Déc 122013
 

Parler d’art universel est risquer de se faire mal comprendre. Pour le spectateur, l’art est avant tout un moyen d’identification du soi, de sa propre singularité, et de ce qui lui fait écho chez les autres, en particulier l’artiste. On se confronte au phénomène étrange de l’identité, cette intrication de mimétisme et d’originalité. On découvre des briques communes avec des esprits étrangers par delà la culture, voire même au-delà de l’espèce.

Ainsi l’art n’est universel que dans son principe, et nullement dans sa forme.
Il pourrait être symbolisé par deux personnes contemplant des tourbillons, fort semblables entre eux. La première personne pointe un doigt et s’exclame : « Regarde celui-ci, il est fantastique ! ». La seconde fait la moue et en désigne un autre : « Ah ? moi je préfère celui-là… ».

 Posted by at 2 h 20 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)