Fête à tous les étages

Pour fêter la publication officielle aux éditions l’Harmattan de « Stratium »,
le livre qui ne fera rien de moins que révolutionner ce siècle,
voici une nouvelle fournée de bulles pétillantes issues de sa suite, presqu’au terme de son chantier.
————————————————————————————————————————————

Tenant compte des deux observations que « nos politiciens sont de vrais crétins » et « on a les politiciens que l’on mérite », je m’abstiens d’aller voter…

*

Les sites de rencontre pour gens déjà mariés font enfin jurisprudence. Il est désormais légal que le budget conjugal serve à payer les amants…

*

Le chemin vers l’intelligence artificielle est raccourci par une tendance parallèle de l’être humain à devenir artificiel.

*

Proverbe stratique : Tout adolescent a un bon fond. Le problème chez certains est que pour l’apercevoir, il faut constamment agiter la merde qu’ils ont dans la conscience.
(ce proverbe n’a qu’un seul but : soulager tous les parents qui auraient voulu l’écrire sans s’y résoudre)

*

La logique est l’ascèse de la pensée humaine dans son obédience au réel.

*

Pour exister, on vendrait tout ce qui existe, et alors on se serait plus rien.

*

Que tous les gens puissent adhérer aux mêmes concepts est un progrès social, mais un appauvrissement de l’éco-système intellectuel.

*

Je me demande à quoi l’on peut bien s’occuper au Paradis. Déjà qu’on passe sa vieillesse à ne savoir quoi foutre…

*

L’Histoire est un lieu où l’on vole du pouvoir,
tandis que l’Inventeur crée le sien.

*

L’anatomo-pathologiste est un professeur devant lequel mieux vaut échouer.
A moins de vouloir se faire dire que l’on peut passer en (phase) terminale ?

*

La médecine prise en flagrant délit de sale gueule : elle dépiste les pro-trombine et les anti-trombine…

*

La profession médicale ne forme plus des ingénieurs en diagnostic individuel mais des techniciens de l’Evidence Based Medecine.

*

Au plan social, il est aussi difficile de faire parler les médecins d’une seule voix que faire chanter des coqs dans une chorale.

*

Des deux aphorismes précédents concluons que les médecins font tout à l’envers : ils uniformisent le discours dans leur cabinet, siège pourtant dédié à la diversité de la relation médecin-malade, et ne souhaitent aucunement s’unifier en dehors pour décider du destin de leur profession, un acte fondamentalement collectif.
Quelqu’un m’écoute ?
Non. Un cocorico parmi les autres…

*

Les faibles sont pitance,
les forts s’en remplissent la panse.

*

L’anticipation semble tellement utile. Pourquoi ne sommes-nous pas tous affairés à nos plans d’avenir ?
L’oracle a l’inconvénient de souligner horriblement les défauts d’aujourd’hui, à notre conscience baignant dans ce présent.
Il faut déjà ingurgiter beaucoup d’anticipations pour l’en extraire.

*

La question de l’existence d’un Paradis n’offre aucun intérêt propre. En fait elle implique que la vie sur terre est un Enfer. Là est le véritable problème.

*

De la difficulté d’être femme
Plus merveilleuse est la beauté avec laquelle elle s’élève comme une fusée dans la société, plus rude est l’alunissage.

*

Je pense, sur la fin de ma vie, convertir ma fortune en denrées périssables, pour obliger mes héritiers à se mettre très rapidement d’accord sur le partage…

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *