La vie, ou l'efficacité de vie?

La vie, c’est l’organisation, la reproduction, la capacité de contrôler sa propre physiologie.
Elle n’est pas si différente d’une simple réaction chimique,
qui après tout se reproduit elle aussi, fidèlement, dans les mêmes circonstances.
Le vivant tente de s’affranchir de l’aléa.

Sale accident… Mais il est vivant!

Notre vie terrienne en est loin.
Un cataclysme cosmique pourrait l’effacer aussi sûrement
qu’un ingrédient disparu annule la réaction chimique.

Ainsi la vie n’est pas une frontière,
mais un talent transmissible et perfectible,
lentement acquis au fil de l’évolution,
en progrès exponentiel au fur et à mesure que le vivant
en prend lui-même le contrôle et se détache
du hasard.

Les progrès de la vie
sont autant le bricolage de gènes
que l’essor spatial.
Des retours en arrière sont faciles et meurtriers
si le vivant se trompe,
à peine moins aveugle parfois
que le hasard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *