Comment avez-vous échappé au solipsisme?

Différencions le solipsisme en tant que philosophie et en tant que syndrome psychologique.

Il n’est pas nécessaire d’échapper au solipsisme philosophique. Il suffit de le transformer en truisme : notre univers est entièrement mental, personnel, totalitaire. Il nous est impossible d’éprouver la réalité autrement que par des perceptions.

Néanmoins cet univers authentiquement solipsiste est tout sauf homogène. C’est un univers de conflits. Nous n’en avons pas la maîtrise. Peu importe que nous ne puissions pas sortir de cet univers, il est perpétuellement envahi. Un solipsisme qui voudrait dénigrer cela ne pourrait expliquer la surprise.

Le solipsisme psychologique est une maladie de l’esprit qui se répand actuellement. Il est associé à la poussée de l’individualisation et, plus paradoxalement, à la montée des réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux, en effet, isolent davantage qu’ils ne socialisent. Ce qu’ils mélangent sont des mèmes, des schémas de pensée sur des sujets particuliers, des évènements. Ils ne mélangent pas des personnes.

Discuter avec une personne présente physiquement est profondément différent d’un échange numérique. Un nombre considérable de niveaux d’information supplémentaires sont impliqués, par le langage corporel, par la réalité de la relation sociale. Ce sont les niveaux les plus partagés, les plus collectivistes.

Sur un réseau social ce sont des cerveaux en incubateur qui discutent. Dans un espace de vie ce sont des personnes complètes, des corps équipés d’un cerveau, placés dans la réalité physique.

La profondeur de la différence est manifeste, pour un médecin, quand il a affaire à une personnalité pathologique. Les psychoses sont des individualités excessivement déviantes. Elles s’exacerbent quand l’individu est seul. Une paranoïa se développe librement. Elle occupe entièrement les pensées.

C’est seulement lorsque le psychotique se socialise physiquement, que la réalité d’autres individus se représente à lui, qu’il sort du solipsisme. Non sans difficulté.

Un réseau social n’a pas cet effet. Au contraire il est capable d’exacerber le solipsisme puisque les idées paranoïaques sont capables de se regrouper en petites communautés et se renforcer mutuellement.

Un conspirationniste ne retrouve des idées réalistes qu’en se retrouvant au milieu de personnes réelles.

Échapper au solipsisme psychologique est donc se présenter entièrement au monde, pour que le monde se présente entièrement à vous.

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *