Pourquoi nos cerveaux trouvent-ils souvent des excuses pour nos actions ?

Le cerveau n’est qu’un écheveau d’excitations neurales. Pour analyser les motifs d’une action, il faut regarder au niveau des représentations mentales. Ce sont elles qui sont agissantes, et susceptibles de se confronter à d’autres, antagonistes. Cependant les plus agissantes de nos représentations sont celles que nous disons identitaires. Elles ont une célébrité qui étouffent les autres, même plus judicieuses dans le contexte, car ce jugement est extérieur à l’identité. Vous pouvez voir ainsi nos représentations agissantes comme une bande d’aristocrates qui auto-justifient leur comportement, peu importe les conséquences. Ils s’appuient les uns les autres, et il faut un sacré pavé dans la mare pour briser leur union !

Pour rendre votre question juste il faudrait l’inverser : ce sont plutôt nos actions qui cherchent à présent des excuses dans le cerveau. Plutôt que d’endosser elles-même la responsabilité d’un comportement, elles tendent à dire aujourd’hui : « C’est le cerveau qui l’a choisi ». Et bientôt elles mettront nos gènes dans le box des accusés. Très habile. Qui voudra mettre en prison un malheureux morceau d’ADN ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *