Échec de l’école française ?

Les suites de l’épisode Charlie Hebdo sont difficiles en France, en particulier à l’école où l’on découvre un rejet inattendu et répandu chez les enfants d’immigrés de la solidarité pour les victimes de l’attentat. Yves Michaud parle ainsi « d’échec de l’école républicaine à transmettre non seulement des connaissances mais tout simplement le sentiment d’appartenance à une société commune ».

Pourquoi tant de pression sur l’école, pourtant plus multicolore et plus orientée vers le vivre ensemble qu’elle ne l’a jamais été ?

Le problème vient d’ailleurs. C’est celui de la place de la culture dans l’identité. Les enseignants ne peuvent gérer ce problème seuls. Si les parents font de leur culture propre un élément central de l’identité, sans compromis, aucun professeur ne peut être entendu. Le souci vient ainsi du discours public, pas seulement gouvernemental, celui des intellectuels aussi. Il vante (vantait avant Charlie) la tolérance, sans préciser que la tolérance, très précisément, est l’adoption des références du pays où l’on émigre permettant le vivre ensemble.
C’est la politique des très multi-ethniques USA, dont la population latino-américaine va bientôt dépasser la population blanche, et qui pourtant n’ont pas changé leurs valeurs d’origine. Ce qui est entendu dans les écoles françaises est impensable là-bas.

A vrai dire je pense que la tolérance tricolore est de meilleure qualité que l’anglo-saxonne, tous les ex-peuples colonisés le savent, mais il faut l’exercer, pas en faire un effet d’annonce. Le discours public doit être un repère franc, majeur, compréhensible par tous. La tolérance est la façon dont on le rend digeste à tous ceux qui ne le possèdent pas encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *