jan 122012
 

L’essence la plus intime de la question existentielle n’est ni la réponse, ni le questionnement, mais le choix : Dans quelle étendue d’illusionnement souhaite-t-on s’ébattre ? Préfère-t-on barboter dans la sécurité d’une baignoire, ou est-on prêt à affronter les eaux libres et sombres de l’océan, où rôdent de monstrueux concepts matérialistes, prêts à emporter une large portion de notre esprit dans leur gueule barbelée ?

 Posted by at 4 h 24 min

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>