Prostate et inquiétantes PSA

L’essentiel:
-Dépister les PSA fait enlever excessivement les prostates
-Des épidémiologistes remettent ce test en question…
… plutôt que l’utilisation qui en est faite.

Charge d’épidémiologistes contre le dépistage systématique du cancer de la prostate par dosage des phosphatases acides prostatiques (PSA).
Motif: Surdiagnostic conduisant à des chirurgies agressives sur des cancers bénins, source d’impuissance et troubles urinaires.

Saisissant tête à queue bien peu cartésien de ces scientifiques: Le problème n’est-il pas que les urologues adaptent leurs conduites thérapeutiques à la gravité du cancer dépisté, plutôt que d’abandonner le dépistage?
Surveillance des PSA. Patient prévenu des risques de l’opération d’une part, de l’abstention d’autre part.
C’est ce que font la plupart des urologues, malgré un souci fondamental, commun à de nombreuses disciplines: Il est plus intéressant financièrement d’opérer une prostate que de la surveiller à coup de consultations sous-rémunérées. C’est malheureusement toujours un aiguillon quand on paye de lourdes charges en clinique.
N’oubliez pas le conseil de votre généraliste.
Oubliez l’épidémiologiste… qu’une grosse prostate fera peut-être revenir sur terre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *