août 092014
 

On-mappelle-lavalanche 10/10 Acheter sur Amazon

« On m’appelle l’Avalanche » est la virée métaphysico-surréaliste d’un mélanésien urbain et philosophe, se baladant à demi nu avec un guidon de vélo dans le nez, à travers des cités fantômes aux architectures fantastiques. Des dialogues hilarants au décalé vertigineux. Un dessin baroque à la Druillet. Bref, peut-être le plus incroyable O.V.N.I. de la bande dessinée. Vraiment, à ne pas laisser tomber dans l’oubli !

Francis Masse est un artiste français né en 1948 à Gap, connu depuis les années 1970 d’abord par ses sculptures, puis par son travail dans l’animation et la bande dessinée. Son univers poétique est servi par un graphisme étonnant où les scènes sont créées au moyen de trames, ainsi que par un emploi subtil du relief, du cadre et des perspectives. Un auteur magicien.

 Posted by at 14 h 00 min  Tagged with:
août 292011
 

Faire de la politique et accéder au pouvoir est difficile et impose de requérir tous les moyens disponibles. Immoralité pragmatique ! Traduite auparavant par la liquidation des opposants, elle emprunte maintenant la voie du mensonge et de la manipulation. En effet, le grand progrès de la démocratie est que la liquidation — virtuelle — des opposants est obtenue par la réunion de 50+epsilon % des voix.
Inconvénient du processus : le mensonge est créateur lui aussi d’opposants, plus radicaux ; il faut de nouvelles manipulations pour regagner le 50+epsilon. Doit-on être surpris que cette fuite en avant fasse des carrières politiques aussi brèves en démocratie ? Par miracle pour le système, les mensonges sont reliés aux personnes et non aux partis, sinon il deviendrait difficile de sacrifier quelques épouvantails pour survivre.

Que doit-on déduire de tout cela ? Que la démocratie n’est pas cet aboutissement ultime que nous vantent ses promoteurs, dans ses règles actuelles. Que derrière un profilage esthétique, elle n’est que la continuité du système de représentation par la force, utilisé des premiers chefs de clan jusqu’aux derniers tyrans — et l’élection démocratique de Hitler —. Qu’elle impose toujours la liquidation des opposants, plutôt que leur coopération.

La confrontation des idées est indispensable, tandis que la répartition manichéenne du pouvoir devient plutôt une référence d’inefficacité.
Nous avons ainsi dépisté le virus qui grippe tout le système : ce fameux 50+epsilon.
Aïe, mais comment va-t-on faire pour s’en débarrasser, s’il est considéré comme une vache sacrée ?

 Posted by at 11 h 21 min  Tagged with:
mai 102011
 

Protester contre la vie chère masque une autre revendication, moins sociale celle-ci : pouvoir consommer sans frein. L’argent est bien entendu une limitation à la consommation qui n’a aucune moralité, mais la moralité qui fait acheter ce qui est réellement nécessaire est aussi inégalement partagée, et n’est pas corrélée à la fortune.
Les Nouvelles pointent un inconvénient de la lutte contre la vie chère réclamée aux grands distributeurs : L’écart des prix avec les petits commerces va s’amplifier et ceux-ci vont disparaîre. La métropole en a fait l’expérience, avec comme conséquence des achats largement débridés — nous savons tous de quelle séduction sont capables les hypermarchés avec leurs promotions, leurs têtes de gondole attractives, et tous les rayons chargés de produits « indispensables » —.

La politique juste contre la vie chère pourrait être une modulation des taxes en fonction du caractère irremplaçable des produits : Aliments de base, hygiène et vêtements 1er prix, fournitures scolaires, voiture basique… méritent une exonération de taxes voire des subventions — indépendamment du caractère local de la production —, tandis que les produits de luxe ou reconnus désastreux pour la santé — boissons sucrées, alcool, plats riches en graisses, pâtisseries — seront lourdement taxés, restant chers qu’ils soient vendus en grande surface ou en petit commerce.

D’autres voies sont possibles selon les catégories de biens de consommation : Par exemple grouper et subventionner des achats de matériel sportif par le biais d’associations pour des jeunes de milieux défavorisés, favoriser des filières de recyclage en supprimant la patente sur des ateliers de réparation pour des articles qui partent habituellement au rebut… inscrivez en commentaire vos propres idées.

 Posted by at 10 h 47 min  Tagged with:
fév 212011
 

Avec un scénario dont la finesse est en chute libre,
pas la peine de se crever à refaire les dessins…

 Posted by at 21 h 43 min  Tagged with: