Quelle est la différence entre un athée et un agnostique ?

Athéisme et théisme se ressemblent étrangement.
Le théiste : « Dieu explique tout. Si une chose se prétend indépendante de Dieu, elle n’a pas été créée. »
L’athée : «  La Science explique tout. Si une chose n’est pas expliquée par la Science, il n’y a rien à expliquer. »
Se baissant pour éviter les invectives, l’agnostique demande : « C’est quoi, Dieu ? »

Vous avez compris la suggestion de cette histoire. La discorde théiste/athée repose sur un postulat, largement erroné, qu’il existerait une définition simple, homogène, universellement acceptée, de Dieu. En réalité l’humanité en héberge autant que d’individus. A l’intérieur même d’un cerveau individuel, l’évolution mentale avec l’âge change profondément un concept aussi complexe que celui de Dieu. Nous assistons ainsi, presque toujours, à des disputes très locales, partisans d’une image particulière de Dieu s’opposant à ceux qui la refusent, parce qu’ils en ont une autre contradictoire. L’homme est fondamentalement un croyant. Structurer ses convictions autour de la science est une autre façon d’affermir son pouvoir sur le monde. Chez le théiste le pouvoir est délégué par l’image toute-puissante de Dieu. Chez l’athée il est délégué par l’image toute-puissante de la science. Cette dernière, honnêtement, est terriblement plus efficace. Néanmoins aujourd’hui la science ne fait pas mieux que la religion dans la théorisation du tout (un tout qui nous inclue), dans une vision holistique de la réalité. Ce qui entraîne beaucoup de scientifiques de premier plan dans des considérations métaphysiques très spéculatives. Images personnelles de Dieu…

L’intrication de l’athéisme et de l’agnosticisme, dont se réclame beaucoup d’athées, est invalide. Elle repose sur la séparation arbitraire de la croyance et de la connaissance. Cette distanciation n’existe pas. La connaissance est une pyramide structurée flottant au milieu des croyances, mais sans limites précises entre les deux. Les connaissances sont toutes filles de croyances. Incessamment, des connaissances retournent à l’état de croyance. L’agnosticisme pur est la reconnaissance de ce flou. Il fait du concept de Dieu un indécidable, ce qui exclue le « Dieu existe » aussi bien que le « Dieu n’existe pas ». Si un athée se pense agnostique, il devrait mettre agnostique en premier. Après tout, n’accorde-t-il pas la priorité à la connaissance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *