Importuns, à la porte !… Pour sortir, ou entrer ?

Ne pas supporter une opinion défavorable envers soi est un moteur puissant pour l’esprit.
Si un tel désagrément nous accable, c’est que l’indélicat n’a pas perçu la justesse espérée de notre discours.
A cela, deux origines possibles : Soit notre opinion n’est pas juste, soit elle est juste mais nous ne l’avons pas présentée d’une façon qui permette à l’autre d’en voir les avantages.

Dans les deux cas, nous avons intérêt non pas à rejeter l’importun comme si son odeur était déplaisante, mais au contraire à le faire entrer dans notre polyconscience. Si notre opinion est fausse, sa persona interviendra pour la rectifier. Si elle est juste, la persona nous permettra de comprendre le meilleur angle pour la lui soumettre à nouveau.

Non pas qu’il soit essentiel de prendre le monde entier sous notre aile, idée futile. Mais nous rencontrons ainsi, au fil d’une polyvalence améliorée de notre conscience, de moins en moins d’importuns.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *