Sep 212015
 

La dépendance est classiquement définie par la perte de liberté de s’abstenir malgré la conscience des dommages occasionnés par la consommation. Que veut dire « avoir conscience de quelque chose » ? Est-ce simplement se l’être entendu dire, ou l’avoir intégré dans son identité ? A quel niveau de celle-ci (même sans adhérer à la théorie polyconsciente, impossible de faire de celle-ci un passeport rangé dans un tiroir de l’esprit) ? Quelle distance avec l’automatisme démarrant l’usage de la drogue ?

Action et expérience. Idéalisées par le mode de pensée individualiste. Productives quand la personnalité a la cohérence nécessaire pour en tirer bénéfice. Dans le cas contraire ce peut être un effondrement, ou un boulet définitif accroché au pied du Stratium, cas de la drogue, addiction très bas située vers le biologique.

La part collectiviste de l’évolution personnelle est représentée par l’Observateur. C’est le dialogue entre lui et l’identité polyconsciente qui détourne des accidents les plus graves de l’existence, ceux que l’on ne souhaite pas aux enfants auxquels nous tenons, même étant partisans intellectuels de la diversité.

Ces accidents ne sont pas toujours faciles à identifier. Fumer son premier joint peut sembler anodin. L’une de ces expériences « nécessaires » pour un individualiste aveugle. Bien souvent, c’est le début d’une pente glissante. Impossible pour le descendeur de freiner. Dès lors l’accident est bien le fait de s’y être engagé.

Quel est l’objet de la dépendance ? Hypothèse primitive : la drogue elle-même. Focalisation, ensuite, sur l’effet recherché par la drogue (« l’expérience vécue sous psychotrope », Stanton Peele, 1982). Expériences comportementales, enfin, montrant que la force de l’habitude est telle qu’elle outrepasse la disparition du plaisir. Le mode d’accès à la récompense, dans la dépendance, est devenu une large autoroute neurologique, impossible à ne pas emprunter, peu importe la satisfaction réelle que l’on y trouve. En polyconscience, la drogue est une Persona géante, attachée à chaque facette de l’agir. Ce qui nous ramène à l’hypothèse primitive : la Drogue décide de s’auto-administrer.

La vision libertaire de l’addiction commence par un présupposé : que l’acte permette à l’individu de faire une expérience, éprouver, tant du plaisir que de la douleur et des inconvénients de franchir les limites. Interférence entre soi et le monde. Construction de son identité propre, résultat des négociations entre les pressions environnementales et son histoire personnelle. Un résultat propriétaire, dit-on.

Cette vision acquière une justesse croissante quand le squelette identitaire a commencé à durcir. Tandis qu’elle est totalement candide quand on est en présence d’une identité infantile. L’acte n’est pas fait par un esprit libre, c’est-à-dire suffisamment cloisonné de son environnement. Il est réalisé pour répondre à la pression de groupes d’intérêt qui changent radicalement à l’adolescence. Le groupe « parents » est remplacé par le groupe « potes ». Le premier est d’autant plus occulté qu’il n’a pas le loisir d’assurer une présence permanente (les deux parents travaillent), que l’adolescence est poussé à l’individualisme de plus en plus tôt (un pseudo individualisme qui est de rejoindre en fait plus rapidement la superconscience ado). L’adolescent ne choisit pas réellement ses potes, il s’agrège à ceux qui ont les mêmes références, vecteurs de succès ou de rejet. On s’agglomère par la réussite ou l’échec scolaire, par les signes distinctifs corporels, par les goûts musicaux ou vestimentaires. Cette nourriture identitaire étant symbolique de profils particuliers, elle est moins émancipatrice que conformiste du groupe auquel on se sent appartenir. Lorsque la drogue est initiatique dans le groupe, l’adolescent ne « choisit » pas d’en faire l’expérience, il se conforme à une épreuve d’entrée. Pire, quitter le rituel équivaut à se scinder du groupe. Ce n’est donc pas une expérience dont il peut se libérer d’un simple « Je n’aime pas ». Sa liberté est déjà aliénée. Volontairement, dira-t-on. Délicate frontière : à partir de quand l’aveuglement individualiste passe-t-il de starter à ensevelissement ?

Un starter ne doit pas rester tiré trop longtemps. Moteur étouffé.

La finition de la personnalité adolescente n’est pas le seul facteur important. L’autre, plus essentiel encore, est la ténacité des Observateurs environnants, et en particulier ceux des parents. Facile pour les adultes analysants et en situation personnelle stable de prendre un peu de distance vis à vis des expériences malheureuses de leur progéniture. Se convaincre que l’erreur est didactique, rester au soutien, encaisser les années difficiles… on anticipe un avenir plus rose avec une excellente probabilité. Qu’en est-il des parents vivant au jour le jour, confrontés à un présent perpétuellement agressif, des rémissions fragiles ? Ces Observateurs-là disparaissent rapidement de la Psociété adolescente, ou y sont infantilisés. Ce n’est plus le parent-guide, mais le parent-perdu. La victime à ne pas imiter. Pour ces géniteurs sans prise solide sur la réalité, l’enfant qui s’auto-gère est un souci en moins. Peu importe quelles règles il s’est choisit. A la société de contrôler. Mais celle-ci préfère en appeler à la responsabilité individuelle quand ça l’arrange et ne se préoccupe guère de remplacer les éducateurs défaillants.

Constatons au bout du compte que tous les acteurs du drame de l’addiction ont un comportement parfaitement utilitaire ! Chacun est cohérent dans son système de référence, en réponse aux pulsions fondamentales qui escaladent son Stratium. D’où viennent alors les dysfonctionnements ? Pourquoi n’est-il pas plus simple d’empêcher les dérives individuelles ?

Avec une vue d’ensemble il n’est pas certain que, collectivement, le système soit dysfonctionnant. L’esprit humain se référant à des contrastes, ce sont les destins ratés qui lui indiquent le meilleur chemin. Voie ne restant pas royale éternellement. D’autres « ratés » la déplacent. La société traversée est elle-même en constante évolution.

Néanmoins si nous pouvons être, conceptuellement, partisans de la diversité, nous ne souhaitons pas le rôle de référence négative à ceux qui nous sont chers. Dilemme. Comment se comporter, en tant qu’éduquant, pour ne pas nuire au caractère propriétaire du destin de notre progéniture, tout en l’amenant en terrain sûr ?

J’avais dans un livre précédent opposé la politique de l’enceinte à celle de l’élastique. L’« élastique », c’est le parent qui s’oppose immédiatement à tout comportement qu’il estime nocif pour son enfant, avec une force proportionnelle à sa dangerosité. L’« enceinte », c’est dire : « Tu peux expérimenter tout ce que tu veux, mais les limites sont ici ; voici, pour l’instant, les interdits que tu ne peux pas franchir ». Le « pour l’instant » est très important, appuyé. Sinon, bien sûr, c’est une tentation irrésistible. Probablement les interdits seront-il essayés malgré tout, mais alors le parent doit se montrer intraitable dans la punition. Le rejeton acquiert ainsi la notion que l’univers n’est pas constamment gentil. Un dragon peut se cacher derrière cette enceinte, emplie d’empathie.

La version complète de cette politique éducative est de placer une succession d’enceintes, depuis le parc du nourrisson jusqu’à la triade d’interdits encore essentielle à l’adolescence : drogue-alcool-tabac. Ces enceintes s’ouvrent les unes après les autres, chaque étape initiatique franchie. Au final le premier joint peut être allumé en compagnie des parents. L’instant ne sera pas anodin. Pas une simple « expérience ». Mais l’accession à la possibilité (rien d’obligatoire) d’éprouver détente et plaisir dans des contextes sociaux bien cadrés. Pas d’en faire l’ami du quotidien.

Rien d’original dans cette démarche, me direz-vous. C’est déjà ce que tentent intuitivement la majorité des parents. Sans doute, mais alors pourquoi tant d’addictions ? L’intuition ne serait-elle pas remplacée fréquemment par des discours fascistes de la panconscience ? Drogue démoniaque, morbide, vampirisante, ou au contraire injustement diabolisée, objet de bigoterie des ascètes du plaisir. Ces repères acides dissolvent le bon sens parental, empêchent la mise en place des strates éducatives naturelles. D’autres injonctions panconscientes sont péjoratives. Même la politique d’assistance sociale en contient. Qu’indique-t-elle d’autre que la possibilité de reporter sa responsabilité éducative sur la société ? En fait tous les discours généralisateurs détournent de l’évidence : chacun de ces jeunes esprits affronte l’environnement de manière singulière. Il faut ignorer les repères autocratiques, tant ceux de l’Inquisition que du Libéralisme. Les seuls à conserver sont ces enceintes successives, sans qu’elles se rapportent à un âge ou une définition précise. Valorisons l’intuition de la relation parent-enfant, une oscillation permanente entre empathie et rejet, en la nourrissant de faits avérés, d’histoires authentiques : effets biologiques démontrés pour les drogues, destinées addictives, résiliences.

En plaçant des cloisons autour des oscillations de chaque existence, nous pouvons éviter que tant d’élastiques se rompent.

 Posted by at 6 h 28 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)