juil 192010
 

Rappel : La médecine basée sur les preuves part du principe que les conduites intuitives ou tirées de l’expérience individuelles peuvent être fausses tant qu’elles n’ont pas été validées dans un nombre significatif de situations identiques.

Par un renversement d’attitude plutôt hormonal que scientifique - chacun détenant la vérité -, ce principe s’est transformé dès ses débuts en « une conduite intuitive n’a pas plus de chances d’être juste que son contraire tant qu’elle n’a pas reçu une validation statistique ». Continue reading »

 Posted by at 17 h 46 min  Tagged with:
juil 152009
 

Le diagnostic n’est pas un ensemble de signes cliniques et complémentaires en proportion statisquement significative.
Ce diagnostic simplistique, dont pourrait déjà se charger une machine aux mémoires bien remplies, conviendra à une plante…
et encore en douteront les mains vertes.

Le diagnostic est une connexion entre le monde tel que le voit le patient, et des règles biologiques.
Classiquement le premier change comme la lumière un jour de nuages vagabonds,
les secondes évoluent si lentement qu’elles en semblent immuables.

interrogatoire
« Continuez à me raconter votre vie pendant que je vous examine… »

L’homme, cédant à la tentation de Prométhée, a inversé la donne:
La machinerie biologique devient un jouet entre ses mains,
tandis que le monde vu par le patient peine à s’adapter
à ces bouleversements réalisés… et plus encore, promis.
Continue reading »

 Posted by at 16 h 24 min  Tagged with:
sept 092008
 

Les « inventeurs » de l’Evidence Based Medecine (EBM) ou médecine factuelle (1) déclaraient dans leur article fondateur leur opposition ferme à la transformation de l’EBM en « livre de recettes de cuisine médicales ».

C’est fait.
Où l’EBM a-t-elle dérapé et pourquoi?

Conjonction d’un système qui s’arroge le droit de s’inquiéter du risque à la place du principal intéressé,
et prétention de calculer la malchance,

alors que restent ignorés
-le risque précis pour un individu donné
-les possibilités futures de guérison des maladies liées au risque
-la totalité des inconvénients liés au traitement préventif lui-même

et qu’est volontairement ignorée
-la part de risque acceptée volontairement par chacun pour éviter les contraintes d’une prévention.
Continue reading »

 Posted by at 18 h 39 min  Tagged with: ,
sept 012008
 

D’où provient le déficit de la sécu? (3)

Il exista une époque
où Claude Bernard s’attachait à déterminer chez un malade
la cause précise de ses maux,
et à lui administrer la meilleure potion ciblée
pour sa situation propre.

Vint l’Evidence Base Medecine (EBM),
objectivement « médecine fondée sur le doute »
relookée par ses moines en « médecine fondée sur les preuves ».
Science? ou église aux pratiques divinatoires:
Devant la cohorte des fidèles,
Il s’agit désormais de déterminer combien d’entre eux risquent d’être malades
et de tous les traiter pour réduire le nombre de maladies effectives.
Certains, bien portants, le seront moins à cause du traitement.
D’autres s’inquiètent inutilement, ils n’auraient jamais été malades.
La divination n’est jamais assez précise.
Mais la cohorte prime.

Le tube à essais, malgré sa forme virile,
s’est fait supplanter par la méta-analyse. Continue reading »