mar 102003
 

L’effet Pygmalion est l’influence que la prédiction d’un évènement chez une personne exerce sur sa réalisation. Des expériences le mettent en évidence:
2 groupes de rats identiques sont confiés à des étudiants pour dressage. On leur dit que les animaux du 1er groupe sont particulièrement doués, et ceux du 2ème groupe pas très malins. Les résultats du dressage confirment cette annonce fantaisiste.
La prédiction d’une simple possibilité d’évènement peut suffire à le faire survenir:
On administre à des étudiants en médecine une substance inerte en leur annonçant que c’est de l’aspirine et que l’on va étudier sur eux tous les effets indésirables de cette administration. Certains font d’authentiques ulcères à l’estomac. L’annonce d’une éventualité de complication a suffit à la déclencher.


Si l’on transpose cet effet dans la relation médecin-patient, l’on s’aperçoit que le discours du médecin exerce facilement un effet Pygmalion. Seule condition, avoir confiance dans ce discours, ce qui malheureusement est de moins en moins fréquent. Ainsi, les paroles du médecin qui cherche à vous rassurer peuvent avoir un véritable effet thérapeutique. En annonçant votre guérison, il vous place dans une situation où vous allez réellement la faire survenir.
Cet effet est particulièrement net quand le patient a une grande confiance dans l’innocuité du thérapeute et de ses traitements. C’est sans doute l’explication du succès de l’homéopathie: peu importe que vous preniez un placebo, le médecin, dont la confiance dans ses produits s’est nourrie de ses précédents succès, vous annonce votre guérison en toute certitude. Comme vous ne craignez pas d’effet indésirable d’une médecine réputée inoffensive, l’effet Pygmalion est particulièrement efficace et vous guérissez.
Choquant? En fait une grande majorité de problèmes de santé guérissent spontanément, et le médecin a un rôle d’accompagnement et de confort. Cette façon de se servir de votre propre capacité à guérir est plutôt intéressante, puisqu’elle peut éviter des agressions médicamenteuses. Le médecin se sert de l’effet Pygmalion sans en avoir conscience. Les homéopathes ne sont pas des manipulateurs.

Un inconvénient tout de même: le prédicteur, en l’occurence le médecin, s’influence lui-même avec ses paroles de réassurance. Il peut avoir ainsi une confiance excessive dans son diagnostic et manquer de vigilance quand l’auto-guérison ne survient pas.
Malheureux êtes-vous d’avoir lu tout ça! Vous allez devenir imperméables à l’effet Pygmalion! Trop d’information…

Qu’en tirer? La grande majorité des médecins ont suffisamment de bouteille pour utiliser subconsciemment avec mesure l’effet Pygmalion. Les meilleurs sont ceux dont l’assurance apparente se nourrit d’une réelle clarté intellectuelle, qu’ils n’hésiteront pas à vous montrer par des explications à votre demande. Ensuite viennent les mêmes dont la réputation les dispense souvent de longs discours: Quand un grand professeur vous lit votre avenir, l’effet Pygmalion est particulièrement puissant!
Vous vous méfierez davantage du médecin qui étale devant vous toutes les possibilités de maladies et tous les risques, qui met à nu toute la complexité et l’incertitude de son cheminement diagnostique: l’effet Pygmalion sera particulièrement défavorable et vous risquez de devenir un malade professionnel, prêt à venir discuter le moindre symptôme quotidien. C’est un travers fréquent du jeune médecin.
Vous vous méfierez également du médecin à mode d’exercice particulier (homéopathe acupuncteur mésothérapeute magnétiseur…) intégriste: il vit de l’excellent effet Pygmalion qu’il procure à ses patients, mais a un taux de retard diagnostique plus élevé pour les maladies qui ne guérissent pas spontanément.
Choisissez un médecin qui aie de l’assurance. Mais, et c’est là où il vous faudra un minimum de psychologie personnelle, elle ne se juge pas seulement au flot de paroles, à la position des épaules ou au regard tranchant! L’assurance, c’est aussi de savoir que l’on peut faire des erreurs, et d’être attentif et disponible pour les récupérer.

Donnez donc votre confiance à un médecin et laissez entrer sa réassurance quand il vous l’administre: vous êtes déjà en cours de traitement… et d’amélioration.

 Posted by at 2 h 37 min

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>