Sep 212017
 

La physiopathologie de la SPA n’est pas encore correctement identifiée. A priori elle est différente des maladies dites auto-immunes, maladies de la reconnaissance du « Soi biochimique » où existe des anticorps dirigés contre de mauvaises cibles, appartenant à l’organisme. Rien de tel dans la SPA. Cette maladie est étroitement associée à la présence de l’antigène HLA B27. Mais il ne s’agit pas d’une sensibilisation du système immunitaire à cette molécule. Les particularités biochimiques du B27 pourraient perturber la fonction normale de la cellule : anomalies de repliement des protéines ou formation d’homodimères entravant la présentation normale des antigènes et stressant l’induction du phénomène inflammatoire cellulaire, en particulier la production de l’IL23.

Si cette hypothèse est juste la SPA serait plutôt une maladie auto-inflammatoire qu’auto-immune. C’est-à-dire qu’elle est causée par une excitabilité excessive de l’inflammation cellulaire normale, en particulier au voisinage des enthèses (les ancrages des structures péri-articulaires sur les os), plutôt que par une production d’anticorps anormaux.

Toutes les personnes porteuses du B27 n’étant pas atteintes de la maladie (le B27 est présent chez 8% de la population), il faut des cofacteurs déclenchants. Ceux-ci pourraient être des agents microbiens particuliers, et le microbiote intestinal est le premier suspect (association de la SPA avec les maladies inflammatoires intestinales). Il semble également que des anomalies de la perméabilité intestinale facilitent la pénétration de certains germes (ou de leurs antigènes).

Au final la SPA fait partie de ces maladies qui sont des dérèglements insidieux, d’origine multi-factorielle (avec des cocktails de causes variables selon les personnes), ce qui est très gênant pour en supprimer l’origine. La politique actuelle est de faire les réglages personnalisés nécessaires pour rendre la maladie quiescente, à l’aide de multiples outils qui vont des anti-inflammatoires standards aux biothérapies. Les traitements sont remarquablement efficaces, au point qu’une SPA qui continue à être douloureuse malgré une prise en charge adaptée n’en est sans doute pas une, ou souffre d’une autre cause associée, fréquemment d’une fibromyalgie.

 Posted by at 15 h 12 min
Jan 022017
 

Emmanuel Maheu vient de publier une revue de la littérature à ce sujet sur JIM.fr, dont vous lirez ci-dessous les conclusions. La qualité de son résumé est excellente, mais les études elles-mêmes sont navrantes d’indigence, nous expliquerons ensuite pourquoi. En résumé, les critères utilisés, âge, stade radiologique, index fonctionnels, ont le tort de de ne pas définir pour autant différentes formes anatomo-cliniques de la gonarthrose, et ainsi d’être aveugles aux sous-catégories dans lesquelles la visco-supplémentation est particulièrement efficace, ou devrait utiliser des protocoles spécifiques, ou est inutile.

Laissons la parole à Maheu :

« En conclusion, que peut-on retenir ?
1/ Comme le disent les auteurs du consensus cité plus haut (15), le traitement par injections d’AHIA doit reposer sur une indication  « positive » et non pas « par défaut » du type, « je n’ai rien de mieux, donc je propose ce traitement ».
2/ On manque de données solides permettant d’identifier les patients susceptibles d’être les meilleurs répondeurs au traitement par injections intra-articulaires d’AH (10), par défaut d’étude systématique des facteurs prédictifs de réponse et par défaut de phénotypage des patients dans les essais cliniques ou les études de suivi.
3/ Des quelques données actuellement disponibles ressortent les facteurs suivants :
• Il vaut mieux traiter des patients radiologiquement peu évolués (même si il est possible de proposer ce traitement à des patients sévères (10, 15), notamment quand la prothèse n’est pas souhaitée ou est contre-indiquée) ;
• Il vaut mieux traiter des patients vraiment symptomatiques, c’est-à-dire douloureux et/ou ayant une gêne fonctionnelle réelle, appréciée par exemple, par un score de l’index de Lequesne ≥ 9/10 ;
• Il semble aussi que le traitement performe mieux chez des patients actifs, et plutôt «jeunes» (moins de 60 ans), ce qui n’exclut évidemment pas de traiter les patients plus âgés. Cette donnée incite simplement à proposer probablement plus tôt que nous ne le faisons actuellement un traitement par injections d’AH aux patients. En bref, ne pas trop attendre pour proposer le traitement, une fois les symptômes de gonarthrose avérés.
• La réalisation de l’injection par voie latéro-patellaire garantit sans doute une meilleure réponse thérapeutique.
• La présence d’un épanchement semble être une mauvaise  (voire une contre-indication), puisqu’il est alors raisonnable de préférer, avant un éventuel traitement par AHIA, l’injection d’un corticostéroïde pour bloquer la phase inflammatoire.
4/ Enfin, il semble exister un consensus dans la communauté rhumatologique sur le fait que la réponse à ce traitement est en oui / non, et que l’on doit exiger au minimum 6 à 9 mois, voire un an d’amélioration symptomatique vraie pour juger que l’on a une bonne réponse chez un patient donné. »

Dans ma pratique quotidienne, les résultats de la visco-supplémentation n’ont rien à voir avec le tableau en demi-teinte brossé par ces études. La différence est même si caricaturale qu’elle jette un trouble profond sur la valeur de notre méthode scientifique classique à ce sujet. Une telle méta-analyse rappelle un peu celles sur les traitements de fond oraux, les anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL), qui peinent à les départager des placebos. Ce que corrobore l’expérience quotidienne. Mais avec la visco-supplémentation la situation est toute autre. Les résultats sont spectaculairement contrastés : la plupart sont miraculeux (de l’avis des patients), certains sont nuls, d’autres bons mais brefs. Très peu finalement de résultats « modestes », qui au contraire forment la majorité des « succès » des AASAL. D’où provient donc une telle inadéquation entre l’enthousiasme très mesuré de la littérature et les patients qui supplient quotidiennement mes secrétaires de leur trouver un créneau pour une injection ?

Une précision est nécessaire d’emblée : je pratique rarement la visco-supplémentation isolément, surtout lors d’un premier traitement. L’association d’anesthésique local et d’anti-inflammatoire cortico-stéroïdien est quasi systématique. La littérature n’établit pas de recommandation consensuelle à ce sujet, pour différentes raisons :
1) Les produits injectés ne sont pas toujours parfaitement bio-compatibles. Certaines suspensions stéroïdiennes modifient la polymérisation des hyaluronates injectés (diminution potentielle de leur viscosité).
2) Les études tentent d’apprécier l’effet de la visco-supplémentation isolément des autres. Elles ne comportent pas en général ce type d’association.
3) Il est souvent admis que les anti-inflammatoires et les hyaluronates s’adressent à des phases différentes de la douleur arthrosique. Il faudrait donc un délai entre les deux.
4) L’un des intérêts potentiels des hyaluronates est l’épargne corticoïde, dans une pathologie chronique qui nécessite la répétition des injections. L’association épargne-t-elle quelque chose ?

Je répondrai à ces objections dans un instant. Ma première critique concerne en fait les études elles-mêmes, qui mélangent toutes les arthroses rencontrées sous le terme de « gonarthrose commune », se contentant de les analyser avec des paramètres physiques généraux (âge, sexe, poids, stade radiologique, index fonctionnel) et non avec une idée précise de la lésion anatomique et du contexte lésionnel. De fait, ces paramètres ne permettent guère de créer des formes anatomo-cliniques de la gonarthrose, qui sont pourtant le fondement d’une personnalisation de la thérapeutique pour chaque cas rencontré. Imaginez que vous traitiez toutes les polyarthrites rencontrées par le même immuno-modulateur, qu’il s’agisse d’une polyarthrite psoriasique, d’un lupus, d’une maladie coeliaque, etc… Sommaire ? C’est bien ce qui se passe dans la gonarthrose « commune » avec les critères actuellement employés.

Les lésions du genou mécanique permettent pourtant d’individualiser des tableaux anatomo-cliniques très spécifiques. Rapidement (l’ordre est arbitraire et reflète l’âge d’apparition) :
1) La chondropathie oedémateuse pure, rarement symptomatique sauf sur la rotule.
2) La fissuration méniscale isolée incomplète.
3) La fracture méniscale complète.
4) L’ostéochondrite.
5) La chondropathie chronique de surcharge.
6) La poussée de chondrolyse.
7) La méniscopathie dégénérative chronique.
8) La chondropathie ulcérée avec douleurs de fissuration sous-chondrale.

Ces tableaux diffèrent parfois drastiquement sur des critères majeurs quant à la conduite thérapeutique : circonstances de survenue, agression ponctuelle ou chronique des surfaces articulaires, capacité de régénération du cartilage, morphotype et axes des membres inférieurs, habitus, proprioceptivité. La visco-supplémentation peut être, selon les cas, centrale dans la prise en charge ou une mesure d’appoint synergique avec d’autres. La tester isolément dans la « gonarthrose commune » est donc un non-sens scientifique.

La physiopathologie du genou mécanique est la séquence suivante : lésion de la structure fibrillaire du cartilage (qui est une gélatine armée de fibres) par des contraintes excessives, modification de la consistance du cartilage, dilacération, production de débris, inflammation synoviale réactionnelle avec captation des débris et hyperproduction de synovie, qui perdure tant que la libération de débris persiste, amincissement du cartilage, moindre résistance aux contraintes par la suite. Entre ces phases de dégradation s’intercalent des périodes où la réparation cartilagineuse a été suffisamment efficace pour lui redonner une bonne tenue mécanique. Le ménisque est particulier par son rôle dans la congruence des surfaces articulaires : sa lésion entraîne une instabilité ; les micro-mouvements de dérapage articulaire sont très agressifs pour les cartilages. Il en est de même pour les lésions ligamentaires. La rotule est particulière par la minceur de son cartilage, la riche innervation de l’axe antérieur du genou (douleurs exacerbées), et la contrainte de cet axe sur le fonctionnement de la rotule.

Les traitements s’adressent à des phases différentes de cette séquence physio-pathologique : diminution des contraintes au stade de chondropathie oedémateuse, lavage au stade de chondrolyse aiguë, anti-inflammatoires locaux dans la synovite chronique, visco-supplémentation dans la prévention d’un nouvel excès de contraintes et sur les dérapages des surfaces articulaires. S’ajoutent les traitements ciblés : résection d’une lésion méniscale, correction d’une désaxation rotulienne, gainage des lésions ligamentaires.

Prenons le tableau 6) « poussée de chondrolyse » : classiquement il est conseillé faire indépendamment et successivement : lavage / injection d’anti-inflammatoires / viscosupplémentation / reprise des activités. Ce protocole n’est pas le plus pragmatique : pas assez de médecins spécialisés, délais entre les rendez-vous (une visco devrait intervenir 1 semaine après le lavage), répétition des injections dans le genou, effet moins spectaculaire des traitements entrepris séquentiellement (un effet rapide est le meilleur moyen de ne pas installer des troubles proprioceptifs). Tout peut être effectué en une seule séance : ponction (éliminant le liquide produit en abondance par le genou, avec ses débris chondraux et ses facteurs pro-inflammatoires, ce qui est un équivalent relatif du lavage), injection de corticoïdes (puissance et durée d’effet à adapter en fonction de l’importance clinique de l’inflammation et du caractère récidivant ou inaugural de la crise), viscosupplémentation (avec au moins 5 à 6 ml de produit assurant un remplissage articulaire minimal) pour limiter immédiatement les agressions sur les surfaces en mauvais état, mobilisations articulaires (vérifier la congruence méniscale et chondrale, décompresser le compartiment médial souvent très serré dans les varus), repos relatif (éviter la charge statique mais garder le mouvement, qui stimule les mécano-récepteurs des chondrocytes).

C’est le protocole le plus spécifique, complet, et demandant des compétences variées au thérapeute, auquel participe efficacement la viscosupplémentation. Le tableau 6) est le plus difficile à traiter, surtout quand la chondrolyse s’auto-aggrave (les débris chondraux et les facteurs pro-inflammatoires du liquide synovial accentuent les dégâts du cartilage, réalisant parfois une gonarthrose destructrice rapide). Malheureusement il est souvent mal traité, parce seule une ponction est réalisée, ou au contraire un anti-inflammatoire est injecté sans ponction, ou le repos est mal conseillé (trop ou pas assez pénalise), ou le geste est considéré inefficace parce que réalisé une seule fois (la production de débris dure encore quelque temps et il faut répéter 1 ou 2 fois un anti-inflammatoire seul mais plus puissant type Hexatrione), ou l’absence de mobilisations du genou empêche le patient hésitant de percevoir le retour de la fonction : il ne s’auto-améliore pas. Dans les cas difficile, le chirurgien intervient pour un lavage arthroscopique avec régularisation des lésions les plus instables. Trop souvent la visco-supplémentation est oubliée dans les suites : c’est pourtant un genou fragilisé qui va tôt ou tard recommencer à poser des problèmes. Les hyaluronates sont le seul traitement dont le mode d’action peut être crédité d’un effet préventif.

Les autres tableaux anatomo-cliniques nécessitent des protocoles différents, où la viscosupplémentation n’est pas toujours utile ou efficace. Intéressante dans les lésions méniscales débutantes, elle est palliative ou inutile dans une fracture méniscale instable. Indication à arthroscopie d’emblée. Les arthroses évoluées du sujet âgé, où l’os sous-chondral ostéoporotique est fissuré, sont une médiocre indication des corticoïdes et hyaluronates. Prothèse ou éviction d’appui par canne. Les chondropathies chroniques avec surcharge (surpoids ou station debout permanente au travail) ne seront que temporairement améliorées par la visco. Nécessaire intervention de la diététicienne ou du médecin du travail. La rotule est améliorée par la viscosupplémentation, mais les produits ne restant pas dans ce compartiment, il faut revenir au protocole classique d’injections espacées de 10 à 15 jours pour les 3 premières puis 1 par mois pendant 6 mois. Détente et recentrage de l’axe antérieur obligatoire dans l’intervalle.

Revenons sur les critiques des protocoles associatifs :
1) Bio-compatibilité des produits : la dépolymérisation éventuelle des hyaluronates est accessoire. Les molécules ne restent pas bien longtemps libres et intactes, de toute façon. Elles sont absorbées et réutilisées par les synoviocytes. L’effet de dilution du foyer inflammatoire est important (et conservé). Les résultat de l’association sont en pratique excellents.
2) Les études analysant la visco-supplémentation seule sont aveugles aux effets synergiques, essentiels dans le genou mécanique.
3) Nous avons vu les avantages non négligeables du protocole mono-injection dans la réalité du quotidien.
4) Les corticoïdes sont effectivement faciles à épargner grâce aux hyaluronates, sans être bannis. L’injection d’1/3 d’ampoule d’Altim a très peu d’effets secondaires, même répétée, et permet de conserver la fonction chez des personnes en phase temporairement évolutive de leur chondropathie, ou inopérables.

Pour ceux intéressés par davantage de détails, tous les protocoles sont précisés dans la section adhérents du site. Ce qui est important à retenir est ceci : l’application d’un protocole uniforme à l’ensemble des tableaux cliniques du genou mécanique noie les résultats attribuables à la viscosupplémentation, au point qu’elle peut sembler un traitement d’appoint. L’expérience quotidienne montre que c’est totalement faux. Les conclusions de l’article en référence, même si elles sont parfaitement fidèles à la littérature scientifique actuelle, sont des généralités ne permettant qu’une personnalisation très grossière de la prise en charge pour chaque patient. Dommage pour une articulation aussi importante et amenant fréquemment à consulter que le genou.
*

 Posted by at 12 h 59 min
Déc 222015
 

Existe-t-il à ce jour une sérieuse Théorie du Tout ?

Nombreuses candidates, explorant chacune une facette spécialisée de l’existant… pas une seule ne relie tout. Elles se répartissent en 4 grandes catégories : mystiques, scientistes, humanistes, épistémologiques. Comment unifier ces systèmes de cohérence, quand chacun se présente comme discipline fondamentale de la pensée. Le mysticisme ignore superbement les découvertes scientifiques ; la science appelle Théorie du Tout une unification du monde physique qui réduit l’homme à un tas de particules élémentaires ; l’humanisme au contraire s’attache exclusivement aux contenus de la conscience, sans s’inquiéter de leur provenance ; enfin les épistémologues manquent de connaissances fondamentales assez poussées pour faire la leçon aux scientifiques.

David Chalmers affirme qu’en premier ressort, une vraie théorie du Tout ne peut se fonder uniquement sur les lois physiques, doit inclure la relation entre les processus physiques et l’expérience consciente. Pas de possibilité d’édifier une telle théorie sans comprendre, déjà, comment fonctionne la conscience.

Diversium-blogCette prescription est à la base du livre « Diversium, une théorie de Tout et de Toujours ». Le défi : respecter les données scientifiques, inclure notre outil à élaborer un espace conceptuel : l’esprit, enfin relier et non pas évacuer les suggestions théologiques ou philosophiques. La force de notre approche est son interdisciplinarité. Chaque spécialiste peut y trouver de nouvelles réponses car elle est, avant tout, un mode de pensée innovant.

La coeur du livre se déroule ainsi :

—Théorisation du fonctionnement de l’esprit humain, en accord avec les recherches neuroscientifiques les plus récentes : principe d’une pyramide auto-organisée dont les étages produisent une complexification croissante des concepts (assimilables à des lois d’organisation stratifiées), passant du biologique au mental, du réflexe à la réflexion.

—Extension du principe de stratification à l’organisation des niveaux successifs de la matière (partie de la pyramide allant des particules élémentaires jusqu’à notre système neurologique), ainsi qu’à l’organisation sociale (partie au-dessus de nos esprits individuels, qui en sont le support).

Toutes les disciplines sont ainsi concernées par cette théorie, dont l’apport essentiel est de n’enfermer aucune dans un cadre préétabli. Au contraire elle protège l’indépendance de leurs paradigmes respectifs. Le Diversium est une machine à diversification. Le niveau supplémentaire d’organisation que nous pouvons ajouter à notre pensée aussi bien qu’à la société se gagne en considérant toutes les alternatives et en les mettant en conflit.

Il ne s’agit donc pas d’une tentative d’enterrer ces conflits sous une théorie hégémonique mais presque de les exalter, afin d’aboutir à la meilleure issue, qui peut-être aussi bien une harmonisation, un dualisme ou la célébrité d’une solution nettement supérieure aux autres, colonisant le niveau d’organisation considéré.

Ce nouveau mode de pensée encourage à identifier le niveau du Diversium où s’ancre le paradigme que l’on veut utiliser. Un paradigme est un langage descriptif des lois d’organisation d’un plan spécifique. Sa puissance peut s’étendre aux niveaux adjacents mais s’épuise par l’addition des indépendances que forment ces strates. Par exemple le modèle standard règne en maître sur les particules quantiques, nécessite des corrections pour s’adapter à la réalité macroscopique, et n’explique en rien nos conduites humaines, beaucoup plus haut situées dans le Diversium. A cette altitude, chacun peut concevoir sa propre théorie de la personnalité, et survivre.

Notre mode de pensée stratifié résout de nombreuses impasses contemporaines de la connaissance, aussi bien en physique fondamentale, en médecine, en sociologie, en spiritualité.

Enfin cette théorie du Tout explique comment s’extraire elle-même du problème de la circularité.

En dix volumes, pensez-vous ? Non, seulement 30.000 mots…

 Posted by at 6 h 38 min
Avr 302014
 

Des plantations crânicoles qui produisent désormais plusieurs récoltes annuelles d’aphorismes ? Certains flirtent avec l’énigme. A vos neurones !

——————————————————————————————————

A la plupart des gens, il faut dire « c’est ma faute » pour qu’ils réalisent l’étendue de la leur.

*

Infestissement : maladie créée pour vendre un nouveau traitement. « Quand il faut infester pour investir ».

*

L’humour est le seul moyen sérieux de juger la condition humaine.

*

La terrible impasse de la société contemporaine est qu’elle donne à chacun une place, et non plus une oeuvre.

*

Enlevez toutes les illusions, et il reste celle de les avoir abandonnées…

*

Mieux vaut se lancer dans la politique que la médecine. Les gens votent pour un politicien qui leur ressemble, querelleur, menteur et parjure ; tandis que leur médecin doit être obsessionnel, infaillible et incorruptible.
Voilà où nous a conduit la paranoïa scientifique de nos maîtres : la politique n’est plus une science et la médecine n’est plus un spectacle.
Avant, les gens s’ennuyaient seulement dans la salle d’attente. Maintenant ils s’emmerdent aussi dans le cabinet, devant le médecin qui tapote inlassablement son clavier, épluche et scanne les examens complémentaires, et ne reconnaît pas son patient quand il le croise le lendemain.

*

La part essentielle de la pénibilité du travail physique est qu’il ne soit pas apprécié.

*

Il faut abandonner l’idée qu’on puisse trouver du bonheur chez un médecin, puisque la science décourage toute velléité de positivisme.

*

La science est la main tendue par le réel à la raison humaine.

*

Il existe bien un côté appauvrissant à la science.
C’est quand elle sert de sens à l’existence.

*

Je me demande si l’évolution n’a pas mis en place des maxima aux vies individuelles pour éviter que l’espèce entre en dépression. Il semble en effet qu’il existe une limite à la durée pendant laquelle nous pouvons maintenir nos illusions. Il faut régulièrement des esprits vierges pour les reconstruire, éviter ainsi de se retrouver face au grand vide de sens.

Sans doute est-ce, avec cette réflexion, prêter à l’évolution une intelligence qu’elle ne peut posséder.
Et peut-être est-ce chez l’homme, quand il veut s’affranchir de ces maxima, se croire investi d’une prescience qu’il ne possède pas.

*

C’est dans le présent qu’il faut travailler à réenchanter son passé.

*

A toute époque, il existe une part de Saint Esprit dans la définition de l’esprit sain.

*

Coupez-vous régulièrement de l’information, un courant devenu continuel et pléthorique. Permettez-vous une dissection des données accumulées, créez une synthèse personnelle. Échappez ainsi à l’opinion mimétique.

 Posted by at 19 h 50 min
Avr 122014
 

Au premier abord, l’on pourrait penser que le sommeil sert à reposer le corps entier, en particulier la musculature si elle est sollicitée par une activité physique fréquente. En fait non. Par exemple un animal comme la girafe, pesant une tonne en moyenne, dort moins de deux heures par nuit. Le corps récupère quand il est simplement inactif. Il semble donc que le sommeil soit une nécessité propre au cerveau, très universelle puisque même les insectes « dorment ». Comme leur système nerveux est rudimentaire, ce n’est pas très apparent ; on parle de dormance plutôt que de sommeil.
Bon nombre d’observations indiquent à vrai dire que certains centres neurologiques peuvent se mettre en veille tandis que d’autres continuent à fonctionner. Les mammifères marins, obligés de remonter régulièrement à la surface pour respirer, font dormir leurs deux hémisphères cérébraux à tour de rôle.
Même chez l’être humain, en période de manque de sommeil, il est probable que certains centres « s’éteignent » et que nous prenions des décisions imparfaites, inadéquates. Nous accusons la « fatigue ». En vérité notre esprit est amputé. Et il n’a aucun moyen de s’en rendre compte : il n’existe pas de capitaine dans la cabine de pilotage frontale pour dire si le personnel est au complet. C’est particulièrement apparent quand un centre intégrateur est détruit par un accident vasculaire : le sujet nie la perte de ses facultés, souvent même lorsqu’on lui démontre l’évidence.

Les variations de l’activité cérébrale permettent de classer le sommeil en cinq phases :

  1. Somnolence (4 à 5%), clonies musculaires
  2. Sommeil léger (45 à 55%), sensibilité aux stimuli extérieurs
  3. Début du sommeil lent profond (4 à 6 %), ralentissement des signes vitaux
  4. Sommeil très profond (12 à 15%), le somnambulisme se loge ici
  5. Sommeil paradoxal (20 à 25%), vive activité du cerveau et des yeux, signes vitaux remontés, les muscles restent relâchés.

Ces phases s’enchaînent en cycles de 1H30 à 2H, durée remarquablement stable chez un individu tout au long de sa vie. Une nuit représente 4 à 6 cycles. Les proportions des phases ne sont pas identiques d’un cycle à l’autre au cours d’une même nuit : davantage de sommeil lent pendant les premiers, de sommeil léger et paradoxal pendant les derniers.
Les micro-éveils, entre les cycles, dont nous ne gardons aucun souvenir s’ils durent moins de 3 minutes, sont importants pour changer éventuellement de posture. Probablement que les gens souffrant d’un torticolis au matin ne se sont pas assez réveillés et mobilisés entre les cycles. Il peut être judicieux, quand on est coutumier de tels incidents, de mesurer la durée précise de son cycle et de favoriser les micro-éveils par une alarme soigneusement programmée et peu agressive.

Le sommeil lent profond diminue avec l’âge, donnant aux personnes âgées cette impression d’insomnie permanente alors que la durée totale de leur sommeil est le plus souvent normale. Le leur expliquer évite les consommations inutiles de drogues hypnotiques.

Le sommeil paradoxal est classiquement associé aux rêves. Ceux-ci démarrent en réalité pendant le sommeil profond. Leur souvenir est vif si l’on est réveillé pendant une phase paradoxale, tandis qu’ils sont confus lors d’un éveil en sommeil profond.
Le sommeil paradoxal est également considéré comme le plus nécessaire, le seul indispensable au bon fonctionnement apparent d’un individu, et dont la suppression prolongée le ferait mourir. Il ne représente que 2 heures par nuit.

Certains « transhumanistes » férus d’améliorations corporelles ont ainsi proposé de « hacker » le cerveau en l’obligeant à se contenter du sommeil paradoxal. Une observation fonde cette idée : le cerveau en manque de sommeil saute les séquences dites accessoires et se dépêche d’entrer en phase paradoxale, pour profiter de ses qualités essentielles. Il est ainsi possible de sectionner les périodes de sommeil pour en réduire la durée totale. L’application la plus courante est la sieste ; grâce à un bref endormissement (20 à 30 minutes), elle réduit le sommeil nocturne de 8 à 6 heures sans inconvénient.
Pousser le principe à l’extrême amène au sommeil polyphasique. La méthode d’Everyman associe 2 à 4 siestes de 20 minutes régulièrement espacées en journée, entièrement constituées de phase paradoxale (après un temps d’accoutumance), et un court sommeil nocturne de 5 à 3 heures comportant encore un peu de phases dites accessoires. La méthode d’Uberman ne comporte plus que 6 phases paradoxales de 20 minutes, espacées de 4 heures, pour un total de 2 heures de sommeil par tranche de 24 heures.

Le sommeil polyphasique est utilisé par les navigateurs au long cours. Logiquement, il favorise les rêves lucides. Notons également qu’il est naturel chez le petit enfant, mais avec une durée totale largement supérieure.

Le fonctionnement et le rôle du sommeil sont encore méconnus scientifiquement. Dire que certaines séquences sont inutiles est fort aventureux. Des sécrétions endocriniennes s’activent pendant la phase profonde. Ainsi des études sur les effets du sommeil polyphasique ont montré un affaiblissement immunitaire, une baisse de production d’hormone de croissance et de sperme. Ceux qui tentent l’expérience ne se sentent pas en mauvaise forme (quand ils y parviennent), mais il leur est impossible d’objectiver une baisse de performance. Il n’existe pas d’enquête poussée sur le sujet. Compte-rendu traduit en français d’une expérience individuelle.
Argument très fort pour le caractère essentiel du sommeil prolongé : son universalité dans le règne animal, malgré les inconvénients évidents de l’inconscience pour une proie potentielle.

siesteDeux principales théories s’affrontent sur le rôle du sommeil. Toutes deux s’accordent pour le voir comme une digestion mentale ; il fixe les apprentissages importants de la journée. Elles divergent sur les modalités.
La théorie la plus classique voit l’intense activité neuronale au cours de la phase paradoxale comme un renforcement des synapses déjà fortement sollicitées en heures d’éveil ; les souvenirs sont gravés. Pour l’alternative séduisante proposée par Tononi et Cirelli, le sommeil est au contraire un affaiblissement global de l’activité neuronale, très coûteuse pour l’organisme (le cerveau consomme 20% des ressources énergétiques). Seules les connexions les plus sollicitées persistent, tandis que les autres reviennent à une sensibilité standard, c’est-à-dire que le schéma qu’elles forment est oublié.
Nous voyons qu’en réalité ces deux visions ne sont pas si contradictoires. Dans les deux cas existe un renforcement ou affaiblissement de synapses par rapport à d’autres.

Pourtant il serait réducteur de ne voir dans le sommeil qu’un tri des souvenirs. A l’évidence, par les rêves, nous fabriquons de grands pans de nouvelles vies, certes influencées par les évènements du quotidien, mais pas toujours. Il est très surprenant, lors de la brève remémoration des rêves, de constater à quel point ces scénarios virtuels sont réalistes, sophistiqués, inventifs (bien davantage que pendant l’éveil), plausibles ou totalement fantaisistes ; cependant même projeté dans le décor le plus fantastique le rêveur y croit. Il développe l’histoire.

Nous avons clairement affaire à un générateur d’alternatives. Le cerveau éveillé, en effet, passe son temps à traiter la file des évènements selon les règles éprouvées et gravées en mémoire. Il se livre rarement à des tentatives saugrenues, à des conduites baroques, particulièrement celles qui lui seraient défavorables. Le cerveau qui rêve, lui, ne se prive d’aucune expérience. Il peut se placer sous la menace d’un monstre effrayant, et juger des options pour s’en sortir. Le rêveur fabrique un large éventail d’alternatives qu’il serait éventuellement dangereux de tester en période d’éveil.
Le sommeil paradoxal, notons-le, est prépondérant chez le nourrisson, encore très pauvre en automatismes sûrs.

Est-ce surprenant, dans ces conditions, que notre cerveau fournisse le matin nos idées les plus géniales ?
Vous lui donnez un problème à résoudre le soir. Concentrez-vous un peu dessus lors de votre plongée en somnolence. Vous avez toutes les chances d’avoir la solution le matin. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il vous manque des connaissances intermédiaires. Tentez de décomposer le problème en fractions plus simples.
De grandes créations historiques ont été, d’après leurs auteurs, présentées à leur conscience au réveil, par exemple la structure cyclique du benzène (Auguste Kekulé), un procédé de gravure sur cuivre (William Blake) ou la Sonate du Diable (Giuseppe Tartini). Combien d’inventions en état d’éveil, à vrai dire, sont le résultat d’un agencement nocturne d’idées pétillantes ?

Pas étonnant non plus que l’on fasse du sommeil le coeur de notre activité métaphysique, une connexion avec l’invisible. On peut en rapprocher les états alternatifs de conscience procurés par les hallucinogènes. Ces moments sont des bouillonnements d’activité mentale débridée, largement affranchis de la raison. Une pépinière de croyances et d’idées originales. Faut-il pour autant continuer à les exempter, éveillé, de la validation par la raison ?

La conclusion la plus importante est celle-ci : alors que nous ne connaissons pas avec précision le rôle du sommeil, son coeur est peut-être ce générateur d’alternative, qui est le gardien de notre individuation. C’est-à-dire qu’en période d’éveil nous mettons essentiellement en pratique des routines patiemment apprises au fil du temps. C’est en dormant que nous devenons différents, singuliers. N’est-ce pas une notion essentielle, même si elle reste une hypothèse, à une époque où l’on trafique le sommeil de bien des façons, où l’on fait disparaître les phases paradoxales avec l’alcool et les benzodiazépines pris en soirée, où les adolescents passent des nuits blanches ? Comment ces gens pourraient-ils se rendre compte qu’ils inhibent ainsi l’évolution de leur Moi ?
Cela leur est impossible.

Avr 012014
 

En 2014 il faut jeter vos hebdomadaires d’actualité et vous abonner à Philosophie Magazine. Les évènements du monde y sont traités avec un mélange de vues qui en font un véritable belvédère polyconscient. Tous les grands penseurs y sont convoqués, derrière les philosophes qui analysent et poursuivent leur oeuvre. C’est l’abondance de ces fines alternatives de jugement qui nous permet de cerner au plus près la vérité intrinsèque d’un évènement.

Cependant Philosophie Magazine a ses limites. Quand cette revue traque le sens du monde à travers la grille des penseurs classiques, et même contemporains, elle ne décrit pas le présent tel qu’il est réellement. Elle cherche plutôt une identité du présent compatible avec les philosophies du passé. Elle reste, ainsi, toujours un peu à la traîne.

L’autre grande revue indispensable est Cerveau & Psycho.
La grande carence des classiques, en effet, est la maigre connaissance de leur outil à penser, autrement qu’en circuit fermé. Quand la phénoménologie avoue que l’esprit déforme férocement jusqu’aux concepts attribués à la réalité, elle ne dit pas grand-chose de ce Réel, voire certains préféraient en nier l’existence. La science s’est révélée sans rivale pour construire le tissu de concepts qui, s’il n’est toujours pas le Réel, du moins le moule étroitement. Elle permet de remonter l’histoire évolutive de notre cerveau, de comprendre les intentions fondatrices de notre mode de pensée.

Cerveau & Psycho apporte des précisions sur nos rouages psychiques, tout en gardant une grosse langue de bois sur le libre-arbitre. On se demande en effet dans quel recoin dissimulé du cerveau il pourrait bien survivre, tellement le moindre de nos actes est profondément influencé par un grand nombre d’« ancres » environnementales et génétiques. Lire d’un bout à l’autre cette revue est franchement désespérant : elle réduit quasiment la personnalité à un vaste éventail de réflexes ultra-sophistiqués. Une limitation sévère et injustifiée. Elle remonte l’histoire de ces réflexes, mais est incapable d’en faire la somme. Elle n’est qu’un index des progrès de la science. Aucune intégration de ces découvertes dans la biographie de l’esprit résultant. C’est pourtant ce phénomène que nous éprouvons, et non ses connexions neuronales.

Il existe, au final, un fossé, entre un Philosophie Magazine aveugle au fonctionnement intime de l’esprit, et un Cerveau & Psycho considérant le mental comme une simple addition d’expériences scientifiques.

Le nexialisme est une discipline créée par A.E. Van Vogt, un auteur de SF célèbre, dans son space-opera « La faune de l’espace ». Un livre, en passant, qui n’a pas pris une ride. Le nexialiste de l’expédition scientifique au coeur de l’histoire est un savant ne possédant aucune spécialité sinon celle de les coordonner toutes. Un généraliste de la science. Les seuls qui peuvent prétendre à ce titre dans la société contemporaine sont peut-être… les journalistes.

Je rêve d’une revue nexialiste qui établisse des passerelles entre les sciences physiques et humaines.

Vous remarquerez que je n’ai même pas cité les revues médicales dans ce duel. En effet, vous pouvez les ignorer. La médecine singeant depuis quelques décennies les sciences expérimentales les plus dures, vous serez parfaitement informé en lisant rapidement la dernière ligne de chaque abstract. Le reste ne vous intéressera que si vous êtes un passionné de statistiques. Cela fait bien longtemps maintenant que la presse médicale ne s’occupe plus de sciences humaines. Même la psychiatrie s’est inféodée, à part quelques poches de résistance, à la science des rouages biologiques et non à celle de l’esprit résultant.

Est-ce une surprise ? La formation médicale est totalement élaguée des sciences humanistes. Un étudiant en lettres connaît davantage de philosophie. Les jeunes médecins se sont retrouvés sans défense face à l’essor de l’industrie pharmaceutique et de ses techniques d’influence éprouvées. L’ancien praticien respecté pour des connaissances qui dépassait largement le cadre du tube à essai, connaisseur de la pensée de son siècle et de l’Histoire, est devenu un petit commerçant vénal, stupéfait de la disparition de son statut social, agitant son diplôme de « médecin fondé sur les preuves », preuves que tout le monde peut trouver sans difficulté sur le web (et parfois plus fraîches).

Ainsi la corporation médicale a perdu tout pouvoir sur son destin, n’a aucun projet global de santé, est toujours désorganisée par un vieux clivage public-privé, est une entreprise de services répondant aux commandes exclusives des technocrates, réclame son euro d’augmentation comme tout bon syndicalisme ouvrier.

Heureusement persistent des révoltes individuelles. Les deux revues citées sont de forts soutiens, empêchant de basculer dans le scientisme comme dans le mysticisme. A quand l’espace qui établira le lien ?

La thérapeutique d’une société ne peut être trouvée isolément dans la physiologie, la psychologie, la sociologie, l’histoire des siècles passés. Il nous manque les penseurs au carrefour de toutes ces disciplines, assez doués pour établir un projet de société. Ce n’est pas à vrai dire qu’ils soient absents, mais personne ne les voit. Car ce n’est pas le vote démocratique qui les signale. Ce n’est pas non plus la presse, quand elle publie les découvertes ultra-spécialisées. Chacun d’entre nous en fait, en cette ère de promotion de l’individualisme, joue à faire le nexialiste. Nous ne confions plus cette tâche à quiconque, pas au médecin de famille en tout cas, et de plus en plus difficilement à un polichinelle politique. Il y a tellement à savoir, que nous préférons ignorer l’étendue de notre ignorance, et choisissons nos repères au fil de nos errances numériques.

 Posted by at 13 h 17 min
Déc 112013
 

progenitureQu’est-ce que l’ADN dans notre théorie auto-organisationnelle du vivant ?

La chimie considère les interactions moléculaires comme un vaste ensemble chaotique, auquel on peut trouver des règles, des tendances, mais avec une difficulté à prédire l’exact résultat final qui croit avec la complexité du système. D’une façon surprenante, la biologie, elle, a longtemps considéré l’ADN comme un message moléculaire stable, inaltérable, transmissible par des lois strictes et reproductibles. Les plus prudents parmi les chercheurs se gardaient en fait d’amalgamer « gène » et « segment d’ADN », car si l’existence du gène comme « signalétique » de la transmission génétique était avérée, le détail de ce langage ne pouvait être réduit avec certitude à des suites de ribonucléotides. Bien leur en prit. La structure tridimensionnelle de l’ADN fait partie de ce langage ; les conditions métaboliques dans lesquelles évolue la cellule sont susceptibles de modifier la façon dont elle interprète son information génétique, voire sans doute est-elle capable de la modifier. L’individu n’est pas l’esclave impuissant de son génome mais peut le moduler par ses choix d’interaction avec l’environnement, transmettre les modifications à sa descendance d’une manière plus complète que pour lui-même puisque le rejeton se construira à partir de ces nouvelles données. Le principe de bidirectionnalité, à nouveau, est à l’oeuvre.

Mesurons notre enthousiasme cependant : si l’individu pouvait changer profondément son propre génome, nous serions devenus rapidement une multitude d’espèces à représentant unique, incapables de se comprendre et même de se reproduire avec ses semblables, devenus dissemblables… Continue reading »

 Posted by at 21 h 45 min
Déc 092013
 

Devant la profusion et la facilité d’emploi des jeux de gymnastique cérébrale sur tablette tactile, je me suis demandé s’ils n’étaient pas les rééducateurs désignés des fonctions mentales devenues paresseuses avec l’âge. Je projetais ainsi de remplacer, sur mes ordonnances, les cache-misères du vieillissement (antalgiques, anti-arthrosiques de fond, massages de complaisance) par une série de niveaux à battre sur l’un des nombreux logiciels gratuits disponibles.
J’ai fouillé la question et commencé à expérimenter moi-même le procédé. Quel effet cela pouvait-il avoir sur les discrets abandons de mémoire que je n’aurais pas eu à trente ans ? La conclusion fut claire… Continue reading »

 Posted by at 6 h 09 min
Juil 162013
 

J’ai moqué il y a un certain temps déjà l’Evidence Based Medecine en la rebaptisant Blinder Based Medecine, littéralement « Médecine Fondée sur les Oeillères ». La situation ne s’arrange guère, comme en témoigne le post précédent. Pourtant l’EBM offre un cadre rationnel séducteur, et ses créateurs se montraient d’une sainte humilité quant à son champ d’application. Nous pouvions y voir la matérialisation d’un fantasme : faire de la médecine une science aussi exacte que les mathématiques, avec des protocoles thérapeutiques aux résultats parfaitement prévisibles. Voilà enfin une armure efficace à opposer à ces patients revendicateurs. « Vous ne vous estimez pas guéri ? Peu importe ; vous avez été pris en charge selon le meilleur protocole validé actuellement ; quelques progrès scientifiques supplémentaires et tout sera fini ; restez en contact ». Et surtout : « Arrangez-vous pour correspondre au profil de patient idéal du protocole, nanti de quelques économies personnelles, sinon nous ne pouvons rien garantir. Nous ne occupons pas des détails… ». Continue reading »

 Posted by at 12 h 45 min
Juin 182013
 

Nos repères sont appelés en philosophie paradigmes. Selon l’étage à partir duquel on le regarde, un paradigme peut être réduit à une phrase — par exemple en physique «le temps est relatif» — ou scindé en multiples composantes : ensemble de règles formelles — les équations de la relativité générale —, langage qui leur est adapté, mode de pensée, «diplomatie» périphérique dans les relations avec les autres théories présentes ou passées — la mécanique newtonienne fonctionne dans certaines limites d’échelle — et avec le pragmatisme quotidien — la relativité du temps ne doit pas empêcher de se fier à sa montre pour ses rendez-vous —.

Cela révèle une propriété curieuse des repères : ils peuvent sembler à la fois monolithiques et sécables à l’infini selon le point de vue du spectateur. Continue reading »

 Posted by at 18 h 07 min
Mai 182013
 
« Laissez-moi ! Nous ne sommes pas du même monde… »

« Laissez-moi ! Nous ne sommes pas du même monde… »

Ce blog semble fermement engagé aux côtés des neurosciences pour autopsier l’esprit humain et établir les plans de son squelette. Jamais cependant la démarche n’a été, ici, réductrice ; la jonction que nous cherchons à établir entre l’axone du neurone et le tentacule de la conscience ne participe pas que d’une recherche biologique ; elle ressemble plutôt à la construction du chemin de fer transcontinental américain : deux compagnies rivales avancent, mais sont bien obligées au final d’établir leur connexion.
Pour en témoigner, voici un pamphlet vif sur les effets d’un scientisme des émotions : Continue reading »

 Posted by at 15 h 56 min
Mai 072013
 

Un jour que Dieu se promenait sur la plage, il trouva l’endroit bien désert et monotone. Il dit aux grains de sable : «Faites un concours de châteaux !». Et les grains se juchèrent les uns sur les autres, s’organisant comme ils pouvaient, comme cela venait, avec leur frustre expérience, commençant par construire de vagues éminences, puis affinant les formes, sculptant, ajoutant des étages et des ornements, jusqu’à établir des milliers d’édifices étonnants.
Tous constitués des mêmes grains de sable, pas un château n’était semblable. Dieu était satisfait. Chaque jour il déambulait à travers la plage paradisiaque constamment transformée par les créatures de sable. Elles percevaient sa présence sans le voir.
Un matin, l’une d’elles termina de fabriquer une extension extraordinairement évoluée. Un oeil. Qui s’ouvrit…

Dieu courut mettre un pagne…

 Posted by at 6 h 31 min
Déc 212012
 

Le-Monde-Polyconscient-final

Avez-vous jamais voulu savoir comment l’arborescence de milliards de neurones, à présent illuminée par les IRM comme des sapins de Noël, pouvait faire naître votre pétillante conscience ?
Notre expédition, à travers ces pages, n’est pas technologique. Elle poursuit un mythe, le Moi. Nous ne le trouverons pas. C’est toute une société intérieure que nous découvrirons à sa place, dans une démarche spéculative, mais bien outillée scientifiquement : évolution, auto-organisation, repères, confrontation avec les théories existantes ; nous vérifierons la congruence de la polyconscience avec le monde que nous fréquentons.
Vous-même risquez d’y perdre votre « Je ». Ce livre n’est point un mets pour tous les esprits. Dotez le vôtre de quelques rations de survie avant de lui faire explorer la jungle polyconsciente…

 Posted by at 22 h 39 min
Oct 232012
 

La psychologie a voulu, dans un désir de reconnaissance, ressembler aux « belles » sciences, mathématique et physique. Elle s’est efforcée de bannir la subjectivité de ses recherches, tout en empruntant aux mathématiques l’habit costume-cravate de la statistique. Elle s’est cantonnée au comportementalisme, accréditant presque des croyances métaphysiques, comme s’il existait une âme irréductible par l’analyse, boite noire de nos conduites intérieures.
Si cette approche a permis de trouver des analogies dans les comportements, est-elle cohérente quand ils sont des produits de la subjectivité ? La psychologie recommence depuis ce siècle à s’intéresser à celle-ci.

L’objectivité n’est qu’un langage entre subjectivités. Elle n’est pas une finalité en soi. Chacun d’entre nous construit un univers subjectif spécifique. Ce qui fait de l’objectivité un outil de communication précieux est sa capacité à harmoniser nos représentations avec ce que le monde réel nous suggère, et les univers propres de nos congénères. Il n’est pas nécessaire que le réel devienne notre monde intérieur. Heureusement, car il n’a pas d’intentions. La subjectivité est le réenchantement, la conception d’un monde magique, illusoire en cet instant, mais auquel le réel pourrait ressembler si les intentions qui nous en séparent se réalisent.

Ceux d’entre nous qui misent sur l’objectivité à tout prix et en impriment la marque sur chaque facette de leur existence, captent le pouvoir de la science, de la communication objective. C’est un pouvoir énorme dans une société recentrée étroitement sur l’information. Ils se disent « objectifs », scientifiques, mais en réalité, exercent comme les autres leurs intentions : appelons-les gentiment « besoin d’exister », mais c’est plus précisément un appétit pour sa part de pouvoir social.
Un être entièrement objectif n’existe pas. Une machine correspond à cette définition. Les hommes qui s’en rapprochent sont mortellement ennuyeux. Derrière les connaissances qu’ils possèdent, éblouissantes par leur étendue, se cache parfois un vide terrible de subjectivité. Il se devine par l’absence d’humour, la difficulté à s’intéresser à ce qui n’est pas le champ habituel de leur connaissance, des relations humaines très conventionnelles. A l’évidence nous connaissons tous quelques scientifiques irréprochables qui auraient besoin d’une bonne perfusion de subjectivité.

La médecine, malheureusement, est toujours plongée dans cet obscurantisme relatif qu’a connu la psychologie. Elle aura davantage de difficultés à en sortir parce qu’il lui est plus facile de conserver l’illusion d’une « belle » science. Après tout la statistique codifie plutôt bien les mécanismes biologiques. Que ceux-ci aient produit une faculté émergente appelée « conscience » ne concerne pas directement la médecine du corps.
Même la psychiatrie s’est trouvée contaminée par ce bug logique et, contrairement à la psychologie,  tente toujours de s’affranchir de la subjectivité.

Au final pourtant, les résultats de la médecine sont présentés à des subjectivités : les patients. Sans rien connaître de leurs identités. Elle ne sait pas codifier leurs critères subjectifs : importance générale de la maladie, mythes accompagnant les différentes affections, questions existentielles, vieillissement, face à face avec la mort, conflit de la santé avec les autres aspects de la vie, acceptabilité du risque. Rien d’étonnant, dans ces conditions, que le discours de la médecine ne soit pas toujours reçu comme elle l’attend… objectivement.

Pour pallier à cette originalité pénible du patient, l’effort porte sur la seule solution que puisse imaginer l’objectivité : donner au patient le modèle de ce qu’il devrait penser. Objectif de santé parfaite — « que les politiques se débrouillent pour payer » —, fidélité exemplaire au traitement, attention aux effets secondaires mais surtout pas d’inquiétude, le résultat est satisfaisant parce qu’il est conforme aux statistiques… arrêtons là d’éreinter nos objectivistes.

Cette médecine espère un monde de patients conformes, respectant les critères qu’elle sait étudier, faisant resplendir sa tenue de « science parfaite », qu’elle est loin d’être en réalité : si les mathématiques peuvent s’auto-congratuler parce qu’elles renferment les éléments de leur propre cohérence, la médecine ne cerne l’être humain qu’en négligeant la « matière noire » de sa subjectivité.

Actuellement l’on ne peut faire de la science médicale qu’en se rétrécissant l’esprit. C’est un véritable défi que créer la véritable science de l’être humain, qui en intégrera toutes les parties.

 Posted by at 20 h 58 min
Sep 022012
 

La polyconscience est une théorie auto-organisationnelle de l’esprit.
Nous n’imaginons pas, pour la plupart, l’importance de l’auto-organisation dans le moindre aspect de la vie qui nous entoure. Après quelques cours de biologie au lycée, il nous semble logique et naturel qu’un être humain entièrement constitué l’ait été à partir d’une séquence microscopique de molécules contenue dans l’ADN. Malgré la richesse des combinaisons possibles, l’ADN est en fait sévèrement contrôlé, dans sa réplication et sa transmission. Nous savons d’ailleurs que les ratés sont source de maladies graves, même si certains comme les cancers sont eux-mêmes programmés. Le nombre des combinaisons réellement utilisées par la génétique n’est donc pas en réalité si élevé. Largement insuffisant en tout cas pour expliquer la variabilité des humains adultes, dans leur phénotype et leur comportement. Songez que le patrimoine génétique du chimpanzé ne diffère que par 1% du nôtre, et cela suffit déjà à scinder une espèce différente. Dans quelle minuscule originalité génétique se niche donc notre visage unique, sans parler de nos empreintes digitales ? Aucun code ne contient le détail de ce que nous sommes. Et pourtant nous ne devenons pas n’importe quoi. Nous sommes même une construction tri-dimensionnelle très précise, toujours dotée de membres, d’organes pareillement situés, d’éminences arrondissant des endroits identiques. Au niveau microscopique, les cellules se groupent en des centres particuliers, spécialisés. Toute cette organisation est si bien planifiée que nos comportements vont suivre un sillon pré-établi, tracé par le piétinement incessant de milliers de générations.

Une telle finesse n’est pas contenue dans l’ADN. Certains y voient l’intervention d’une main divine, ou le patient travail des lutins du Père Noël, installés dans une dimension invisible. Mais le souverain de notre destin est sans doute le principe de l’auto-organisation : de la même manière que le Big Bang n’a pas donné un univers uniforme, soupe particulaire sans le moindre relief, un oeuf fécondé ne produit pas un amas de cellules réduit à l’état de flaque par la gravité. Chaque molécule biologique interagit avec ses voisines en créant des « microclimats » locaux. Les cellules font de même. L’orientation spatiale de leurs voisines crée à chaque endroit des conditions spécifiques. Le code trace les grands sillons de leur devenir. Chaque installation et différentiation métabolique fine provient d’interactions locales, dont la complexité explique parfaitement, elle, la grande variabilité des organismes adultes. Le code génétique, dans ce contexte, doit être vu moins comme un planificateur que comme un système de filets protecteurs qui évite de trop grands débordements. Ouf ! Le tube digestif ne peut pas inverser son sens de circulation et ses deux sphincters… Continue reading »

 Posted by at 13 h 51 min
Juil 182012
 

Le principe de précaution est directement issu du partage de responsabilité. Il fut une époque où les décisions incombaient entièrement aux dirigeants et aux professionnels du domaine concerné. Les autres obéissaient. Tout homme étant faillible, certains choix étaient catastrophiques. Leurs auteurs en prenaient plus facilement la responsabilité, même si une punition était rarement appliquée en proportion : les hommes n’étaient pas égaux.
Avec la démocratie tout a changé : le dirigeant est devenu un représentant. De plus en plus, il traduit et applique une décision collective. En cas d’échec, la responsabilité est diluée à présent au sein du système qui l’inclut, lui, ses assistants et tous ses électeurs. La justice peine à désigner des coupables et devrait agrandir ses tribunaux à la taille d’un stade pour faire entrer tous les accusés. Le quidam moyen perçoit cette part de responsabilité qui lui est désormais attribuée pour les grandes affaires citoyennes : écologie, santé, sécurité publique… Il ne peut que se laisser séduire par le principe de précaution, seule assurance que cette fraction de responsabilité ne va pas lui nuire.

L’inconvénient de cette politique, vous le devinez, est que la moindre entreprise aléatoire peine à démarrer sous un éclairage si crû des risques, périclite au premier incident, et a toutes les chances de s’éteindre avant d’avoir produit son premier résultat. Entre l’ère où l’inventeur prenait seul ses risques et ses responsabilités, et notre société surveillante attentive de chaque entreprise pour le compte de ses électeurs responsables, la différence est : extinction de la diversité. Or, sans elle, nous ne serions jamais arrivés à ce degré d’évolution dans un tel délai.
La précaution, doit-on dire pour la soutenir, peut n’être appliquée que graduellement, en fonction de la gravité des décisions ou du caractère sensible des recherches entreprises. Mais ce serait mal connaître nos mentalités que la croire aussi facile à contenir. La sueur de cette frayeur s’étend au contraire sur le buvard de notre esprit affamé de sécurité. L’exemple en a été donné par la médecine du doute qui s’est mise à douter de tout, même des pratiques sur lesquelles elle ne disposait d’aucune donnée. Et on ne peut lui donner tort, puisqu’on n’en connaît pas les risques.
Toute la tromperie du mot « risque » réside dans son double sens : l’on tente de le réintégrer dans la raison par la statistique, alors qu’il a toujours inclus, dans sa réalisation, une pure émotion.

Quelle est la bonne politique vis à vis du risque ? Comment éviter que son contrôle n’éteigne de grandes inventions et de surprenantes idées, dans une société tellement surveillée que le rebelle ne peut plus se cacher ? Plutôt que ligoter toutes les initiatives par les liens souvent aveugles du principe de précaution, mieux vaudrait réapprendre la responsabilité, et l’appliquer en bonne proportion. Demandons aux entrepreneurs du risque d’écrire les issues incertaines qui les guettent — car ils sont souvent les mieux placés pour en juger — de façon à ce qu’ils les assument et reconsidèrent leurs options, après s’être eux-mêmes parfaitement informés.

 Posted by at 17 h 20 min
Juin 072012
 

L’essentiel :
-Hamer et le cancer libérateur.
-Médecines alternatives : intérêts et excès.
-Comment l’élitisme universitaire favorise l’intrusion des pseudo-sciences dans les cabinets.
-Hamer, Hahnemann, et les situations de Gettier : qu’est-ce que la connaissance ?
-Le débat philosophique sur la priorité du savoir-faire ou de la connaissance propositionnelle (intellectualisme).
Continue reading »

Juin 022012
 

Abandonnons l’idée d’un génome ou d’un environnement qui nous programment de façon précise. Ce qu’ils tracent dans nos processus physiologiques est une vallée — la structure d’un chemin préférentiel —, mais aussi la capacité à s’écarter du centre de la vallée et en remonter les pentes, pour finalement y retomber si le vertige nous a pris, ou éventuellement passer la crête et changer de vallée.
Une autre analogie est d’imaginer notre comportement comme une balle attachée par un élastique à un train miniature qui suit le rail du programme génétique. Sous l’effet des obstacles du décor, la balle rebondit, heurte, s’écarte et tend de plus en plus fort l’élastique, qui la ramène finalement sur le chemin imposé si aucune amélioration des conditions initiales ne survient. Par contre, si la position excentrée de la balle produit un bénéfice évident, c’est-à-dire qu’un comportement inhabituel se révèle gratifiant pour l’individu, l’élastique casse, et la balle se retrouve captée par un autre train, cheminant sur une voie nouvelle, reliée par un élastique régénéré, et reprenant ses soubresauts, autant curieux qu’imposés.
Continue reading »

 Posted by at 8 h 39 min