‘Je pense donc je suis’. Est-ce une déclaration vraie ou y a-t-il davantage dans l’existence que nos pensées?

« Je pense donc je suis » est le simple regard. Regard de l’esprit sur le monde, épistémique. Mais esprit ignorant de sa provenance.

L’autre direction est « Mon être (je suis) pense ». Regard du monde sur l’esprit, ontologique. Mais monde également ignorant de sa provenance, n’existant qu’à travers l’esprit qui le conceptualise.

Le double regard, associant les deux directions, cerne la relation esprit/monde. Il lui donne de la substance.

Le double regard est dynamique. La chose qui constitue s’éprouve, et une fois avancée, cette même chose se retourne et se représente dans sa constitution. Elle prend conscience.

Ainsi peut-on échapper au fossé dualiste esprit/monde. Il devient un retournement. C’est par une succession de ces retournements que notre conscience s’éveille du corps et acquière de l’épaisseur.

La direction initiale est le corps constituant la pensée (« Je suis… pense »). Donc la déclaration de Descartes est incomplète et chronologiquement fausse. Ôtez le corps, ou rendez-le malade, et il n’y a plus de pensée.

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *