Comment l’émergence de la neuroscience cognitive en tant que discipline distincte rapproche les vues biologiques et cognitives ?

Réponse simple si vous considérez les disciplines comme les étages d’une pyramide s’adressant à une réalité auto-organisée. Du bas vers le haut : biochimie, organites, cellules, organes, schémas neurologiques, cognition, personnalité. L’organisation est d’abord physique puis virtuelle : ce sont les schémas de connexion des neurones qui continuent à élever la pyramide. Les neurosciences s’insèrent aux différents étages d’un organe spécifique, le cerveau : génétique, moléculaire, cellulaire, anatomique, évolutionnaire, computationnel, cognitif, synthétique (conscience). En réponse à votre question, plus il existe de niveaux intermédiaires identifiés par une discipline spécifique, plus la compréhension de l’ensemble s’améliore. Les physiologistes du neurone ne prétendent pas prédire le comportement des gens et les généticiens se font des illusions en imaginant le faire. La neuroscience cognitive est une étape importante. Cependant il reste bien des étages à mieux connaître pour comprendre comment le psychisme s’organise. Par exemple le « Big five » apparaît terriblement réducteur en tant que modèle de la personnalité. De ce point de vue, aucune théorie n’est venue enterrer les grands classiques comme la psychanalyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *