Mai 192011
 

Les forums de philosophie ne sont pas l’espace feutré que vous pourriez imaginer. Ce n’est pas la transposition sur le web de ces bibliothèques où un soupir fait lever toutes les têtes, et peut-être cette impossibilité d’y hurler génère-t-elle un refoulement qui s’exprime vivement sur les claviers. Les idées bataillent. L’émotion gagne souvent sur la raison. Ni l’une ni l’autre ne sont proscrites, cependant, en philosophie, et les chartes des forums devraient sans doute éviter le copier-coller d’autres espaces de discussion où le membre trop excité se fait rapidement décalotter et expulser 😉

On pourrait croire plus nombreux en philosophie les médiateurs carburant d’une sagesse sans plomb à 98%, mais non. Etonnons-nous même que tant de « philosophes » soient si mauvais psychologues : N’est-ce pas un préalable indispensable pour réfléchir que regarder le manuel de son outil à penser, et connaître les particularités des autres modèles avec lesquels on communique ?

Les sites peuvent être classés en 3 groupes, selon votre intention : 1) apprendre la philosophie 2) parler de philosophie 3) devenir philosophe

Le premier groupe est donc clairement scolaire et cible les étudiants et les adultes candidats à une initiation.
Philosophia : jeune, pas prétentieux, sujets variés
Futura-Sciences : tous les forums FS sont d’un excellent niveau en restant accessibles au grand public ; plus de catégorie philosophie spécifique mais une rubrique Sciences Humaines assez riche.
Discutons.org : idem Philosophia ; réponses souvent plus précises.
Questions du monde : idem Philosophia
Aide : en philosophie par des professeurs bénévoles : une réponse avertie pour vos questions les plus candides.
Encéphi – Les dialogues : Pas un forum, mais un très bon site québecquois à garder en référence pour une initiation rapide aux nombreux sujets de la philosophie : ils sont traités ici avec le maximum de clarté et de brièveté.

Le second groupe est tenu généralement par des profs de philo ou d’autres personnes dont le métier concerne l’étude et la conservation de la philosophie. L’ambiance est quelque peu théologique. Des chapelles permettent de discuter de l’oeuvre d’un grand philosophe. C’est assez académique ; les réponses consistent à pêcher ce qui a déjà été écrit et le commenter. Savoir abondamment étalé, nombreuses références qui occuperont toutes vos nuits… Est-ce seulement auprès des bibliothécaires que vous fabriquerez votre philosophie originale ? D’une façon étonnante, les forums plus « candides » donnent parfois des réponses surprenantes, car derrière la candeur se cachent généralement de grandes questions philosophiques. Cela me fait penser à « Qui veut gagner des neurones » une émission-jeu d’Universcience.tv dans laquelle — c’est un exemple parmi beaucoup d’autres — un enfant répond à la question « A quoi servent les arbres ? » : « Ils servent à protéger les oiseaux ». Quand la majorité des adultes fournirait la réponse standart de son rôle dans la biosphère — transformation du CO2 en O2 —, cet enfant voit l’arbre surtout comme une maison à oiseaux, un immense nid sécurisé…
Doctissimo : langage accessible sans être trop scolaire, forum pour adultes qui tâtent leur veine de philosophe.
Académie de Grenoble : bon niveau et bonne convivialité avec des intervenants qui n’hésitent pas à aller au bout des sujets proposés
Digression : bon niveau, pas très actif, modération correcte
Forum de Philosophie : exemple du pire en philosophie académique ; commentaires polis des grands penseurs ; une philo sous cloche, surveillée par un gardien de square rébarbatif.
Le laboratoire du professeur de philosophie : Les profs compétents existent pourtant, ce site en est un bel exemple. Malheureusement il est dédié aux échanges pédagogiques.
Dialogus : Site très original qui fait répondre les avatars des grands philosophes historiques à vos questions. Provocations acceptées.

Je n’ai pas encore trouvé de site du 3ème groupe, ni « le meilleur forum de philosophie », j’en suis désolé. N’espérez pas découvrir facilement un Socrate discourant sur internet et vous offrant son compagnonnage. Les vrais philosophes se trouvent par hasard, dans un café, dans la rue, dans une librairie, pas souvent dans un lycée qui est un milieu trop carcéral pour l’enseignant comme pour l’élève. L’université est intéressante mais peut-être davantage pour les « étudiants » les plus âgés : Je vous encourage vivement à la fréquenter si vous approchez de la retraite, car le « décloisonnement d’intérêt » nécessaire à l’exercice de la philosophie réussit alors à prendre le pas sur les intérêts de la profession de philosophe.

Peut-être n’aurez-vous pas de chance et qu’aucun groupe ne vous plaira. Voici une méthode :

Commencez par écrire les questions qui vous intéressent. Répondez-y avec toute votre candeur et votre inexpérience. C’est le soubassement de votre assurance, des choses qu’on ne vous a pas dites mais qui vous semblent des évidences. Probablement certaines sont-elles fausses, mais ce n’est pas important, elles sont pour vous un outil de tri, un outil dont le rôle essentiel annihile les faussetés à ce stade juvénile de votre analyse. Si vous passez votre temps à ingurgiter des idées célèbres, vous deviendrez une éponge à savoir, comme la plupart des professeurs, mais pas un philosophe. Vous sélectionnerez difficilement ce qui vous est important dans le « programme » démesuré de la philosophie. Vous serez comme ces enfants de parents qui ne commettent aucune erreur : faibles en décision et en direction. Vous avez besoin, pour vous construire, de repérer les failles, y compris chez les penseurs célèbres. Soyez rebelle. Par la suite, quand votre noyau commence à gagner en assurance, lisez, informez-vous. Il vous sera alors plus facile d’analyser, de rejeter ou d’intégrer chaque ouvrage à la trame de votre propre philosophie.

Si j’ai un livre qui me tient lieu d’entendement, je n’ai pas besoin de me donner la peine moi-même de penser. Kant

Il existe trois catégories de philosophes : Ceux qui restent vagues parce qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent. Ceux qui restent vagues parce qu’ils savent que la philosophie s’adresse davantage à la sensibilité qu’à la raison. Enfin ceux qui n’ont jamais entendu parler de philosophie mais qui deviennent philosophes par la sagesse spontanée de leur vie.
d’après une parabole citée par Paulo Coelho sur l’alchimiste.

 Posted by at 9 h 38 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)