à proximité d’un grand centre hospitalier, en l’occurrence, l’hôpital Bourré (bien qu’il soit difficile d’y trouver une place en cas d’urgence).

Ce mois ci, Helmoutt Schmoutt, notre bien-aimé rédacteur en chef atteint depuis sa jeunesse d’un psoriasis généralisé qui inonde nos planchers de ses squames blanches, a bien voulu se prêter au jeu. Helmoutt a courageusement suspendu son traitement médical à base d’antimitotiques aux effets secondaires redoutables (perte des cheveux, destruction du foie, diminution des globules blancs et des spermatozoïdes) et d’une efficacité relativement modeste, pour se prêter au triple body-massage intensif pratiqué par des thaïlandaises diplômées.

Le postulat de départ était que le Psoriasis est une affection cutanée psycho-somatique où le malade développe une double cuirasse de peau pour se protéger des stimuli sensoriels cutanés que son inconscient perçoit comme agressifs, reliquat d’un oedipe mal résolu. L’idée était donc de saturer les récepteurs cutanés d’influx jugés nociceptifs par son cerveau malade jusqu’à ce que les inputs neuro-sensoriels soient finalement perçus comme agréables au niveau de son cortex pré-frontal.
H.S. fut donc immergé dans une grande baignoire remplie d’huile d’olive vierge, bardé d’électrodes endo-péniennes et endo-rectales, d’un enregistrement électro-encéphalographique et IRM fonctionnel continu en compagnie des trois expertes asiates nues dans une lumière jaune pour éliminer l’éventualité d’une décharge épileptoïde.

Le début de l’expérience fut assez éprouvant. Helmoutt était animé de soubresauts incontrôlables de plus en plus violents. L’IRM faisait état d’une hyper-activité du noyau ventro-médian de l’hypothalamus associé à une inhibition du lobe frontal gauche alors que l’EEG montrait un état de sommeil paradoxal semblable à la terreur primitive d’être englouti par une horde de serpents. Le médecin fut sur le point d’arrêter là l’expérience. Puis tout se calma subitement. Le Girus cingulaire gauche et le lobule pariétal inférieur gauche s’activèrent, anticipant la mise en éveil du lobe frontal droit. En conséquence de quoi Helmoutt se mit à accentuer sa lordose en vue d’exhiber ses organes génitaux. Les connections menant du système limbique au cortex cérébral s’activèrent et l’hypothalamus activa sa sécrétion d’ocytocine. Il fut alors pris d’élans de lascivité déclenchés par l’hyper activité du noyau ventro-médian pendant que son aire de Broca déclenchait un torrent de termes orduriers et incompréhensibles liés à l’emballement de son aire de Wernike du lobe temporal gauche. Le cortex moteur primaire déclencha alors une appétence incontrôlée et Helmoutt saisit à pleine bouche et à pleines mains toutes les chairs à sa portée. La sonde endo-pénienne fut coupée net au niveau du méat urétral, ce qui priva l’observation de données essentielles quand aux diverses intromissions qui s’ensuivirent.

Au bout d’une heure de recueils de données, le médecin jugea que l’expérience pouvait être interrompue, malgré les signes de protestations effrénées d’Helmoutt.

Dix jours après cette expérience, Helmoutt Schmoutt présente une peau totalement blanchie mais est malheureusement interné en milieu psychiatrique fermé après une série d’agressions sexuelles à la sortie de divers collèges de la ville.