Mai 262016
 

Appliquons notre grille de lecture de « Etre ou avoir » à un espace multi-ethnique : la Nouvelle-Calédonie. Son histoire s’est déroulée en 4 phases : invasion coloniale, statu quo, révolte « blessante », melting pot.

1) L’invasion coloniale ; l’occidental impose son pouvoir terrestre et spirituel aux tribus. Missions plutôt que tueries. Eduquons le sauvage. Pour son bien ? Le nombre d’autochtones passe cependant de 100.000 (estimation 1853) à 20.000 en 1920. Maladies, malnutrition, soulèvements réprimés (les tribus rivales aidant à réprimer les révoltés). A juger cependant avec la sensibilité de l’époque et non celle d’aujourd’hui. Nulle part le monde n’était tendre. Les sociétés ritualisaient des violences psychologiques et physiques, traditions marquant encore la société contemporaine. Homo sapiens, ça pince, ça mord…

2) Le statu quo. L’anglo-saxon utilitariste, très conscient de la distance entre cultures et peu croyant en l’auto-détermination individuelle, fut un colonisateur agressif : il éradique la culture locale et intègre ses membres à la sienne, s’ils en sont capables. Le français humaniste fut moins terroriste : intéressé à la culture locale, il tente la mixité pour attirer les locaux vers sa manière de penser, en conservant la base traditionnelle intacte.

Ethiquement louable mais sociologiquement naïf. Méconnaissance du formatage panconscient totalitaire chez la plupart d’entre nous. L’être humain ne naît pas philosophe. La Calédonie du statu quo est, pendant un siècle, une juxtaposition de deux sociétés presque étanches. On n’utilisera pas le terme d’apartheid parce que, contrairement à l’Afrique du sud, la séparation n’est pas imposée par l’envahisseur. Choix partagé.

Ce fut ainsi la période la plus tranquille de l’histoire calédonienne, regrettée par la majorité des habitants nés à cette époque, toutes ethnies confondues. Enfants mélangés à l’école. Apprenant à vivre comme aux côtés d’une espèce différente, parlant sa propre langue mais ayant appris la langue commune. Du moins dans le sens kanak > français. Obligatoire, et malaisé pour une grande partie des élèves, ce qui a certainement favorisé la sujétion et la frustration des petits kanaks. Une bonne idée aurait été, dans les écoles mixtes, de faire de l’anglais la langue commune. Même défi pour tous. Fut-on trop fier, ou pas assez fier, pour ne pas y avoir pensé ?

3) La révolte blessante en 1984. Terme utilisé bien entendu à la place de sanglante. Affaire douloureuse certes. Meurtres et guérilla des milices. Néanmoins ouvrir n’importe quel livre d’histoire contemporaine convainc immédiatement de la chance des calédoniens dans pareille mutation.

Pourquoi la révolte alors que la majorité des calédoniens cohabitait paisiblement ? Manque d’attention à un effet secondaire majeur de la colonisation des têtes à l’école : éduqué à penser comme un bon petit français, le mélanésien apprend aussi ce que le blanc sait faire de mieux : convoiter, réclamer, râler… bref, s’individualiser ! Bon terreau pour les idées politiques de gauche de l’époque. Les leaders kanaks ont fédéré deux pulsions très différentes, frustration des jeunes à ne pas accéder au mode de vie occidental, et contentieux foncier chez les anciens.

4) Le melting pot. La seconde revendication est progressivement satisfaite par l’ADRAF, le service de réattribution des terres. Quant à la frustration des jeunes kanaks, elle ne fait qu’augmenter. Une partie accède aux emplois et au consumérisme occidental. Une autre reste à la traîne. Jeunesse globalement moins compétitive que dans les autres ethnies. Déficience éducative ? Plutôt mutation trop rapide. Côtoiement d’une culture collectiviste avec une individualiste, aux visions contradictoires sur le travail. Quand le jeune kanak était destiné à la pêche ou l’agriculture, on pouvait le laisser s’éduquer seul. Libéralité fonctionnant très mal, à présent, dans une banlieue, avec un système scolaire compétitif, surtout avec une mère kanak obligée de s’absenter pour travailler. Désaveu de la coutume, rébellion pubertaire contre le prof blanc, plus collant et contraignant que les parents : les jeunes kanaks font seuls le choix de leurs repères, c’est-à-dire construisent quelque chose de totalement asocial sauf au sein du gang. Patratras ! On est redescendu au niveau de l’animal. Plus bas même, peut-être, car il n’existe pas d’espèce où les géniteurs s’occupent si peu de leurs rejetons qu’ils traînent en bandes dangereuses dans la nature.

Carence éducative particulièrement profonde en matière de tolérance. Ce grand mot, étonnamment, recouvre et enlumine un concept auquel nous pensons autrement : l’inégalité. Comment ?? La tolérance est l’encouragement à supporter les différences, donc les opinions inégalitaires. Chacun sa place, à sa place. Droit à une niche sociale, mais reconnaissance que toutes ne peuvent être identiques, que le mérite apporte des droits supplémentaires, que la culture hiérarchise à sa façon, que les services rendus sont un capital pour l’âge où l’on deviendra incapable de les fournir. La tolérance est le lien adolescent entre l’enfant du « Tout, immédiatement », et l’adulte du « Tout n’est pas possible ». Comment grandir sans elle ?

Aucune société, la coutumière ou l’occidentale, n’ouvrant plus les bras aux jeunes calédoniens marginaux, ils se mettent à délimiter agressivement leur propre espace. A établir leurs règles abrégées. Vol et échange au présent remplacent la propriété du travail et toutes anticipations.

La Nouvelle-Calédonie n’est pas pauvre, ni dépourvue de bonnes volontés. Mais comme la plupart des microcosmes elle anticipe peu. Elle vit au présent, manque de visionnaires. L’avenir le plus lointain est le vote pour l’indépendance. Il ne cache pourtant pas beaucoup d’incertitudes. Dans l’intervalle la bombe formée par cette génération rejouant la guerre que n’ont pas terminée leurs parents, va devenir impossible à désamorcer. La prison ne pourra plus être vidée.

Anticiper, réfléchir, prévenir, voilà qui est aussi fatigant pour l’esprit que peu rentable en politique. Alors on se rabat sur le plus facile : protester. Voilà qui donne une belle impression d’exister. Sans trop s’épuiser.

*

Être ou avoir ? Ou paraître ?

*

 Posted by at 14 h 33 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)