Quelle est l’importance de la mémoire de travail dans la cognition et la compréhension humaine ?

Le terme de « mémoire de travail » désigne spécifiquement la persistance des concepts dans l’espace intégrateur conscient. C’est le niveau de tâches mentales le plus sophistiqué, qui rétro-contrôle la structure de tous ses contenus. Lorsque l’un de ces contenus, une fonction mentale spécifique, fonctionne correctement, l’intervention du rétro-contrôle conscient n’est pas nécessaire. Nous pouvons ainsi laisser nos automatismes gestuels se débrouiller seuls la plupart du temps, et cela libère la conscience pour d’autres tâches. La mémoire de travail a peu d’importance quand une habitude se met aux commandes de notre comportement. Elle devient par contre essentielle quand le rétro-contrôle conscient doit se servir de plusieurs critères simultanés pour reprogrammer sa structure sous-jacente. Exemple simple : se souvenir d’un numéro de téléphone. Si notre mémoire de travail se vide au bout de 3 chiffres, la gravure du numéro complet s’annonce difficile. En réalité cependant, elle ne s’arrête pas si abruptement. Elle est la trace excitable de l’activité des réseaux neuraux récemment utilisés. Notre attention peut « oublier » une chose importante pendant quelques minutes, voire quelques heures, puis la retrouver. Panique! si c’était une urgence ; soulagement, s’il est encore temps d’y songer.

Vous pouvez imaginer la mémoire de travail comme une sorte de Kanban board mental. Avec un grand tableau, il est plus facile de gérer la priorité et la coordination des tâches multiples. Cependant si vous vous organisez pour gérer séquentiellement un faible nombre de tâches, un petit tableau n’est pas un handicap. Il reste possible de rétro-contrôler efficacement votre structure inconsciente à l’aide de nouveaux schémas conceptuels. Par exemple au cours d’une lecture il n’est pas dramatique que votre mémoire de travail n’ait pas stocké intégralement tout ce que vous venez de lire. Ce n’est d’ailleurs jamais le cas sauf pour des textes très courts. Le plus important est que vous ayez compris ce que vous lisiez. Cette compréhension restructure efficacement votre pyramide conceptuelle, même si votre souvenir conscient de l’opération, dans la mémoire de travail, est très partiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *