Juil 312009
 

L’essentiel:
Les rhumatismes peuvent-ils démarrer après un choc psychologique?
Plus généralement, quelles sont les conséquences de rapporter une maladie à une origine psychologique?

L’annonce de l’origine d’une maladie peut avoir des effets importants.
Une étude sur le lumbago aigu montre que le diagnostic d’un banal « tour de reins »
fait guérir le patient mieux et plus vite que l’explication du mécanisme de la hernie discale.

L’annonce, selon son contenu, est placebo ou nocebo, rarement neutre.
Dire qu’une maladie est héréditaire écorne l’image des parents.
Nous avons beau rationaliser sur l’absence de responsabilité volontaire,
nos instincts font de nous des transmetteurs de gènes.

Si l’on vous dit qu’un rhumatisme peut provenir d’un choc psychologique,
il est facile de s’en découvrir un. La vie est un parcours d’embûches.
On a même vu des femmes s’inventer des abus sexuels imaginaires
sous la pression de psychanalystes militants.

Est-ce l’opportunité de trouver une solution au rhumatisme,
ou de le lier à une cicatrice indélébile de votre existence?
Considérant la fréquence des « guérisons » par la psychothérapie
et le temps qu’elle demande,
vous risquez de devoir vous habituer à vos douleurs quotidiennes…

Mais pire, avec un tel effet nocebo, vous êtes empêché de guérir,
quelle que soit la thérapeutique.
Quel médicament permettrait de revenir en arrière,
d’effacer un deuil pénible, une agression, un accident sévère?
L’une des meilleures protections de l’esprit humain est l’oubli,
et si l’on vous relie une maladie à un traumatisme enfoui,
il est certain que vous ne l’oublierez plus.

Les analystes prétendent que votre inconscient, qu’ils ont interviewé,
était déjà au courant.
Bien sûr, tous les inconscients savent que les maladies démarrent après des traumas psychologiques…
et s’ils se sentent mal à l’aise dans les limbes,
ils n’ont que l’embarras du choix pour manifester:
Une bonne colite? Une polyarthrite? Un psoriasis?
Et pourquoi pas un petit mélange? Ameutons davantage de monde.
D’ailleurs la bonne santé est là: Vivez en ermite !
S’il n’y a personne à qui montrer vos troubles auto-déclenchés… quel intérêt?

Très différente est la croyance en une cause réversible de votre rhumatisme.
Viande, produits laitiers, oeufs… vous trouvez que stopper la consommation
de l’un de ces aliments améliore votre état?
Ou vous l’entendez dire. Pourquoi pas?
Ce type d’annonce est, cette fois, placebo:
Voici une porte de sortie accessible pour guérir.

Croyance?
Un des points forts de la statistique est de trouver,
au-delà des coïncidences individuelles troublantes,
la preuve d’une relation causale ou non entre une maladie
et d’autres évènements de la vie des personnes touchées.
Choc psychologique, vaccin, type d’alimentation, allergie…
les méta-analyses ne retrouvent aucune relation évidente
avec l’apparition d’un rhumatisme,
dont les origines restent obscures,
même si le mécanisme est de mieux en mieux compris.

Reste que si un grand nombre de facteurs différents
peuvent causer un rhumatisme de même apparence,
la statistique n’a plus les moyens de confirmer ou infirmer.
Il reste ainsi une place pour la croyance individuelle
qu’un évènement précis de sa propre vie puisse déclencher la maladie.
Réalité? Autopersuasion? Incertitude insupportable
qui pousse à chercher une cause à tout prix?

Peu importe à vrai dire.
L’essentiel est: De quoi allez-vous vous persuader?
D’une cause facilement réversible ou non?
Vous engagerez-vous dans une maladie interminable
ou tenterez-vous pragmatiquement le régime végétarien?

 Posted by at 20 h 24 min

  2 Responses to “Choc psychologique, alimentation et rhumatisme”

  1. excellent article qui donne a reflechir

  2. Et si on n’a ni traumatisme indélébile repérable (vu que cette saloperie vous a fusillé en plein envol) ni opportunité de tourner végétarien/végétalien (vu qu’on l’est depuis la naissance, soit une preuve vivante que ce sont des conneries), il reste quoi ?
    Ceci dit, tout à fait d’accord, l’essentiel est de savoir ce dont on va se persuader.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)