La Nouvelle-Calédonie s’en tirerait-elle mieux si elle était indépendante de la France?

La Nouvelle-Calédonie est prospère, avec un PIB par habitant proche de la Nouvelle-Zélande et très supérieur à celui des autres îles du Pacifique.

La Nouvelle-Calédonie décide déjà seule de son destin économique. Le congrès calédonien a tout pouvoir pour élire un gouvernement et changer les lois du territoire. Les seules compétences françaises sont les fonctions dites régaliennes : constitution, armée, justice. La France envoie encore également un contingent d’enseignants, surtout dans l’enseignement supérieur.

Les principales ressources du commerce extérieur sont :
1) Les exportations de minerai (5 à 20% du PIB selon le cours du nickel).
2) L’aide financière de la métropole (25% du PIB)
3) Loin derrière : tourisme 5%, agriculture/aquaculture 2%

Le reste vient du commerce intérieur (services). Ce poste qui représente 50% minimum du PIB calédonien est d’autant plus critique qu’il repose sur la richesse des habitants et leurs dépenses.

Les contrastes de revenus sont importants en Nouvelle-Calédonie, expliquant le désir d’indépendance : la moitié kanak nettement plus pauvre que la moitié occidentale espère une hausse de niveau de vie. En pratique, si l’indépendance fait fuir les riches, la société des services s’effondre, ainsi que les emplois attachés. Les jobs se raréfient, les pauvres deviennent encore plus pauvres.

Mécaniquement l’indépendance stoppe les transferts financiers de la France. 25% du budget disparaît. Le territoire devient sans protection, sans enseignement supérieur. Mais si les indépendantistes échouent à donner des garanties aux riches et qu’ils quittent le pays, c’est plus de la moitié du budget calédonien qui disparaît, jusqu’aux 3/4 si le cours du nickel diminue.

En cas d’indépendance, la Nouvelle-Calédonie est donc certaine de quitter le cercle des pays riches et se rapprocher du niveau de vie de ses voisins du Pacifique. Les indépendantistes réduisent bien entendu au minimum leurs déclarations à ce sujet. La propagande kanak est axée entièrement sur la dignité retrouvée pour les ex-colonisés.

Voir à ce sujet le post précédent.

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *