Oct 122011
 

Les douleurs vertébrales et dérivées sont la caricature de la maladie d’anticipation. Il s’agit de névralgies fulgurantes, extrêmement pénibles et imprévisibles, pour deux raisons :
—Elles sont déclenchées dans des mouvements de faible amplitude et combinant différents axes, si bien que la personne a des difficultés considérables à repérer les contextes déclenchants précis et à s’en prémunir.
—La plupart du temps elles sont ressenties à distance de la réelle source du problème (douleur projetée), car elles sont localisées par la personne à la terminaison du nerf et non à l’endroit où il se fait irriter. Le rôle normal du nerf est de transmettre l’information d’une lésion de la zone qu’il prend en charge ; s’il est lui-même irrité, il raconte la même chose, trompant son propriétaire. Même avertis, la plupart des gens continuent de se fourvoyer, car habitués à faire une confiance aveugle aux signaux de leur organisme. En voulant protéger l’endroit qui fait mal, par des compensations sur les articulations voisines, ils aggravent le problème au rachis.

Le rachialgique se trouve ainsi engagé malgré lui dans un film d’anticipation version gore, où un tortionnaire hideux et sadique, la douleur, le guette dans un labyrinthe de mouvements, sans aucune idée de l’endroit d’où il surgira. Doit-on être étonné que la conduite de cette personne devienne rapidement précautionneuse et inefficace ? Toute coordination est perdue. Le moindre départ de geste est une aventure dangereuse. Les antalgiques ne font que gommer légèrement la douleur, inopérants au plan mécanique.
Ce n’est plus un trouble en rapport avec des lésions vertébrales, mais une maladie d’anticipation.
Continue reading »

Jan 012009
 

Tandis que la rhumatologie française est sortie de l’ornière
sur les maladies « de système » (polyarthrites, lupus, spondylarthrites…),
avec des progrès thérapeutiques qui transforment le confort et le pronostic des patients,
les pathologies mécaniques, pourtant les plus courantes,
traînent encore dans leur Moyen-Age.

Ainsi la Revue du Rhumatisme sort un n° spécial
sur la cervicalgie « commune ».
Votre mal de cou quel qu’il soit, aigu ou chronique,
permanent intermittent ou postural,
lié à un incident, un accident ou votre profession habituelle,
sera classé dans la vaste rubrique du « commun ».
…et les traitements testés pareillement chez tout ce petit monde.

La rhumatologie vertébrale dans son bastion ultra-moderne

Continue reading »