Retrait du Di-Antalvic: Pour ou contre?

Antalgique retiré en Suède et en Grande-Bretagne il y a 5 ans. La France suit…

-Les décès sont des intoxications, pas des consommations normales,
-par, d’une part, tentative de suicide:
La disparition du Di-Antalvic entraînerait-elle la disparition de ces tentatives?..
-par, d’autre part, surconsommation:
Quand des patients, insuffisamment soulagés par un calmant en partie efficace, en prennent davantage,
est-ce que la disparition du médicament va améliorer la prise en charge de la douleur?
-Les décès attribués au Diantalvic sont très rares par rapport au nombre considérable de prises normales.
Combien surviendront quand cette forte consommation va se reporter sur d’autres médicaments?..

Mesure bien technocratique, vous l’avez compris.
Le site épingle en général la surconsommation de pilules,
mais quand le mauvais usage tue le médicament…
prenons le deuil d’un produit qui a rendu bien des services.

La France serait-elle en train de contaminer le reste de l’Europe avec le principe de précaution?

4 réflexions au sujet de « Retrait du Di-Antalvic: Pour ou contre? »

  1. je prends du Di antalvic depuis plusieurs dizaines d’année (j’ai _o anx), sans aucun probleme. Par contre je viens de m’apercevoir que le di antalvique coutait 2,02 euros les 20 gelules, et le paracétamol vitame C, 1 , 60 euros les 8 cachets …..n’y aurait-il pas un lien pour éliminer les anciens médicaments que l’on ne peut légalement augmenter !

    1. Non. L’explication est que le Diantalvic étant remboursé, son prix fait l’objet d’une âpre négociation Sécu-labo,
      tandis que le fabricant se rattrape sur le paracétamol-vit C, en vente libre et non remboursé.
      Le retrait du Diantalvic n’est pas avantageux pour les industriels
      car la consommation ne se reportera que partiellement sur d’autres produits,
      même si certains de ceux-ci ont des marges plus intéressantes.

  2. Le retrait du Diantalvic vient du fait que les suicidaires ne lisent pas les notices:
    Celle du Diantalvic indique clairement que le truc n’est pas fait pour tuer
    contrairement à celle d’un pistolet…

  3. on marche sur la tete:on va supprimer un produit qui soulage efficacement la douleur de millions de personnes,avec des effets secondaires finalement très limités pour laisser la place à des produits beaucoup moins antalgiques comme le paracétamol ou beaucoup moins bien tolérés comme le tramadol qui en plus provoque une dépendance.Jusqu’ou va-t-on aller dans le ridicule et la betise: ceux qui veulent se suicider ou abuser des drogues en tout genre continueront à le faire: faut-il donc supprimer tous les antalgiques? voire,si on va au bout du raisonnement,tous les médicaments?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *