Août 072011
 

Il est possible en effet de disserter longuement sur une maladie individuelle, d’en cerner tous les tenants et aboutissants, afin de placer dans un écrin minuscule et précieux un diagnostic de grand prix, parfaitement adapté au doigt de son porteur.
Par malheur, en médecine, les bijoutiers de luxe présentent la même facture que le colporteur de verroterie dans la rue. Sans surprise, ils se raréfient.
Ainsi, le médecin dispose d’un outil rigoureusement indispensable pour synthétiser les débats en un consensus solide et opposable : sa montre.

 Posted by at 13 h 56 min  Tagged with:

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)