Tanezumab dans la coxarthrose et la gonarthrose

Tanezumab : anticorps monoclonal anti facteur de croissance du nerf (NGF). Essayé sur coxarthrose et gonarthrose versus placebo et naproxène. Meilleur que le placebo, pas meilleur que le naproxène avec un dosage à 10mg et paradoxalement un peu meilleur avec un dosage plus faible à 5mg.
2 injections IV à 1 mois d’intervalle. Qu’en penser ?

Il faut savoir que l’étude du tanezumab a été suspendue par la FDA, temporairement, à cause d’arthropathies destructrices survenues conjointement avec l’utilisation d’AINS (y compris sur des articulations non portantes). En fait ce produit semble pouvoir provoquer des atteintes semblables aux neuroarthropathies, ce qui peut se comprendre : le principe est de réduire la douleur en empêchant la pousse du nerf dans les régions enflammées. Ainsi… la personne peut continuer le mésusage de son articulation sans aucune sensation pénible. Géniale, cette idée, non ? On peut se demander parfois ce qui passe par la tête des directeurs de recherche. Quels moyens ont été engagés sur des préliminaires aussi stupides ? Et il faut massacrer quelques articulations dans un essai de phase 3 pour s’en rendre compte. Tout ceci pour tenter de nous vendre à prix d’or un produit intra-veineux (un anti-pousse des nerfs par voie générale !) qui ne fait pas mieux que le naproxène ??
Il y a vraiment, de l’autre côté de l’Atlantique, des gens qui marchent sur la tête…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *