Profil du migrant réussi

L’adaptation du métropolitain à la Nouvelle-Calédonie repose pour moitié sur les conditions matérielles, pour une autre moitié sur des considérations psychologiques.
Il y a en effet des gens, suffisamment nantis, qui n’arrivent pas à trouver douillet
ce nid pourtant paré de nombreux attraits.

Réussissez votre décollage vers la Nouvelle-Calédonie
decollage

Parmi les gens très mobiles et actifs qui peuvent s’installer en n’importe quel point de la planète, séparons:

-Les « digéreurs », dont l’activité est très en harmonie, voire dépendante, de leur environnement,
qu’il s’agisse d’occupations hautement intellectuelles: arts, spectacles, sciences… ou physiques: sport de haut niveau, hobbies…
Ils ont besoin d’un univers « créé » déjà en grande partie.

-Les « inventeurs », dont l’imagination les fait emporter leur univers intérieur en n’importe quel point de la planète, et le contexte extérieur a moins d’importance.
Même dans le désert?.. Si certains se croient capables de s’affranchir complètement d’autrui, peu échappent à la satisfaction d’un milieu valorisant leurs productions personnelles.

Tout ceci est un peu manichéen bien sûr, mais vous vous situerez entre ces repères. Les années et l’accumulation de routines, même fort variées, tendent à transformer le jeune inventif en mûr digestif.
La Nouvelle-Calédonie est clairement un milieu idéal pour les inventeurs, défavorable pour les digéreurs exigeants sur la qualité de leur environnement.

Le territoire n’est pas aussi riche que la métropole en rendez-vous incontournables: Les digéreurs peuvent trouver pesantes les heures libres récupérées sur leur ancien planning métropolitain à haute pression.

Heures qui sont du pain béni pour l’inventeur, qui ressort des cartons tous ses vieux rêves et projets remontant parfois à l’adolescence, et enterrés par les contraintes professionnelles et familiales.

Serait-ce un jugement de valeur?
Non, il est toujours possible de passer d’une tendance à l’autre, c’est une affaire de réadaptation à un environnement tellement subi que vous êtes dans la situation d’un prisonnier fraîchement libéré après des années de contrôle social strict, ici volontaire.

Prenez conscience de cette facette de votre nouvelle vie pour ne pas la faire échouer. Demandez le soir à votre inconscient de vous trouver des projets pour le réveil. N’étant plus si occupé à engranger de nouveaux évènements, qui finissent par devenir identiques, il va pouvoir s’occuper de vous souffler de vrais changements. N’est-ce pas ce que vous êtes venu chercher?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *