Du nouveau dans la fibromyalgie. Une réflexion sur la sortie.

Q: Comment se présente la douleur de la fibromyalgie?
Dr L:
La douleur est ressentie en permanence, de façon tout à fait anormale et sans lésion organique en rapport. Elle majore aussi beaucoup la douleur « normale » de pépins physiques bénins, entraînant des thérapeutiques excessives par certains médecins. Heureusement, les patientes apprennent vite à s’en méfier. L’excès inverse est également fréquent: il est difficile de reconnaître une vraie douleur « alarme » au milieu de toutes celles de la fibromyalgique, et il est important que les patientes apprennent à préciser pour le médecin les douleurs qu’elles estiment inhabituelles au milieu de leurs sensations toujours très riches… en prenant un peu de recul si elles en découvrent une chaque semaine… sinon elles diluent l’attention du médecin le plus dévoué !

Q: On n’a toujours pas trouvé la cause de la fibromyalgie. Pensez-vous qu’il existe un agent déclencheur précis? Quel est à votre avis le mécanisme d’installation des douleurs?
Dr L:
La fibromyalgique est très sensible mais peu sensitive (…)

Q: La fibromyalgie, est-ce une affection psychiatrique ou non?
Dr L:
Aucune maladie n’est indépendante de considérations psychologiques. Le rapport perverti à la maladie commence, enfant, par une journée de fièvre à 40° où l’école est remplacée par sa mère pour soi tout seul ! C’est bien plus vrai pour les maladies chroniques, et les problèmes psychiatriques dans la fibromyalgie sont davantage liés au traitement de la maladie par les patientes que cause proprement dite de leurs troubles. (…)

Q: L’exercice physique améliore-t-il la fibromyalgie?
Dr L:
Pas vraiment. Il est recommandé pour éviter un handicap lié à l’inactivité, mais on constate en pratique que les patientes sont très peu statiques malgré leurs douleurs, comme si elles s’asseyaient à chaque fois sur un tapis d’aiguilles -> elles ne deviennent pas handicapées physiquement, au contraire: elles bougent davantage que les autres à l’âge de l’arthrose et se tirent mieux des douleurs du vieillissement, qui ne majorent pas grand chose sur un fond douloureux déjà vif.
Les résultats de l’exercice physique dépendent néanmoins de son intensité. Il est inefficace parce qu’abandonné avant d’avoir pu durablement modifier la gradation de la douleur.

Q: Alors, quel traitement recommandez-vous?
Dr L
: La regradation sensitive. (…)

L’article complet pour les adhérents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *