Accidents du travail: Quand l'Humanité marche sur la tête

Les AT sont sous-déclarés.
Récent cheval de bataille de l’Humanité.

En pratique médicale quotidienne, pour 1 accident non déclaré
-en général un jeune embauché qui se laisse trop facilement convaincre de l’inutilité de la procédure-,
existent 2 à 3 accidents sur-déclarés.

Tout le monde connaît ainsi le pic d’AT du lundi,
incidents domestiques du week-end déclarés le lendemain au boulot,
et toute la bobologie qui fait perdre au terme « accident » tout parfum d’inquiétude,
surtout quand on cherche avec difficulté le rapport exact avec le travail.
Enfin je crains l’accusation de cynisme
si je cite les nombreux accidentés aux soins interminables
qui profitent de ce tiers-payant pratique
pour se faire soigner toutes autres maladies
par des médecins compatissants.

Mais je ne suis pas gendarme à la place de la sécu.
Répondons aux statistiques de l’Humanité par une autre:
Le contexte d’AT est, de loin, la cause la plus significative de lombalgies durables.

Normal? Les AT sont des traumatismes graves?
Non, l’AT est la cause proprement dite.
L’importance du traumatisme, la présence d’une hernie discale, d’une arthrose, l’âge, etc… prédisent peu ou pas significativement le futur lombalgique.
C’est l’AT qui les fabrique.

Alors, en réclamer davantage?…
Pour l’humanité, améliorons les conditions de travail,
et ne laissons pas une frange de la population sans accès aux soins.

Pour les médecins:
Prise en charge d’un accidenté du travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *