Mar 262017
 

La douleur est initialement le signal d’une lésion de l’organisme. Information particulièrement utile. Qui met immédiatement en action des réflexes d’auto-protection. Que le slogan « Plus personne ne doit souffrir » soit devenu populaire dans les années 90 a été une catastrophe pour la gestion de nombreuses maladies chroniques, aboutissant à des dépendances graves aux antalgiques majeurs. Ce slogan doit être restreint aux douleurs aiguës temporairement insupportables, ainsi qu’aux douleurs lésionnelles insolubles (cancers invasifs) : ce sont les situations où les médecins doivent distribuer leurs boites de morphine sans réfléchir.

La douleur initiale est également une information utile par son intensité. Aiguë, elle me signale un dégât important. Je dois être très attentif à protéger l’endroit, à le mettre au repos, à chercher la posture qui diminue l’intensité de la douleur.

Modeste, la douleur me signale plutôt un phénomène irritatif : dysfonctionnement plutôt que dégât, répétitivité gestuelle qui sollicite constamment le même endroit. Le repos, ici, est au contraire défavorable : il ne change en rien l’automatisme de mouvement responsable, diminue le tonus des protections articulaires actives (les muscles) s’il se prolonge. Je dois modifier ma manière de faire, varier mes activités quotidiennes et mes postures. Les maladies professionnelles musculo-squelettiques sont fréquentes chez les travailleurs statiques, très « robotisés » dans leurs postures. Tandis que ceux donnant l’impression de danser sur leur poste de travail rencontrent rarement des problèmes, pour une tâche identique.

La douleur initiale, aiguë ou modérée, est causée par une inflammation locale. Ce phénomène a mauvaise réputation, car il inclue la libération de composés algogènes, donc crée la douleur. La majorité des gens ont alors le réflexe de prendre un anti-inflammatoire, parce que la douleur est pénible. Mais l’inflammation est aussi le processus réparateur de l’organisme. Il comprend plusieurs phases : exsudative (invasion du site par les cellules de l’inflammation), résorption des tissus lésés, cicatrisation. Une douleur aiguë signale une inflammation vive et donc efficace : résorption et cicatrisation sont très actives. Si l’endroit est protégé de nouveaux dégâts, la guérison est certaine. Une douleur modérée indique au contraire une inflammation modeste. Paradoxalement les dégâts moins sévères peuvent persister plus longtemps, parce que la réaction de l’organisme n’est pas suffisamment vigoureuse. Dans certaines pathologies (enthésopathies = lésions de la jonction os-tendon), le traitement le plus adapté est d’agresser l’endroit par des séances d’ondes de choc, c’est-à-dire de réveiller temporairement l’inflammation locale.

Une douleur initiale aiguë ou modérée peut persister au-delà de plusieurs mois. On l’appelle par convention « chronique » à partir de 6 mois. Elle peut correspondre à des lésions mal prises en charge : erreur de diagnostic, traitement inadapté (dont le repos prescrit à tort), contexte professionnel entretenant la lésion, etc…

Elle peut aussi ne plus être purement nociceptive (liée à un signal lésionnel) mais liée à la gestion de la douleur par le système nerveux central. Aucune douleur n’est purement psychologique mais aucune non plus n’est purement le signal d’une terminaison sensible. Il faut un cerveau pour interpréter cette douleur. Les douleurs « compréhensibles » sont traitées normalement en tant qu’informations utiles par le cerveau. Des douleurs incohérentes perturbent ce traitement.

Les anomalies dans la douleur chronique peuvent siéger à de multiples niveaux. En partant du bas de la hiérarchie de l’auto-organisation du système nerveux que j’ai baptisée ‘Stratium’, on peut rencontrer successivement :

-une diminution des contre-stimulations nerveuses qui écrêtent naturellement la douleur aiguë (c’est en renforçant ces contre-stimulations qu’agissent de très nombreuses techniques antalgiques, mésothérapie, acupuncture, palpé-roulé, thérapies thermiques…)

-un épuisement des hormones du stress qui change les équilibres des informations sensitives reçues de la périphérie par le système nerveux central, créant un fond douloureux permanent majoré fortement par la moindre lésion même bénigne. C’est le mécanisme de la fibromyalgie. Le traitement est une meilleure gestion du stress et de l’anxiété, mais aussi de récréer un contraste entre douleur lésionnelle, douleur irritative, et même plaisir ! (ce qui n’est pas évident : les cabinets médicaux ne sont ni des chambres de torture ni des lupanars 😉

-à peu près au même niveau intervient encore la génétique : il semble que la sensibilité centrale à la douleur varie selon l’hérédité.

Par ailleurs des signaux nerveux puissants et répétitifs créent des « autoroutes » dans les voies nerveuses, ceux de la douleur comme les autres. C’est un avantage pour un sportif qui travaille inlassablement ses gestes pour les rendre plus fins et plus rapides, mais cette sensibilité exacerbée est un inconvénient avéré si le signal afférent est une douleur. Ce phénomène explique les deux dysfonctionnements suivants :

-une douleur « décisionnelle » dans le comportement, c’est-à-dire qui influence les moindres aspects de l’activité quotidienne, les projets à court terme voire à long terme. C’est généralement le rééducateur fonctionnel qui devient l’observateur indépendant permettant de corriger ces automatismes inconscients perturbés.

-une attention excessive à la douleur, lui attribuant une célébrité néfaste. Piège tendu aux gens bloqués entre quatre murs par la maladie, empêchés de poursuivre leurs oeuvres habituelles.

-une douleur apportant des bénéfices secondaires en termes de relations familiales : personne âgée choyée par ses enfants, toute personne dont l’existence est morne, dans une impasse, étouffée par des névroses mal résolues, peut retrouver de l’importance en ayant besoin d’aide. La douleur chronique est le symptôme le plus subjectif qui soit.

-une douleur apportant des bénéfices secondaires en termes de relations sociales et professionnelles : bien sûr il ne s’agit pas des personnes les plus impatientes de reprendre travail et projets personnels. Bien des gens se lassent de leur métier, ont des difficultés avec leur hiérarchie, ne se sentent pas valorisés au travail, se sentent défavorisés par rapport à des collègues. Le phénomène touche volontiers des cadres supérieurs, dont le degré de protection sociale est parfois tel qu’ils gagnent deux fois plus pendant un arrêt de travail (syndrome du « revenu paradoxal »).

Cette classification n’est pas faite pour dénoncer des « simulateurs » qui n’auraient pas de réelle raison d’avoir mal, mais au contraire pour expliquer que de nombreuses douleurs ne sont plus seulement physiques, sans pour autant être « psychogènes ». Les véritables simulateurs sont rares. L’esprit est utilitaire et est conduit vers certaines solutions selon les pressions du contexte. « J’ai toujours mal » est fréquemment une meilleure option que « Je n’ai plus mal », même si la lésion physique initiale est guérie. Des dysfonctionnements séquellaires sont possibles à n’importe quel niveau de la hiérarchie que nous venons de voir.

L’intérêt de cette enquête hiérarchique vous paraîtra évident : traiter une douleur au niveau nociceptif (par des antalgiques) quand elle se situe à un autre échelon, ne sert strictement à rien (sinon à rendre insupportables les effets secondaires des médicaments, car aucun bénéfice n’en est retiré). De même, prendre en charge socialement une douleur chronique quand une lésion irritative persiste ou quand un automatisme anormal s’est installé (boiterie…) est voué à l’échec. Les sciences universitaires ne formant les médecins qu’aux maladies du premier niveau (physique), c’est leur expérience et la connaissance pas seulement clinique et radiographique de leurs patients qui leur permet d’agir conjointement sur les bons leviers de prise en charge. Tout est possible tant que la douleur n’est pas devenue un symbole sacré (auto-entretenu) dans l’univers de la personne.

 Posted by at 20 h 20 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)