La schizophrénie enfin expliquée ?

Une variante dans le complexe majeur d’histocompatibilité provoque la surexpression d’un gène appelé C4, selon une étude de McCarroll, comparant l’ADN de près de 29 000 schizophrènes à 36 000 témoins. Un excès de C4 au niveau des connexions synaptiques réduit leur nombre. L’élagage synaptique est un processus normal de maturation du cerveau pendant l’enfance, cependant l’augmentation du C4 rendrait cet élagage excessif.

Dans notre conception pyramidale du fonctionnement de l’esprit, les couches profondes de l’auto-organisation conceptuelle perdraient en fusion et en cohérence. Cette trouvaille expliquerait bien le début tardif de la maladie, habituellement à la fin de l’adolescence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *