Prohibition à la française

La MILDT française (Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et Toxicomanies) combat les fabricants de drogues.
Applaudissons en coeur?
Pas si blanc.
Les fabricants ont une large assise de popularité:
Ce sont moins les consommateurs
(vous avez déjà vu un client satisfait?)
que ceux à qui ils fournissent du travail.

Je parle de la Colombie, pensez-vous,
ça ne nous concerne pas…
En France les fabricants d’alcool sont dans la même situation,
au banc des accusés,
avec pas seulement de mauvais arguments,
et dans la salle une foule de supporters.
Peut-être en êtes-vous?
Cette intro fait mieux comprendre ce que les pays occidentaux
imposent aux régions productrices de drogues,
difficultés majorées quand les consommateurs
ne sont pas au même endroit que les cultivateurs.

Les armes les plus récentes de la MILDT restent moyennâgeuses.
Au ratelier s’empilent les répressions négatives,
pas de vente aux mineurs, pas de vente à la bouteille en boîte de nuit, plus de happy hour.
Règne du non.
L’Amérique n’avait-elle pas essayé ça à une époque?
La prison ferme toutes les portes aux addictifs,
Aucune incitation positive pour s’auto-prendre en charge.

En Calédonie alcool et drogues sont un problème bien pire qu’en France.
On n’a pas de Chevalier MILDT en armure clinquaillante,
mais pourquoi pas des idées?

En voici une:
Le permis de s’alcooliser.
Obligatoire pour acheter et consommer.
Stage de sensibilisation aux abus et examen de passage, comme le bon vieux permis de conduire.
Mauvaise gestion de sa consommation personnelle?
Retrait du permis, bref, prolongé ou définitif.

Pourquoi pénaliser celui qui boit ou se drogue
sans être dangereux pour les autres
de la même façon que celui qui identifie tout juste
le volant qu’il empoigne?

Glosons bien sûr sur l’utopie où personne n’aurait ces envies
d’éteindre d’agaçantes pensées.
Les médicaments sont-ils une meilleure solution?
Les anti-dépresseurs sont sur la sellette: Ils désinhibent trop!
Comme l’alcool donc.

Le seul concitoyen acceptablement tranquille est le zombie
(celui de la maison de retraite, pas celui de Romero).

Est-ce le paysage dont nous rêvons?

Du moment qu’on n’emmerde pas les autres…
Mauvaise conduite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *