Du droit de la Justice à l’indépendance

La réclamation d’indépendance de la part des juges pêche sur un point :
Toute profession a la « chance » de se voir évaluer par une opinion neutre, qui est celle des juges. Mais quelle instance indépendante évalue l’action des juges ? Aucune, puisque la seule régulation existante se fait en interne. A titre de comparaison, l’opinion accepterait-elle aujourd’hui que le jugement des erreurs médicales potentielles se fasse uniquement au sein de l’Ordre des médecins ? Certainement pas, et elle n’a pas tort.
Le seul contrôle réel sur la Justice est l’avis global des citoyens, qui se manifeste par leurs choix politiques.
Ainsi, comment pourrait-il être choquant que les politiciens en place cherchent à exercer un pouvoir sur la Justice ?

Justice sur Philosophie TV

Débats intéressants sur la justice téléchargeables en vidéo sur Philosophie TV
Les passages les plus intéressants :

Monique Castillo (De la Justice au sentiment du juste#1)
En démocratie toute souffrance devient assimilée à une injustice.
La Justice est engorgée par une hypertrophie du Droit.
Continuer la lecture de Justice sur Philosophie TV

Faut-il agrandir le Camp Est ?

Réflexion sur l’extension des prisons appliquée à la Nouvelle-Calédonie.

Les calédoniens souhaitent-ils l’augmentation du nombre des prisonniers sans changement des règles judiciaires jusqu’à atteindre, comme aux USA, 10% de la population derrière des barreaux ? Les progrès d’une civilisation ne se mesurent-ils pas au fait que les prisons se vident plutôt qu’elles ne se remplissent ?
Le Camp Est n’a pas besoin d’être agrandi pour deux raisons :
-Une bonne proportion de ses pensionnaires devrait être soumis à un suivi psychiatrique plutôt qu’à un enfermement classique.
-Le reste est formé d’irresponsables plutôt que de responsables. Quand on saisit un responsable à Nouméa, il est rare qu’il finisse au Camp Est. C’était même inconcevable il y a une dizaine d’années.

Vider la prison alors que la Justice a un nombre croissant d’affaires à traiter ne laisse qu’une solution : graduer les peines et développer les alternatives à l’emprisonnement. Une prison bondée indique accessoirement qu’elle n’a pas l’effet dissuasif espéré. Un comble pour cette ultime étape du Châtiment.
Les pistes sont connues mais timidement utilisées en Nouvelle-Calédonie : travaux d’intérêt généraux, structures associatives en externat ou internat, périodes probatoires avec entretiens rapprochés, entreprises de resocialisation fournissant du travail aux ex-condamnés.

Le Camp Est devrait avoir un rôle d’isolement et non d’entassement au milieu de ses semblables, qui le transforme en un HLM d’un genre particulier d’où on ne peut sortir et dont les loisirs sont un peu limités.
La véritable punition est de ne plus pouvoir communiquer avec ses semblables, plutôt que renforcer une sensation d’être dans son bon droit en se mélangeant avec des congénères ayant le même déficit de morale. L’isolement provoque une dissolution inquiétante de la personnalité, inquiétante pour l’isolé en premier lieu : S’il n’est pas atteint de trouble psychiatrique, cette perte du soi rend l’endroit bien plus dissuasif que le « salon où l’on cause » entre délinquants.

La prison ainsi mélange sans discernement des personnalités désagrégées qui nécessitent une reconstruction dans un encadrement quasi-militaire, et des rebelles cohérents dans leurs motivations, qui ne peuvent les abandonner que si elles font le vide autour d’eux.

La Camp Est n’est pas en manque de cellules, mais d’une plateforme de tri.

Justice, abîme d’illusions

La justice gère la liberté que les citoyens lui ont abandonné… pas de façon volontaire — qui a voté individuellement pour chacune des lois qu’il lui faut respecter ? — et sans grande alternative, quand les espaces hors de la société ne sont plus terrestres. La justice, « contrôle de la liberté », a fort à faire avec un tel paradoxe. Elle n’a pas d’autre choix que de s’illusionner. La vérité empêcherait de dénicher le moindre coupable. La seule solidité de ces illusions est qu’elles s’étendent comme une gigantesque marée morale à travers le temps. Elles existaient avant le juge, ne changeront que bien après sa disparition. Les flux de la morale recouvrent largement une vie. Il est facile d’y faire flotter un Code, qui ne se déplacera guère, et que tous auront bien en vue. Continuer la lecture de Justice, abîme d’illusions

La loi est-elle toujours un facteur de progrès social?

En traçant des issues identiques à une grande variété de situations différentes,
la loi crée une foule de petites injustices plus souvent qu’elle corrige des grandes,
car le dernier argument pour enterrer une médiation est
« respectons la loi à la lettre ».

La loi est une barrière contre la sagesse du groupe:
Plutôt que déterminer, grâce à un ensemble de jurés indépendants et intéressés au sujet,
l’opinion médiane entre des convictions et des morales
très éloignées puisqu’elles s’affrontent au tribunal,
on va chercher la solution dans un code poussiéreux (1)
et manipulable selon l’habileté des défenseurs de chaque bord.

Ainsi, un grand nombre de plaignants, à la sortie du Palais de Justice,
ont l’impression de quitter non pas un oracle infaillible
mais une table de poker.

L’avenir du juge est de diriger un « comité de justice »,
en veillant à sa diversité,
et la loi devrait devenir une publicité pour les médias:
« Voici une situation caricaturale qu’on ne peut plus tolérer ».

(1) La bibliothèque de la loi est fondée:
-sur le passé, fond incontournable mais qui devrait rester référence
-sur une vision du futur appartenant au passé… source des plus belles erreurs.

Mayottisation de Nouméa (2): Vidéosurveillance

Article dans les Nouvelles « Pour ou contre la vidéosurveillance »
Pour Yves Daram, ancien policier,
il faut plus d’hommes dans les rues.
Un peu de mauvaise foi:
La vidéosurveillance serait très coûteuse…
…plus qu’une armada de nouveaux fonctionnaires?
Ces nouveaux troupiers seront-ils
les grands psychologues attendus?

La vidéosurveillance n’a pas les mêmes objectifs
que les travailleurs sociaux de proximité,
que les gendarmes.
Il faut la connaissance des faits véritables,
le soutien,
le bâton.

Chacun sait, par l’expérience des disputes familiales,
que le principal ennemi de la justice est la mauvaise foi.
L’auto-persuasion est parfois telle
qu’il faut bien mettre une vidéo sous le nez de coupable
pour lui démontrer la réalité de ses actes.

En ce sens ce n’est pas la surveillance qui pose un problème éthique,
mais l’usage qu’on en fait.
La hantise doit venir de la traque de la moindre déviance.
Le monstre est… le Bien-Pensant.

Une société ouverte et tolérante n’a pas à craindre la surveillance.
Une secte intégriste, si.

Justice: Faut-il continuer à perfuser le système français en Calédonie?

L’essentiel:
Alors que se heurtent en Calédonie la coutume et la justice française,
et que semblent manquer compétences et volonté d’en faire une fusion originale,
que penser de ce modèle français, qui rassure tant la moitié blanche?
Continuer la lecture de Justice: Faut-il continuer à perfuser le système français en Calédonie?

Pédophilie: La ligne blanche.

L’essentiel:
-Contraste entre activisme de la justice sur la pédophilie et démission sur les carences éducatives.
-Actes pédophiles: pénalisation lourde, dissuasive.
-Détention d’images, reflet de fantasmes cachés: pénalisation forte, goulag médiatique… malgré l’absence d’acte.
-La ligne blanche: rien à voir avec la virginité. C’est la censure de la pensée.
-Réfléchissons aux conséquences potentielles de ce franchissement.

Censure intelligente
Continuer la lecture de Pédophilie: La ligne blanche.

Pénalement responsable ou irresponsable?

L’essentiel:
-Etre déclaré pénalement responsable ou non est arbitraire.
-Certaines philosophies de l’homme vont vaciller toute idée de responsabilité.
-La justice confond instabilité et irresponsabilité.
-Le potentiel d’amélioration est plus important à juger.
-Nécessité de solutions intermédiaires entre enfermement et réinsertion normale,
pouvant être auto-financées.
-Sortent des patients capables de suivre leur traitement…
… et donc responsables s’ils l’interrompent.
Continuer la lecture de Pénalement responsable ou irresponsable?