juin 112008
 

On mesure la santé mentale
à la flexibilité
(et non à la comparaison à une quelconque norme),
la liberté de s’instruire par l’expérience,
d’être influencé par des arguments raisonnables
et par l’appel aux émotions,
et surtout,
à la liberté de s’arrêter une fois parvenu à saturation.

L’essence de la maladie,
c’est la coagulation du comportement
dans des schémas immuables et insatiables.

Laurence Kubie

Commentaire:
Un psychopathe qui tue dix personnes dépressives
avec une sophistication croissante
puis décide de faire un break,
correspond parfaitement à cette définition de la santé mentale:

Continue reading »