S’agirait-il d’un meurtre si vous éteignez un ordinateur qui simule la conscience humaine ?

Non, dans les termes que vous avez choisis : meurtre et simulation. Un ordinateur simulant une conscience (terme dont on restreindra ici la définition à « pensée apparemment indépendante ») n’est pas un ordinateur éprouvant une conscience humaine. Ce dernier n’existe pas encore mais lorsque ce sera le cas il ne sera plus possible de donner une réponse d’informaticien car les programmes n’auront rien à voir avec ceux d’aujourd’hui. Ils devront à leurs concepteurs seulement ce que la personnalité d’un être humain adulte doit à ses gènes. Ils seront tout aussi auto-organisés, indépendants, responsables ? La loi n’a pas encore réfléchi là-dessus.

D’autre part en choisissant le terme « meurtre » vous plongez dans un niveau complètement différent du problème qui est celui de la morale et ses règles sociologiques. Il existe quotidiennement sur cette planète de nombreux cas d’extinction volontaire de conscience humaine qui ne sont pas appelés « meurtres », dans un contexte de guerre ou d’actes excessivement odieux commis par la conscience en question. Autre question qui divise les gens : peut-on appliquer le terme de meurtre dans le cas d’une conscience non humaine, les animaux par exemple ? Elle touche au sacré de l’espèce et pose des difficultés à notre sens moral.

Ainsi je répondrais volontiers oui à votre question modifiée ainsi : « Éteindre un ordinateur éprouvant une conscience du même ordre que la conscience humaine pourrait-il être considéré comme un meurtre ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *