Nov 082012
 

C’est ainsi que j’appelle une bibliothèque. Les rois ne s’abaissaient pas à chercher des idées eux-mêmes. La piètre qualité du résultat aurait pu faire douter de leur droit divin. Ils avaient pour cela du « personnel à penser », et se réservaient de sélectionner les pertinences comme des mets sur un buffet.
La République est passée par là et nous avons tous à présent nos gens de pensée, rebaptisés avec plus d’humilité nos maîtres en réflexion. Un doigt suffit à les extraire de l’étagère ou des profondeurs du web.
Tandis que l’esprit du roi pouvait rester toute sa vie une immense coquille vide impossible à remplir, notre moderne majordome de la pensée, cette bibliothèque à nos ordres, fait pousser de jeunes ramifications à notre esprit vers les points dégagés qu’il nous montre dans le ciel, jusqu’à le transformer en magnifique arbre de conscience.
Attention, tel l’esprit du roi modelé par ses conseillers les plus habiles, votre arbre aura une forme manipulée par les plus malicieux des tailleurs que vous aurez lus…

 Posted by at 10 h 26 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)