Août 282012
 

L’être humain ne comprend que des causes, et des limites. Il les cherche incessamment, car sa façon d’appréhender le monde, par des représentations, implique une causalité et des frontières, sinon elles sont incohérentes et incomplètes. Dès lors le penseur doit se méfier de son propre esprit, qui cherche à adapter le monde aux outils utilisés pour le contenir, plutôt que construire d’autres outils qu’il n’est peut-être pas capable d’imaginer. S’il n’est pas méfiant, il cherche un obligatoire créateur à l’univers, car il est impossible que celui-ci n’ait pas été causé. Il cherche une limite à cet univers, autant dans le macro que le microcosme, sinon sa représentation « fuit » dans l’inconnu.

Ce biais mis à jour, il est sans doute plus prudent de fonder notre raisonnement sur les postulats contraires, qui n’ont pas ce « conflit d’intérêt » avec notre esprit : que l’univers n’ait ni cause, ni limites.

 Posted by at 1 h 45 min
Août 312011
 

Que de stupidités n’a-t-on pas racontées sur le Soleil et la Lune ! Il est évident pour l’oeil nu que ces deux globes sont à égale distance, et cousins du nôtre. Les différences résident dans leurs histoires.

Celle des Soléaires n’a pas été tendre. Ils ont découvert accidentellement le secret de la fusion nucléaire, n’ont pu éviter que la réaction s’emballe et s’étende à la totalité de leur monde. Devenu leur tombeau, nous devons maintenant en supporter, malgré la distance, la morsure brûlante.
Les Lunatiques, eux, furent plus avisés. Ils se contentèrent de l’éclairage au gaz, dont ils ont des réserves immenses. Elles permettent d’illuminer d’une clarté généreuse mais raisonnable la moitié habitable de leur monde.

Pour les Lunatiques nous devons sembler être à l’Âge des Cavernes, avec les maigres lumignons de nos villes qui donnent à la Terre l’allure d’une boule de Noël décorée d’une pauvre guirlande, au sein d’un misérable bidonville galactique.
Nous devrions tirer quelque inquiétude du fait que la bourde des Soléaires dévoile la moitié du temps notre seule richesse : une grande piscine bleue, que les nantis stellaires n’hésiteraient pas une seconde à aspirer en grande pompe galactique, ou dans laquelle les autres squatters du secteur pourraient venir se baigner en nous laissant traces de leurs humeurs et bactéries nauséabondes.

Éteignez donc le Soleil ! La nuit nous protège…

 Posted by at 20 h 18 min
Juin 122011
 

L’univers est le résultat d’un hasard inéluctable.

Le défi de la physique est de mettre en équations un tel contresens.

 Posted by at 6 h 09 min