Long séjour… à l’ombre

Nous qui critiquons facilement la barbarie sommes peut-être devenus plus barbares que ces peuplades primitives qui mangent rituellement leurs morts. Plutôt que garder ainsi symboliquement nos aïeux en notre sein, nous nous en débarrassons symboliquement au cimetière, loin de notre jardin intime, voire les plaçons, bien des années avant, dans une antichambre funéraire, le « long séjour », toute aussi isolée des regards. Voici comment une rupture, qui n’avait au départ que des raisons sanitaires, est devenue une culture de la séparation, quand ces raisons ont disparu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *