Sep 092007
 

L’essentiel:
-L’arthrose est un ensemble de maladies locales
-Des facteurs généraux d’arthrose existent.
-Mais aucun traitement général n’a démontré d’efficacité, contrairement à l’ostéoporose.
-3 théories tentent d’expliquer l’arthrose: La « plaque osseuse » est la plus intéressante et débouche sur des conseils pratiques, en particulier pour les sportifs, professionnels ou du dimanche…

L’arthrose est une maladie générale et locale.

Les facteurs généraux sont essentiellement liés à l’âge et l’hérédité (I).
Mais chaque localisation est indépendante.
Il est illusoire de penser traiter son arthrose avec un médicament par voie générale. Chaque articulation demande des mesures propres, très différentes selon les pressions qu’elle subit, sa mobilité, sa position dans la chaîne articulaire, le stade de l’arthrose.
Ne cherchez pas une pilule qui va soulager votre arthrose vertébrale et du genou. La seconde bénéficiera des anti-inflammatoires et des infiltrations tandis que la première ne réagira qu’à la gymnastique.
Reposer? Bouger? Maigrir? Muscler? C’est tout l’art et l’expérience du spécialiste manuel ou du rééducateur d’analyser finement le mécanisme de chaque arthrose et d’adapter les consignes.

Cependant ces arthroses empruntent des chemins communs.

La destruction progressive du cartilage, ce « pneu » qui recouvre les surfaces osseuses et amortit les chocs articulaires, passe par les mêmes stades: ramollissement, abrasion, fissuration, ulcération.

L’arthrose commence même avant tout signe visible.
Le cartilage n’est pas un matériau inerte. Comme tous les tissus de l’organisme, il s’auto-répare en permanence. Les dégâts commencent quand les capacités de régénération sont dépassées par les agressions. Mais la réparation se ralentit bien des années avant les premières lésions.

Les facteurs génétiques les mieux connus sont des mutations de protéines qui forment l’architecture du cartilage, modifiant ses qualités mécaniques (devient trop dur ou trop souple). Dans les formes les plus sévères, la croissance est perturbée et il existe d’importantes déformations du squelette (chondrodysplasies).

Un cartilage jeune se répare bien. L’arthrose n’apparaît pas à l’âge où les traumatismes sportifs sont les plus fréquents. Le cartilage peut même s’épaissir en réaction à des contraintes anormales.
Les arthrosiques accusent souvent leur carrière sportive. Mais les lésions se manifestent 10 à 20 ans après la réduction voire l’arrêt complet des activités.
Alors, le coupable est-il le sport ou la décennie d’inactivité?

La cellule du cartilage est le chondrocyte.

1ère théorie sur l’arthrose: Le chondrocyte se fatigue. Il n’assure plus la synthèse des protéines de l’architecture du cartilage -> il tombe progressivement en ruine.

2ème théorie: Le cartilage s’auto détruit. Mécanisme similaire aux polyarthrites, dans lesquelles le système de défense de l’organisme s’attaque à ses propres articulations. Le chondrocyte, en réponse à un agent déclencheur inconnu, se met à fabriquer des enzymes anormales qui détruisent les protéines du cartilage.

3ème théorie: La plaque osseuse:
Le cartilage repose sur un plancher osseux. Il ne contient pas de vaisseaux sanguins. Son alimentation est assurée par la diffusion des nutriments à travers le plancher osseux et les liquides articulaires.
L’os n’est pas de la pierre: Au microscope, c’est l’intérieur d’une cathédrale: piliers, arc-boutants, ogives… Les travées osseuses sont orientées et taillées selon les contraintes exercées sur l’os. Bon… l’architecte est un peu dément quand même, car des travées il y en a partout. Mais il reste de la place pour les ostéocytes (cellules de l’os), les vaisseaux sanguins, espaces libres où circulent nutriments, enzymes, molécules d’information.
Dans l’arthrose, le plancher osseux se condense. en réaction, a-t-on longtemps pensé, aux chocs mal amortis par un cartilage moins souple et moins épais.
Les travées osseuses s’épaississent, se rapprochent. La circulation des nutriments est entravée. Le cartilage est affamé -> il ne peut plus se réparer. Les 2 surfaces du cartilage sont prises entre 2 plaques de marbre, ce qui aggrave leur agression par les chocs.
Alors la plaque osseuse, conséquence ou cause?

Cette 3ème théorie n’exclut pas les 2 premières. En fait la réalité est probablement une combinaison de la 1ère et la 3ème: L’os fait correctement face aux agressions articulaires, mais son durcissement gêne la réparation du cartilage, et le vieillissement du chondrocyte finit par déclencher les lésions d’arthrose.

Pour les adhérents
Nous allons détailler cette 3ème théorie, en tirer un historique de l’arthrose, et donner les conseils pratiques, en particulier au niveau des habitudes sportives et professionnelles.
Il n’y a pas en effet actuellement de médicaments ayant démontré une efficacité dans le cadre des 2 premières théories. C’est en comprenant parfaitement la 3ème, et les adaptations à faire dans la vie quotidienne, que vous pouvez éviter un jour de remplacer vos pièces chez le chirurgien.
Nous détaillerons aussi tous les traitements à visée mécanique: orthèses, semelles, viscosupplémentation, en précisant leur cible, leur intérêt réel, les situations précises où les utiliser.

(I) Facteurs de risque d’arthrose identifiés:
-Age > 50 ans, sexe féminin
-Hyperlaxité ligamentaire
-Traumatismes articulaires
-Certains sports (course à pied, football…) et certaines professions manuelles (risque pour des articulations précises)
-Surpoids
-Anomalies de croissance osseuse, malformations, défaut d’axe des membres
-Maladies des tissus de soutien du squelette: muscles, tendons, nerfs
-Rhumatismes inflammatoires (polyarthrites)
-Maladies héréditaires des protéines du squelette

  2 Responses to “Mécanisme de l'arthrose: Pour l'éviter ou la stabiliser”

  1. Contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas une conséquence normale du vieillissement. Je vous conseille de lire l’article de franceassurancesante. fr « L’ARTHROSE : LA MALADIE DE L’AGE ? »

    • L’arthrose est bien sûr une conséquence normale du vieillissement, et personne n’y échappe. Il existe un grand nombre de facteurs susceptibles de la hâter ou la ralentir, comme le précise l’article que vous citez, mais à 20 ans vous pouvez avoir une hérédité familiale arthrosique, marcher sur jambes mal embouties, faire un travail très physique, etc… le corps se répare encore très bien et il n’existe aucune arthrose, seulement d’éventuelles séquelles de traumatismes sévères.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)