Fév 062011
 

Après les spécialités cruxifiées au tableau des poisons vendus par les laboratoires – Vioxx, Isoméride, Diantalvic… -, voici un wagon de médicaments suspects qui se place sur une voie de garage, car n’en doutons pas, la publication de leurs noms va faire chuter nettement le nombre de leurs utilisateurs. Vous trouverez ici un bon décryptage de cette liste. Mais comment savoir, sur le fond, quelle est l’utilité réelle d’un médicament ? Continue reading »

Sep 012008
 

D’où provient le déficit de la sécu? Les solutions (1)

L’industrie sacrifie ses forces innovatrices sur l’autel de la sécurité.
Plus rentable en effet est de copier un médicament largement prescrit,
et d’envoyer son armée de VRP conquérir une bonne part de marché,
que de mettre ses ressources dans l’innovation,
avec tous les risques que cela comporte.

A contrario les génériques sont un vol légalisé,
obligeant tous les fabricants aux mêmes pratiques.

La sécu devrait avoir ses experts indépendants
être LE pharmacien grossiste,
n’achetant que des produits réellement innovants,
les mettant à disposition des prescripteurs,
court-circuitant tout lien commercial direct entre eux et labos.
La mode n’a rien à faire avec le médicament.

Ainsi la sécu n’est pas contrainte de payer
une croissance à 2 chiffres de l’industrie
quelque soient ses véritables réussites en matière de santé.
Cliente et non plus seulement censeur,
elle oblige ses fournisseurs à une véritable innovation.

Déc 012007
 

Seule justification à l’homéopathie:
L’excès de prescription des médicaments pharmacologiquement actifs par les médecins.

3 piliers à ce phénomène:
-La confiance que les malades mettent dans les pilules, pas toujours justifiée
-Le manque d’assurance de certains médecins,
incapables de conclure une consultation sans une prescription
-La pression commerciale de l’industrie. Continue reading »

Juin 192007
 

2 médicaments phares, Arcoxia (anti-inflammatoire) et Acomplia (anti-obésité) refusés par les experts de la FDA américaine.
Motif: rapport bénéfice/risque insuffisant.
Des milliards d’euros de perte pour les labos.
Défense de ceux-ci:
-De telles punitions vont décourager la recherche.
-Un des médicaments les plus efficaces de l’histoire, l’aspirine, n’obtiendrait plus son autorisation de commercialisation avec de telles restrictions. Continue reading »

Avr 082007
 

L’essentiel:
• Les grands malades se raréfient. Traitons les bien-portants.
• Tout le monde a un facteur de risque
• Prévention: but ultime? Pas si simple. Les traitements tuent aussi.
• Les gens sains avalent des pilules pour que les futurs vrais malades soient traités.
• Le bénéfice réel est inconnu.
• Tout le monde avale des traces de médicaments. L’eau de boisson en contient.
• Les milliards de pilules vendues financent la recherche.
• Mais plutôt celle de copies que de médicaments réellement innovants. Continue reading »