"Les effets de la pornographie sur le cerveau sont comparables à ceux de l'héroïne"

Les exrémistes sont partout, y compris dans le milieu du bien-pensant,
où ils sont finalement plus inquiétants
car les satanistes, les pervers, les scientologues, n’ont pas grand pouvoir décisionnaire.
« Brazil » est à notre porte…

Extirpons la bête… mais qu’est-ce qui survivra?
chassons-la-bete

Les effets de la pornographie sur le cerveau sont comparables à ceux de l’héroïne
Etats-Unis – Des experts sur les effets de la pornographie dans la chimie du cerveau ont récemment témoigné lors d’une audition au Sénat américain. Le point central de la discussion a été de définir si la pornographie était protégée par le Premier Amendement ou si elle devait être rendue illégale en tant que forme d’expression occasionnant une dépendance. Le psychiatre Jeffrey Satinover a décrit combien la pornographie ressemblait à la cigarette, notant qu’elle était un système élaboré pour provoquer un afflux d’opioïdes endogènes à l’intérieur du cerveau. Et d’ajouter « il est temps de cesser de considérer ces choses comme une simple forme d’expression. La science moderne nous permet de comprendre que la nature d’une dépendance à la pornographie est chimiquement similaire à une dépendance à l’héroïne ». Le docteur Mary Anne Layden du centre de thérapie cognitive de l’Université de Pennsylvanie a expliqué comment une image à caractère pornographique était comme pyrogravée dans la conscience : « S’il s’agissait seulement d’une substance occasionnant une dépendance, vous pourriez vous en débarrasser à n’importe quel moment de votre vie. Mais ce type d’images reste pour toujours dans votre cerveau. » Le docteur Judith Reisman, présidente de l’Institute for Media Education a lancé un appel au Sénat afin qu’il renforce la loi contre la pornographie et rassemble les informations pour connaître son rôle dans le passage à l’acte des criminels ». Selon Daniel Weiss, analyste des médias pour Focus on the Family, « les preuves présentées par les experts ont démontré de façon accablante les dangers de la pornographie ». Sources : Focus on the Family/ Top chrétien

Commentaire:
Tout le monde a des conduites addictives qui s’impriment fortement sur le cerveau,
à commencer par la TVphagie fortement encouragée aux USA.
Ce genre de communication revient non pas à juger les addictions
mais à les classer en bonnes et mauvaises
avec des motivations qui fleurent bon l’inquisition chrétienne
et les régimes « normalisateurs ».

Faites vos derniers câlins à votre fille,
et n’espérez pas en faire à vos petits-enfants:
Vous finirez en prison comme pédophile…

Une réflexion sur « "Les effets de la pornographie sur le cerveau sont comparables à ceux de l'héroïne" »

  1. Ne pas cadrer la réflexion nécessaire sur l’addiction,
    c’est arriver finalement à dire:
    « Toute passion comporte de l’addiction, quel qu’en soit le domaine,
    puisque le passionné y trouve tellement de satisfaction
    qu’il lui sera très difficile de s’en passer »

    Ce n’est pas par hasard que cette attitude, retrouvée dans les dictatures,
    le nazisme, les religions intransigeantes,
    le coeur très conformiste des sociétés anglo-saxonnes,
    a créé les milieux les plus déshumanisés de notre histoire.

    Ironiquement, traquer les addictions devient une habitude, elle-même,
    très addictive…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *