Est-il possible que le temps existe seulement dans les esprits des êtres conscients ? En d’autres termes, l’univers peut-il être pensé comme un enregistrement, nos esprits la pointe de lecture, et le temps notre façon limitée de traiter quelque chose qui existe en réalité d’emblée et toujours ?

A une petite correction près, votre hypothèse se tient parfaitement, et résiste aux critiques qui lui sont faites. Cette petite correction est : « Est-il possible que le temps d’un esprit conscient soit seulement dans cet esprit-là ?… ». Le temps est relatif. Il est éprouvé personnellement. Nous avons tous autour de nous des gens dont la pensée semble plus rapide ou plus lente que la nôtre. Nous évoluons dans des temps différents, reliés par la communication. Chacune des phrases prononcées est dans le passé de quelqu’un d’autre (si nous sommes le récepteur) ou dans son futur (si nous sommes l’émetteur).

Cette relativité du temps s’implante dans chaque niveau d’organisation de la réalité. Notre fabrique de concepts inconsciente est dans le passé de la consciente. Un insecte ou une bactérie évolue avec des représentations (leur tête de lecture spécifique) qui prennent en compte des évènements infimes, imperceptibles à nos sens. Leur temps est considérablement accéléré. Accélération ne veut pas dire raccourcissement de l’ensemble temporel représenté. Un proton « éprouve » une éternité de temps agité par le ballet de ses champs élémentaires.

Physiquement le temps est une propriété émergente d’un niveau quantique de la réalité. Il « classe » les interactions avec des « avant » et « après » de la même façon par exemple que la propriété électricité incrémente ou décrémente le voltage dans un fil conducteur. Le processus de notre esprit étant une succession d’interactions biologiques, il est intrinsèquement fondé sur le temps, au point d’avoir une difficulté considérable à s’en décaler pour le définir.

Cependant je ne sais pas si vous avez bien compris les implications de cette hypothèse. Cela fait de la réalité une tapisserie figée pour « quelqu’un » situé avant l’émergence du temps (dans le vide quantique?), mais une tapisserie formée de tous les possibles et pas seulement de « notre » réalité. « Je » devient un ensemble d’interactions, un « fil » au sein de cette tapisserie. La sensation de passage du temps est la coordination d’une multitude d’interactions neurales, formant un vaste schéma. Il existe un ordre au sein de ces interactions. Tous les schémas ne sont pas possibles. Mais un nombre incalculable d’entre eux est possible. La diversité des « Je » au sein de cette tapisserie est incommensurable, au sein d’ailleurs d’une diversité d’univers encore moins mesurable. Celui que vous éprouvez en est une infime itération.

Si bien que l’univers n’est pas plus figé qu’auparavant par cette hypothèse. Les possibles sont toujours aussi nombreux, dans ce que nous résumons prudemment par le terme de « hasard ». Le temps continue à nous porter, nous ne savons où, car le processus éprouvé en tant que « Je » n’a pas les moyens de s’en extraire pour contempler la tapisserie et se prédire. Nous pouvons juste imaginer à loisir ce que nous pourrions être. Or « imaginer », dans cette hypothèse, a autant de réalité sur la tapisserie que le reste. C’est-à-dire que ces pensées sont bien constitutives de la suite. Dépêchez-vous de les avoir si vous voulez « être » votre destin !

Sur les critiques que vous avez reçu :

-la réfutabilité ne s’applique pas à ce genre de théorie du tout. Une telle hypothèse englobe la réfutabilité, n’est pas inféodée à elle.

-remplacer la conscience humaine par un ordinateur ou n’importe quel processus de la réalité ne change rien à l’hypothèse, puisque le temps est propre à chacun d’eux.

-pas besoin d’un « flux » puisque le flux lui-même est déroulé sur la tapisserie. On pourrait définir la sensation de passage comme le taux de compression des interactions neurales conscientes de chacun par rapport aux autres représentées.

-l’explication de Vivienne Marcus est excellente. Je l’ai juste développée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *