Lettre à un adversaire de la psychanalyse par un non-partisan

L’essentiel:
-Prenons dans Freud ce qui ne fait pas ses 100 ans.

L’article en référence: Divan le terrible

Nul doute qu’en vous en prenant à l’église psychanalytique, vous risquiez de prendre quelques ramonées! Ses adeptes font preuve d’une foi qui ferait envie aux dirigeants catholiques…

Mais vous jetez le bébé avec l’eau (sale) du bain.Vous utilisez les failles de la psychanalyse pour effondrer un édifice qui comporte quelques beaux joyaux.
N’oublions pas que Freud a connu la célébrité il y a 100 ans… après avoir été violemment conspué par ses confrères. Ses écrits en sont entachés, comme le sont ceux des défricheurs de la posturologie actuellement. Il a aussi laissé la culture de l’époque influencer certaines de ses théories, qui ne tiennent plus dans la nôtre.
Enfin il faut, pour apprécier les apports de Freud, faire face à des résonnances désagréables dans son histoire personnelle.
Beaucoup de psychiatres aguerris ont pris ce qui les intéressait dans Freud et ont laissé le reste. Comme la philosophie: On emprunte à d’autres pour bâtir la sienne personnelle.
La construction de l’esprit humain vue par la psychanalyse n’a certes rien de scientifiquement démontré. Mais si l’on regarde de près ce qu’en dit la neurobiologie actuellement… retour à la Guerre du Feu!

Le conscient et l’inconscient collent trop bien à l’expérience quotidienne de n’importe quel thérapeute, psy ou non, pour les balayer d’un coup de « non fondé sur les preuves ».
Le problème de l’Evidence Based Medecine est qu’elle n’a pas encore inventé la méthodologie adaptée à l’évaluation des disciplines intuitives, chaotiques ou fondées sur l’expérience. Elle ne peut pas plus les infirmer que les affirmer. Elle devrait y travailler plutôt que faire preuve du même aveuglement que les Soldats du Divan.

Enfin les théories freudiennes sont un bel outil d’analyse. Ce n’est pas un traitement, du moins pas pour tous. Faire une cure à un homme simple perdu dans ses déboires conjugaux et professionnels est complètement ridicule. Il a besoin d’un transfert… de bons conseils et d’empathie, comme un boursicoteur qui gère mal ses placements.
Mais pour cette dame qui vous vitupère, l’analyse n’est-elle pas une forme de traitement si elle a donné un sens à sa vie? Pensez-vous que croire en Dieu ne rende pas service à certains?

Qui est entièrement libre? Pas besoin d’adopter Freud pour savoir que nous sommes esclaves de nos engagements… et que nous avons du mal à nous renier.
Si vous considérez Freud dans la philosophie plutôt que la médecine, vous verrez qu’il est reconnu comme l’un de ses piliers.
Il faut de la philosophie, au-delà des éprouvettes, pour faire un bon médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *