Florilège de blagues tirées de « Platon et son ornithorynque entrent dans un bar »

Ce sont mes principes. Si tu ne les aimes pas…
j’en ai d’autres.
Groucho Marx
*
3 élèves d’une grande école d’ingénieurs discutent du pedigree exact de ce Dieu qui a conçu le corps humain:
Le premier: « Dieu doit être ingénieur en mécanique. Regardez toutes ces articulations ! »
Le second: « Je pense que Dieu est ingénieur en électricité. Le système nerveux a des milliards de connexions électriques. »
Le troisième: « En fait Dieu est ingénieur civil. Qui d’autre aurait fait passer un tuyau d’évacuation des matières toxiques à travers une aire de loisirs? »
*
La secrétaire: Docteur! Il y a un patient invisible dans la salle d’attente!
Le docteur: Dites-lui que je ne peux pas le voir.
*
Un anthropologue occidental écoute un voohooni australien lui dire que 2+2=5. Il lui demande comment il le sait. L’indigène répond:
« En comptant bien sûr: D’abord je fais 2 noeuds à une corde. Puis je fais 2 noeuds à une autre corde. Quand j’assemble les 2 cordes, ça fait 5 noeuds. »
Peut-être l’anthropologue est-il tombé sur le crétin de la tribu?
*
Célèbre lapsus en rapport avec les désirs inconscients rapporté par Freud: ce conseiller municipal qui présente la superbe première adjointe au maire comme une « éminente spécialiste des affaires pubiques »
Un thérapeute demande à son patient comment s’est passée sa visite chez sa mère. Le patient répond:
« Pas bien du tout. J’ai fait un terrible lapsus freudien. »
« Vraiment? », dit le thérapeute, « Qu’avez-vous dit? »
« J’ai voulu dire « Passe-moi le sel », mais j’ai dit « Salope! Tu as ruiné ma vie! »
*
Un homme se rase avec un rasoir très tranchant. Il lui glisse soudain des mains et lui tranche le pénis. Il ramasse ce dernier, le met dans sa poche, se précipite dans la rue, hèle un taxi, et le supplie de le conduire aux urgences au plus vite.
Arrivé, il explique au chirurgien ce qui s’est passé. Le chirurgien lui dit:
« Nous devons faire vite. Donnez le moi. »
L’homme plonge la main dans sa poche et en dépose le contenu dans la main du chirurgien.
« Mais c’est un cigare », dit le chirurgien, « pas un pénis! »
L’homme s’exclame: « Oh mon Dieu! J’ai dû le fumer dans le taxi! »
*
Il y a un inconvénient à être athée:
Vous n’avez personne à invoquer dans les affres de l’orgasme.
*
Il était une fois un prince très gentil, il n’avait jamais arraché la moindre patte au moindre mille-pattes, mais il était pourtant sous le charme d’une méchante sorcière.
La malédiction était que le prince n’avait le droit de prononcer qu’un seul mot par an. Il pouvait, cependant, accumuler des crédits, c’est-à-dire que s’il ne disait rien de tout un an, il avait droit à 2 mots l’année d’après.
Un jour, il rencontre une belle princesse dont il tombe éperdument amoureux. Il décide de se retenir de parler pendant 2 ans pour pouvoir lui dire passionnément dans le blanc de ses beaux yeux bleus: « Ma chérie ».
Au bout des 2 ans pourtant, il se dit qu’il voulait également lui déclarer qu’il l’aimait, si bien qu’il décida d’attendre encore 3 ans de plus, pour dire « Ma chérie je t’aime », après un total de 5 ans de silence.
Mais au bout des 5 ans, il était arrivé à la certitude qu’il devait la demander en mariage, et donc qu’il lui fallait attendre encore 4 ans de plus.
Enfin, quand ses 9 années de silence furent écoulées, il était légitimement fou de joie. Il conduisit la princesse dans les allées les plus romantiques de son château, s’agenouilla devant elle et lui dit:
« Ma chérie, je t’aime. Veux-tu m’épouser? »
La princesse répondit: « Pardon? »
*
Gérard part à l’hôpital rendre visite à son ami Roger, qui est à l’article de la mort. Il se trouve à son chevet, quand soudain la condition fragile du malade empire. Et Roger fait des gestes affolés pour obtenir de quoi écrire. Gérard lui tend un stylo et une feuille de papier, et Roger puise dans ses dernières réserves pour griffonner quelques mots. A peine a-t-il fini de les tracer qu’il meurt. Gérard met le papier dans sa poche, incapable, dans son chagrin, de le lire séance tenante.
Quelques jours plus tard, Gérard est en train d’évoquer quelques souvenirs avec la famille de Roger lors de la veillée mortuaire, quand il s’aperçoit que le papier est dans la poche de la veste qu’il a sur le dos. Il annonce à la famille:
« Roger m’a tendu un billet juste avant de mourir. Je ne l’ai pas lu encore, mais le connaissant, je suis sûr qu’il y a une pensée forte pour chacun d’entre nous. »
Et il lit tout haut:
« Tu as les pieds sur mon tube d’oxygène »
*
Des touristes visitent le Muséum d’Histoire Naturelle. Ils s’émerveillent devant les squelettes de dinosaures. L’un d’entre eux demande au gardien:
« Pouvez-vous me dire l’âge de ces os? »
Le gardien répond: « Ils ont trois millions quatre ans et six mois »
« C’est un chiffre incroyablement précis », dit le touriste. « Comment pouvez-vous savoir si exactement leur âge? »
Le gardien réplique: « Eh bien, les squelettes avaient trois millions d’années quand j’ai commencé à travailler ici, et c’était il y a quatre ans et demi. »
*
Une standardiste des urgences reçoit un appel d’un chasseur:
« Je viens juste de tomber sur un corps ensanglanté dans les bois! C’est un homme, et je pense qu’il est mort! Que dois-je faire? »
La standardiste lui répond calmement: « Tout ira bien, monsieur. Contentez-vous de suivre mes instructions. La première chose à faire est de poser votre téléphone et de vous assurer qu’il est bien mort. »
Un silence se fait au bout du fil, suivi d’une détonation. L’homme reprend l’appareil:
« Voilà. Que dois-je faire maintenant? »
*
Par le passé, c’était le plus fort, en tapant sur le crâne du plus faible avec un fémur, qui réglait les divergences sociales.
Mais, après des siècles de progrès philosophique et politique, la société a fini par comprendre que les missiles sont bien plus efficaces.
*
Barbara et Laurence font une excursion en brousse.
Elles plantent la tente dans un coin désert.
En pleine nuit, un kanak entre, saisit Barbara, et l’emmène en pleine forêt.
Il assouvit tous ses désirs sur elle.
Barbara est retrouvée au matin, seule, et est emmenée à l’hôpital.
Le lendemain, Laurence vient la voir et la trouve très abattue.
Laurence: « Tu dois te sentir dans un état terrible, hein? »
Barbara: « Ben évidemment, ça fait 24 heures, et pas un mot, pas un bouquet de fleurs… il n’a même pas téléphoné! »
*
Madame Bongrain intente un procès à un homme pour diffamation de sa personne, au motif qu’il l’a traitée de truie. L’homme est jugé coupable et condamné à payer des dommages et intérêts. A l’issue du procès, il demande au juge:
« Cela veut-il dire que je ne peux plus traiter Madame Bongrain de truie? »
Le juge: « Vous avez parfaitement compris. »
« Et cela signifie-t-il que je ne peux pas surnommer une truie madame Bongrain? »
« Non », dit le juge, « vous êtes libre de surnommer une truie madame Bongrain. Il n’y a aucun délit à cela. »
L’homme regarde madame Bongrain droit dans les yeux et lui dit:
« Bonne journée, madame Bongrain. »
*
Un homme gagne 100.000 € au casino. Pour éviter que cela ne se sache, il emporte l’argent chez lui et l’enterre dans son jardin. Mais le lendemain matin, il n’y a plus qu’un trou vide. Il voit des empreintes de pas, qui le conduisent tout droit à la maison d’à côté, qui appartient à un sourd-muet.
Par chance il connaît, à l’autre bout de la rue, un professeur qui connaît le langage des signes et qui accepte de l’aider à confondre son voisin. Il prend un pistolet et, accompagné du professeur, entre chez le voisin. Quand il le trouve, il le vise à bout portant et demande au professeur:
« Dites à ce type que s’il ne me rend pas mes 100.000 euro, je le tue sur place! »
Le professeur traduit au voisin, qui répond par le langage des signes qu’il a enterré l’argent dans son propre jardin, au pied du cerisier.
Le professeur se tourne vers l’homme et dit:
« Il refuse de vous le dire. Il dit qu’il préférerait mourir plutôt que de parler. »
*
2 croupiers s’ennuient à une table de dés. Une belle blonde très séduisante survient, et parie 20.000 € sur un seul coup de dés. Elle dit:
« J’espère que cela ne vous gêne pas, mais je me sens plus en veine quand je suis complètement nue. »
Sur ces mots, elle se déshabille, lance le dé et crie:
« Allons, vas-y mon bébé, maman a besoin de nouveaux habits »
Quand le dé se stabilise, elle hurle en sautant dans tous les sens:
« OUI! OUI! J’AI GAGNÉ! J’AI GAGNÉ! »
Elle embrasse chacun des 2 croupiers, ramasse ses habits et ses gains, et s’en va rapidement. Les donneurs se regardent, sidérés. Enfin l’un demande:
« Combien de points a-t-elle obtenu? »
L’autre: « Je ne sais pas. Je pensais que tu regardais »
*
Un homme attend toute la journée dans la salle des pas perdus d’un tribunal correctionnel qui doit examiner son cas d’infraction au code de la route. C’est finalement à son tour de passer devant le juge, mais le juge lui dit qu’il faudra revenir le lendemain, car le tribunal doit lever la séance. Exaspéré, l’homme s’exclame:
« Bordel de merde, mais pourquoi? »
Le juge répond d’une voix glaciale: « Vingt euros pour outrage à la Cour »
L’homme sort son portefeuille. Le juge secoue la tête:
« Vous n’êtes pas obligé de payer aujourd’hui. »
L’homme réplique: « Je vérifie juste que j’ai assez d’argent pour m’offrir deux mots de plus. »
*
Un américain entre dans un bar. Il a un perroquet en smoking perché sur son épaule. Le barman dit: « Ouah, il est chouette! Où l’avez-vous eu? »
Le perroquet répond: « En Amérique. Ils ont des millions de types comme celui-là »
*
Un escargot est agressé par 2 tortues. Quand la police lui demande ce qui s’est passé, il répond: « Je ne sais pas. Tout s’est passé si vite. »
*
Un couple part en vacances dans un gîte rural. Comme son mari fait la sieste, la femme décide de prendre le bateau, où il a déposé son matériel de pêche, et d’aller lire sur le lac. Elle est en train de prendre un bain de soleil quand le garde-pêche local s’approche d’elle en bateau et lui dit:
« Il est interdit de pêcher ici, madame, j’ai le regret de devoir vous mettre une amende. »
La femme répond: « Mais monsieur, je ne suis pas en train de pêcher! »
Le garde-pêche lui rétorque: « Madame, vous avez tout l’équipement nécessaire. Je vais devoir rédiger cette amende. »
Alors la femme: « Si vous faites cela, monsieur, je vais devoir vous accuser de viol! »
« Mais je ne vous ai même pas touchée », dit le garde-pêche.
« Je sais », dit-elle, « mais vous avez tout l’équipement nécessaire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *