Les fièvres les plus dangereuses ne sont pas virales

Après les micro « évènements » de ces dernières semaines,
s’est mis à circuler sur le net un texte « pour réfléchir (!) »
exposant le scénario d’une répétition générale
d’une prise de pouvoir armée par les troupes fanatiques
de l’USTKE-Parti Travailliste.

Cette vision paranoïaque de l’action kanak échoue sur une faille essentielle:
Qui est le Hitler machiavélique organisateur de ce futur coup d’Etat?
La société mélanésienne ne fabrique pas de grandes pointures du Mal,
et si elle produisait un visionnaire génial de la « cause »,
il réaliserait que les manipulations légales offertes par la démocratie
offrent un boulevard bien plus large vers le pouvoir.
Le président de la plus puissante nation du monde est noir.

Je ne voudrais surtout pas diffuser ce texte
qui dressera davantage les gens sur leurs ergots.
Les futurs maîtres du monde sont les asiatiques
sur la placidité desquels s’épuisent les coups de sang latins
…et kanaks (pas la meilleure chose apprise du colonisateur).

Que les mélanésiens luttent contre le barbarisme
(alcool et drogue parsèment les rues de bêtes dangereuses),
que les blancs luttent contre la morgue et l’élitisme
(qui parsème les rues de bêtes prétentieuses),
et nous aurons un grand boulevard de tolérance
de Rivière-Salée à Val Plaisance.

maitre-du-monde

5 réflexions au sujet de « Les fièvres les plus dangereuses ne sont pas virales »

  1. L’intolérance,
    une grippe bien plus insidieuse et maligne que le H1N1,
    qui, comme tout prédateur consciencieux,
    ne fait qu’emporter les déjà mourants du troupeau.

  2. Jean-Luc Melenchon, député européen:

    « Avoir emprisonné le secrétaire général du syndicat USTKE est une faute indigne du niveau intellectuel auquel devrait se situer toute décision sur le territoire. »

    JLM nous annonce donc qu’un représentant syndical, de part sa fonction, est au-dessus des lois. La mauvaise langue dirait qu’il balise le terrain en cas de propre bêtise de sa part?
    Mais surtout, quel message pour la base, le TKE (Travailleur Kanak Exploité): « Soutenez votre représentant à tout prix, il pourra se permettre n’importe quoi ».
    Et le TKE pense que lui aussi pourra tout se permettre…

  3. La culture subissante emprunte d’abord à la culture dominante ses vices, ses faiblesses et ses aberrations, puis sent un charme s’exercer sur elle, et enfin, par l’entremise des vices et des faiblesses qu’elle s’est appropriée, se laisse envahir par la force de valeur de la civilisation dominante. Nietzsche

    On ne peut pas dire que la Calédonie y échappe, avec les mélanésiens qui ont joyeusement ajouté en premier les drogues des blancs aux leurs, et la faculté de se mécontenter en permanence, pour adopter ensuite les joies de l’élévation personnelle, encore loin d’être une règle.

  4. La société kanak peut être en pleine mutation,
    elle repose, comme les autres, sur ses hommes et leurs prises de conscience personnelles.

    Ainsi un Néaoutyine a-t-il atteint le statut de vieux sage,
    tandis qu’un Uregeï est toujours en lutte contre ses frustrations profondes
    et travestit la réalité pour la rendre supportable.

    Leurs discours:
    http://www.lnc.nc/articles/article_71346_255935.htm
    http://www.lnc.nc/articles/article_71346_255939_71346.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *