L'église psychanalytique perd ses adhérents chez les psychiatres

Evolution nette de la psychiatrie.
L’objectif du traitement s’affranchit de morale et de spiritualité.
Exit l’amélioration du bien-être général,
basée sur des considérations hautement culturelles.
Recentrage sur l’auto-gouvernance
et le respect de la sécurité en milieu social.

Peu importe que le quidam soit heureux
pourvu qu’il n’emmerde pas les autres.

Le bonheur part dans les friches de la médecine,
suivant ainsi le confort dans la maladie.

Marché à récupérer intégralement par les psychologues,
les patamédecins, les voyantes, les directeurs de conscience,
embellisseurs de tout poil,
déjà bien positionnés.

Regret: Il faut investir,
or les plus nécessiteux en ce domaine,
ne sont pas les plus riches.

L’argent, qui ne suffit pas au bonheur,
est de plus en plus nécessaire pour le trouver.

Pourquoi la médecine sur internet n'a-t-elle aucune chance de concurrencer la médecine classique?

Epouvantail effrayant pour l’Ordre des Médecins: la consultation par internet.
Des réticences justifiées: Sans examen clinique, sans contact étroit avec le patient, bien des erreurs sont possibles (n’existeraient-elles pas dans un cabinet médical?).
Rhumatologie en Pratique n’en fait pas la promotion.
Des réticences moins avouables: Conservation d’un monopole… souci essentiellement des incompétents.

Pourtant la consultation virtuelle n’a aucune chance de sortir de la marginalité.
La majorité des demandeurs souhaite un avis spécialisé.
Le spécialiste gagne 30 € pour 15 à 30 mn de consultation en moyenne, en réalité davantage avec les actes techniques engendrés.
Les médecins ne cherchant guère de travail supplémentaire (sauf les moins compétents),
Seule une rémunération au moins équivalente les motiverait pour internet.
Répondre à un mail détaillé demande du temps, presqu’autant qu’une consultation.

Combien accepteront de payer 30€ au minimum pour un avis ponctuel, non remboursé?
Le monopole a encore de beaux jours devant lui, grâce à Madame Sécu.

Spectres orwelliens

Un immense défi attend la société humaine:
Sauver le monde réel.

Performance, productivité, slalom entre les écueils de tentations vicieuses,
il est de plus en plus difficile de plaire à ses parents,
dont les critères d’éducation se recentrent sur l’adaptation de leur progéniture aux contraintes matérielles,
et il est de plus en plus difficile d’être parent,
avec des émotions handicapantes si l’on veut mettre en avant la nécessité matérielle. Continuer la lecture de Spectres orwelliens

Forums et web nocebos

Journées des sages-femmes: Les professionnelles constatent une explosion des questions et inquiétudes de femmes enceintes, glanées sur sites et forums internet: Informations fausses ou incomplètes, parfois tronquées dans un but commercial…

Solution retenue: La création d’un site aux informations scientifiquement validées, référence pour les futures mères.

Elle remet en exergue le peu de solutions médicales en ce domaine.
Les hôpitaux mettent en ligne une information scientifique sérieuse mais peu utile aux profanes parce que trop générale.
Les sites financés par l’industrie font du merchandising autour de la santé: entame la confiance, primordiale en cette matière.
L’Ordre des médecins est hostile aux médecins webmasters: Il traque l’auto-publicité, c’est sa mission. Il protège aussi le monopole…
Et surtout la Sécu, qui aurait du s’engouffrer dans le créneau depuis longtemps, pour rationaliser les conduites des assurés, reste incompréhensiblement inexistante sur le net. Continuer la lecture de Forums et web nocebos

Traitements en révolution

L’essentiel:
-Santé: Le médicament a fait l’essentiel des progrès du siècle passé.
-Les pilules destinées aux masses s’essoufflent,
menacées même d’un retour de bâton,
à cause d’un marketing excessif.
-Les traitements individualisés sont les nouveaux hits de la santé. Continuer la lecture de Traitements en révolution

Le toucher, sens méconnu

L’essentiel:
-Le toucher reste un sens basique pour beaucoup d’entre nous.
-Découvrir son étendue peut être un problème dans les traitements physiques.
-Désacralisons pour ne pas perdre une belle arme thérapeutique.

Toucher
Je vais maintenant toucher vos seins, Marie-Paule. Il le faut. J’ai parié avec Maman que je le ferai.
Continuer la lecture de Le toucher, sens méconnu

La recherche scientifique est-elle toujours productive?

L’essentiel:
-La recherche, en se dispersant et en excluant, ne risque-t-elle pas impopularité et perte de moyens?
-N’a-t-elle pas un problème de communication?
-Cf faible mobilisation pour défendre « la recherche », contrastant avec la popularité d’un Téléthon, qui collecte sur UN objectif de recherche. Continuer la lecture de La recherche scientifique est-elle toujours productive?

Homéopathie: Quel intérêt?

Seule justification à l’homéopathie:
L’excès de prescription des médicaments pharmacologiquement actifs par les médecins.

3 piliers à ce phénomène:
-La confiance que les malades mettent dans les pilules, pas toujours justifiée
-Le manque d’assurance de certains médecins,
incapables de conclure une consultation sans une prescription
-La pression commerciale de l’industrie. Continuer la lecture de Homéopathie: Quel intérêt?

Aide à l’observance ou marketing masqué?

L’essentiel:
-Médecin et labos: trafic d’influence démasqué.
-Nouvelle cible: le malade, délégué médical idéal.
-Aide à l’observance = un bon consommateur.
-Bien-être, prévention, traitements curatifs:
Marchés différents… règles différentes.

cheveux
Continuer la lecture de Aide à l’observance ou marketing masqué?

Camarades médecins

L’essentiel:
-Au coeur du système de santé, le médecin n’en influence plus la politique.
-Libéral? Non. Fonctionnaire.
-La solution est-elle l’ultra-libéralisme? Voyons les risques…
-Et si chacun négociait sa convention individuelle?
-La profession aura-t-elle le courage de sortir du communisme aveugle? Continuer la lecture de Camarades médecins

Comment juger la fiabilité des infos du net sur votre santé?

L’essentiel:
-Où se renseigner sans se faire manipuler?
-L’information déformée n’est pas inutile: Elle est dangereuse.
-Que valent les labels qualité?
-Servez-vous de l’info pour diminuer vos doutes, pas pour une certitude.
-Un service indépendant coûte cher.
-Voulez-vous, en matière de santé, que la pub finance vos renseignements?

Lire la suite…

Qui veut faire du syndicalisme?

L’essentiel:
•Le syndicalisme doit affronter un paradoxe: Il veut améliorer la machinerie de l’entreprise alors qu’il contient des éléments « grippants »
•Le consensus est le meilleur compromis, pas la meilleure solution
•Les médecins sont des entrepreneurs… qui ont abandonné leur rôle de gestionnaires pour devenir des ouvriers de la santé…
•et créer un syndicalisme catégoriel Continuer la lecture de Qui veut faire du syndicalisme?

Haro sur le paiement à l'acte!

L’essentiel:
-Le paiement à l’acte incite le médecin à travailler.
-Mais le patient ne paye plus réellement ce service.
-Comme dans toute offre de marché verrouillée, la quantité de service fond pour le même prix.
-La sécu y a contribué par la raréfaction des médecins et l’imposition du médecin traitant.
-L’épouvantail du médecin fonctionnaire est agité. Hein? Refuse-t-on en France d’aller à l’hôpital parce qu’il s’agirait d’une sous-médecine?
-Le médecin libéral est déjà fonctionnarisé: Tous les inconvénients, peu d’avantages.
-Paiement à l’acte? Non: Bon pour une consultation gratuite… Continuer la lecture de Haro sur le paiement à l'acte!

Pour ou contre l'automédication?

L’essentiel:
•Faut-il un expert pour associer systématiquement symptôme et médicament?
•L’automédication implique des responsabilités
•La prescription médicale majore un grand nombre d’effets secondaires.
•L’automédication est bridée par la gratuité des consultations et des prescriptions
•Déremboursement nécessaire des produits de base, peu coûteux.


Continuer la lecture de Pour ou contre l'automédication?

Révolution du médicament: Traiter les bien-portants?

L’essentiel:
• Les grands malades se raréfient. Traitons les bien-portants.
• Tout le monde a un facteur de risque
• Prévention: but ultime? Pas si simple. Les traitements tuent aussi.
• Les gens sains avalent des pilules pour que les futurs vrais malades soient traités.
• Le bénéfice réel est inconnu.
• Tout le monde avale des traces de médicaments. L’eau de boisson en contient.
• Les milliards de pilules vendues financent la recherche.
• Mais plutôt celle de copies que de médicaments réellement innovants. Continuer la lecture de Révolution du médicament: Traiter les bien-portants?

Télévisons le journal

L’intérêt du journal télévisé n’est pas l’information mais la propagande. Seul endroit où le spectateur est obligé de prendre connaissance de certains faits. Le lecteur abandonne vite un article qui heurte ses convictions. Le spectateur zappe moins facilement, accroché par les images. La brièveté du sujet évite la lassitude. Il est possible de lui inculquer, par petites touches, une information qu’il ne souhaite pas forcément recevoir.

Arme à double tranchant. Les ricains ont ingurgité la litanie des attentats. Ont appris la paranoïa par le petit écran. Ont soutenu massivement une guerre. Ont vu le drame quotidien pour les civils. Ont regretté… quand ils n’ont pas éteint le poste. A quel moment auraient-ils du l’éteindre?

L’éthique des journalistes est plus importante que celle des médecins. Son absence peut faire beaucoup plus de morts. Beaucoup plus de dépressifs.
Il n’y a pas d’Ordre des Journalistes. Pas d’instance éthique. Trop synonyme de censure. Pourtant il y a des règles morales reconnues. Personne n’accepterait de reconnaître qu’il fait de la propagande. Qu’il manipule les esprits.
C’est pourtant le cas quand un sujet est sur-traité. Quand une image-choc décide d’un reportage. Quand la violence suffit à rendre une histoire intéressante.

Nous comprenons en tant que parents l’importance de surveiller lectures et films de nos malléables enfants. Mais quand cessons-nous exactement d’être un enfant?